Norbert Ngoua Mezui

Dialogue Politique au Gabon : Ngoua Mezui se montre prudent

Advertisement

Libreville, Samedi 6 Mai 2017 (Infos Gabon) – Ce cadre de Démocratie nouvelle (DN, opposition) dit attendre la fin des assises en cours avant de donner sa position.

En attendant les conclusions du dialogue politique, Norbert Ngoua Mezui préfère jouer à la carte de la prudence avant de se prononcer officiellement sur les pourparlers en cours. Dans une interview accordée à Gabon Review, ce cadre de Démocratie nouvelle (DN), une formation politique de l’opposition, préfère attendre la fin des assises pour donner sa position.

«Pour le moment, on ne peut rien retenir tant que les débats se poursuivent. Il peut y avoir certes, par moment, quelques points d’accord sur telle ou telle question. De manière générale et définitive, on ne peut pas dire que telle ou telle chose a été actée, ce serait prématuré», a-t-il déclaré.

«Je vous dis que pour le moment, il n’y a pas beaucoup de points actés. Vous savez que dans ce genre de discussions, il y a des principes. Devrions-nous attendre pour avoir des scrutins majoritaires uninominaux soit à un ou deux tours ? Sur le principe, on peut être d’accord. Et comme il y a quatre commissions, cela n’a pas été remis en cause au cours d’une plénière. On ne peut donc pas dire définitivement que c’est acquis», ajoute-t-il.

D’après lui, il faut rester prudent et ne pas aller trop vite en besogne. «Vous pouvez être d’accord en commission, mais lors de la plénière, cela peut être remis en cause. Cela signifie que tant que les Commissions ne se sont pas retrouvées en une grande plénière pour discuter, amender et enrichir les rapports de toutes les commissions, on ne peut pas dire que tel ou tel aspect est définitivement acquis», insiste Norbert Ngoua Mezui.

Mais, le militant de Démocratie nouvelle rejette l’idée que rien n’est encore fait jusqu’ici. Bien au contraire, beaucoup de points ont déjà été abordés et ont fait l’objet de débats houleux en commissions.

«Les discussions qui ont commencé, par exemple, sur la Constitution (…) Il y a certaines dispositions qui posent problèmes par rapport au bon fonctionnement de la démocratie. On les a répertoriés et ils sont sur la table des discussions. Certains points de convergence se sont dégagés, d’autres restent en suspens et tant que c’est en suspens, on ne peut pas dire que tel ou tel aspect est acquis. On ne tourne pas autour du pot», précise-t-il.

Quant à la déclaration du ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé du Dialogue politique, Francis Nkea, selon laquelle les décisions issues de ces assises ne seront pas exécutoires, il botte en touche ces propos.

«Ce que le ministre Nkea dit n’engage que lui. Ce qui est important, c’est de se référer aux termes du rapport des travaux du Comité Ad hoc préparatoire du dialogue. Et pour ce qui est du suivi et de l’évaluation des actes qui seront pris ici, les termes sont clairs. Ces actes vont être appliqués», a-t-il martelé.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *