Dialogue politique au Gabon : Mayila crée le buzz

Advertisement

Libreville, Samedi 6 Mai 2017 (Infos Gabon) – Pourtant farouche opposant aux assises en cours, Louis Gaston Mayila conditionne sa participation.

Au Gabon, l’opinion se pose bien la question : quelle mouche aurait bien piqué Me Louis Gaston Mayila pour briser le silence et inviter la classe politique à faire la paix des braves? Dans une déclaration à la presse le vendredi 5 Mai, le président de l’Union pour le nouvelle République (UPNR), parti politique de l’opposition, a manifesté son désir de participer au dialogue politique en cours initié par Ali Bongo Ondimba.

Faisant partie des irréductibles de l’opposant Jean Ping qui a décliné toute participation à ce dialogue, Me Mayila faisait partie, il y a encore quelques jours, des fervents pourfendeurs de ces assises visant à sortir le Gabon de la crise et à renouer l’esprit du vivre-ensemble entre Gabonais.

«J’appelle à mon tour à la paix des braves, il est temps qu’on arrête, il est temps qu’on travaille pour le pays», a-t-il déclaré à la surprise générale. Mais, l’opposant conditionne sa participation sous une médiation internationale. «Si Alpha Condé vient ici, comptez sur moi, même s’il faut payer j’irai à ce dialogue», lance-t-il.

Ce revirement de Louis Gaston Mayila semble trouver sa justification à la suite de la publication locale de la désignation du président guinéen et président en exercice de l’Union africaine (UA) comme médiateur de l’Organisation des Nations unies (ONU) dans la crise gabonaise.

«Condé ne vient pas au Gabon, je n’irai pas au dialogue. Si Alpha Condé vient au Gabon, qu’il se présente comme étant médiateur désigné par les Nations unies, qu’il rencontre les acteurs des deux camps, j’irai à ce dialogue», a-t-il poursuivi.

Non sans tacler ses autres camarades de l’opposition qui ont pris le train du dialogue. «Jean Ping est mon ami. Ceux qui sont allés à la soupe, sont allés parce qu’il y en a qui ont voulu prendre des voitures. Vous voyez chez moi, si on me donne une voiture, je n’aurai même pas la place de la garer. Je n’ai pas besoin d’aller à la soupe», a-t-il ironisé.

Pour le camp présidentiel, ces pourparlers qui s’achèvent officiellement le 10 mai prochain permettront à terme au Gabon de sortir du blocage actuel. «Je suis convaincu que nous allons arriver à quelque chose de positif. Et on va faire en sorte que ceux qui n’ont pas pris part regrettent de ne pas être venus parce que ce que nous allons faire, c’est pour le bien du Gabon», a rassuré Paul Biyoghé Mba, ancien Premier ministre et membre de l’actuel gouvernement.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *