Marie-Agnès Koumba

Abus contre les femmes au Gabon : Le coup de gueule de Marie-Agnès Koumba

Advertisement

Libreville, Vendredi 10 Mars 2017 (Infos Gabon) – La Coordinatrice nationale du Mouvement des femmes de l’Union nationale (UN, opposition) dénonce les abus contre les femmes.

La condition de la femme au Gabon n’est pas aussi toute en rose. Elle ne cesse de se dégrader au fil des ans et la femme continue toujours d’être victime d’abus divers dans ce pays malgré l’appel constant de la communauté internationale qui ne cesse d’inviter les politiques à la préservation de ses droits.

Tel est du moins le constat sombre de la situation de la femme au Gabon fait à l’occasion de la célébration de la 40e Journée internationale de la femme par la Coordinatrice nationale du Mouvement national des femmes de l’Union nationale. Dans son message de circonstance, Marie-Agnès Koumba a déversé sa bile sur les pouvoirs publics pour dénoncer les différents abus dont sont victimes les femmes gabonaises.

Dans sa démarche, elle s’inspire du message délivré à l’occasion par la directrice exécutive de l’ONU Femmes dont le thème central était : «Les Femmes dans un monde du travail en évolution : un monde 50/50 en 2030». Dans cette sortie, Phumzile Mlambo-Ngcuka plaide pour la réduction des inégalités hommes-femmes.

Pour la Coordinatrice nationale du Mouvement national des femmes de l’Union nationale (UN), si ailleurs ce plaidoyer commence déjà à porter des fruits, dans son pays il n’est qu’une simple vue de l’esprit. Une situation due au climat de violence qui y prévaut en ce moment.

«Avec un climat aussi délétère comment les femmes gabonaises peuvent-elles s’éduquer, se former, élever leurs enfants et travailler, en un mot s’épanouir et enfin comment être économiquement autonome comme l’espère le Groupe de haut niveau sur l’autonomisation économique des femmes du secrétaire général des Nations unies?», s’interroge-t-elle.

D’où le cri de cœur lancé en direction de la communauté internationale pour aider la femme gabonaise à s’affranchir de ce masochisme. «Voici pourquoi nous femmes gabonaises en cette Journée consacrée à la revendication de nos droits, interpellons la Communauté internationale sur le sort du Gabon, pays béni de Dieu, mais où l’obscurantisme des institutions actuellement en place réduit à néant le travail d’hier concernant le progrès du statut de la femme», a plaidé Marie-Agnès Koumba.

Signalons qu’au Gabon des efforts sont quand même faits pour améliorer la situation de la femme. La Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba a multiplié des actions dans ce sens. Elle a créé une fondation pour protéger la famille. Son combat ne s’est pas arrêté au Gabon. C’est grâce à elle que la Journée mondiale de la Veuve a été institutionnalisée.

Mais l’opposante veut plus d’efforts parce que les actions menées sur le terrain, selon elle, sont peu visibles et insignifiantes.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *