Françis NKEA

Dialogue politique au Gabon : Une affaire de tous

Advertisement

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Le dialogue national est une affaire de tout le monde. Le ministre d’Etat, Francis Nkéa a affirmé que ces assises voulues par le président Ali Bongo Ondimba se feront avec toutes composantes de la nation.

Dans le cadre du dialogue politique en préparation, le ministre d’Etat, ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé du Dialogue politique était ce mardi face à la presse. Francis Nkéa a saisi cette tribune pour recadrer les choses et rassurer ceux des Gabonais qui s’inquiètent de ce que ces pourparlers se tiendront sans eux.

Dans un style franc et direct, il a tenu à préciser que ce grand moment de l’histoire de la nation se voudra «inclusif» comme l’a voulu au départ le président Ali Bongo Ondimba.

«En effet, il est important à chaque fois de revenir sur le discours du chef de l’Etat tant lors de sa prestation de serment qu’à l’occasion de la présentation des vœux. Pour le chef de l’Etat, le dialogue politique doit être inclusif. Autrement dit, il doit concerner toutes les couches de la société, y compris les femmes et les jeunes», a-t-il martelé. Comme pour dissiper l’épais nuage d’incertitudes qui planait jusque-là dans certains esprits.

S’appuyant sur une adresse d’Ali Bongo Ondimba à la nation le 12 septembre 2015, le ministre d’Etat a souligné la place de choix qui sera consacrée à l’occasion aux femmes et aux jeunes à l’occasion. Conformément à la loi en matière des quotas qui dispose que pour une répartition équitable, les femmes soient représentées à 30% et les jeunes à 30% sur les listes de candidature aux élections locales et au sein des exécutifs locaux.

Dans son propos, Francis Nkéa a laissé entendre que pour le moment, le dialogue politique n’est encore qu’en phase préparatoire et est l’œuvre du gouvernement à la suite des consultations menées par le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet avec les leaders politiques parmi lesquels des femmes.

«Le dialogue proprement dit ne débutera qu’une fois cette phase terminée. Et c’est à cette occasion que toutes les composantes de la société seront impliquées, y compris les femmes et les jeunes. La responsabilité incombe aux partis politiques qui y prendront part de s’assurer du strict respect du principe des quotas femmes et jeunes», a-t-il conclu.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *