8ème Jeux de la Francophonie : Le Gabon culturel à Abidjan

Advertisement

Libreville, Mardi 25 Juillet 2017 (Infos Gabon) – Le pays des Panthères est présent dans les ateliers de photographie, lecture et de danse.

En dehors des aires de jeux et des tatamis, le Gabon vend également son savoir-faire dans l’espace culturel des 8ème Jeux de la Francophonies ouverts le 21 juillet dernier dans la capitale ivoirienne.

Dans le domaine de la photographie par exemple, Emmanuelle Natacha Laté défend valablement les couleurs du pays des Panthères à travers une exposition photographique retraçant l’incendie survenu à l’Assemblée nationale lors de la crise post-électorale.

De passage à Abidjan où il a pris part à une réunion des ministres francophones de la Culture, le ministre d’Etat, ministre de l’Économie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts n’a pas boudé le plaisir de visiter le stand du jeune reporter-photographe.

Avant de prendre congé du photographe, Alain-Claude Bilie By Nze a tenu à rendre hommage au talent de l’artiste. «Ce sont des symboles importants et je crois qu’elle a véritablement choisi de fixer la mémoire et le temps. Il est aussi important que l’œuvre cherche ces éléments et qui, demain, nous diront qui nous avons été. C’est une responsabilité collective, car il y en a qui ont posé des actes, tandis que d’autres ont conduit à cela. Il y en a également qui n’ont pas su faire en sorte que cela n’arrive pas. Nous devons tous nous interroger et je tenais à dire cela», a-t-il déclaré à gabonreview.

Le porte-parole du gouvernement a également assisté à la lecture publique de l’œuvre de Jean-Noël Ngadi. «C’est une nouvelle faisant froid dans le dos mais décrivant tellement de réalités autour de cet homme allant à la recherche d’un accomplissement. Mais c’est la structure de tous les Gabonais : partir de son village pour la ville, à la recherche d’un emploi. Mais ce n’est pas aussi simple. Parce que l’on rencontre de vraies difficultés face à un emploi se faisant rare, face à des conditions très difficiles», a-t-il déclaré.

En dehors de la photographie et de la lecture, le Gabon culturel est également présent à travers la danse de création.

D’après lui, l’avenir culturel du Gabon ne viendra pas de l’extérieur, mais repose sur ses enfants avec la mise sur pied de vraies politiques. «Car, nous ne pouvons pas toujours systématiquement compter sur des organisations comme la Francophonie, la CEEAC et autres. Nous avons besoin, dans notre pays, d’avoir de vraies politiques culturelles incluant tous les acteurs. Et que tous ensemble, nous réfléchissions sur comment faire pour que les artistes trouvent une place», a-t-il expliqué.

L’occasion faisant le larron, Alain-Claude Bilie By Nze en a profité pour annoncer le printemps qui se profil à l’horizon pour l’artiste au Gabon. «Et je suis heureux d’annoncer que nous avons réussi à faire adopter par le Conseil d’État, la première mouture de la Loi sur le statut de l’artiste. Et, dans quelques mois, les artistes auront désormais un statut leur permettant de trouver une place dans la société. Après, il faudra structurer les filières, avoir des lieux d’exposition où les artistes pourront s’exprimer. C’est une responsabilité gouvernementale et nous entendons l’assumer pleinement», a-t-il annoncé.

A l’initiative du Gabon, une rencontre des ministres de l’espace CEEAC se tiendra tous les deux ans dans le but de «définir des politiques culturelles à la fois dans nos États avec l’accompagnement de l’Unesco et de la Francophonie, entre autres. Mais aussi au niveau de la sous-région où, au contraire de ce qui se passe en Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale demeure encore fermée. L’Afrique de l’Ouest a beaucoup d’activités à Ouagadougou, à Bamako ou encore Abidjan. On sent une effervescence culturelle. Et il faut aussi que l’Afrique centrale ayant de grosses capitales, à l’instar de Kinshasa, Yaoundé ou Libreville, se retrouve. Et cela va être mis en place», a-t-il conclu.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *