Eléphant, espèce protété au Gabon

La journée mondiale de la vie sauvage célébrée au Gabon

Libreville, Vendredi 6 Mars 2015 (Infos Gabon) – Le Gabon, à l’instar de la communauté internationale, a célébré mardi 3 mars, la journée mondiale de la vie sauvage. L’allocution circonstancielle du ministre délégué chargé de l’économie forestière, Basile Mboumba, et les échanges entre techniciens du ministère et les élèves du Lycée Mbélé de Nzeng Ayong, sont les temps forts qui ont marqué cette journée.

La Journée mondiale de la vie sauvage offre, rappelons-le, une occasion idéale de célébrer les formes innombrables, belles et diverses, que revêtent la faune et la flore sauvages et de sensibiliser à la multitude d’avantages que la conservation de la nature procure aux êtres humains. Cette journée nous rappelle aussi l’urgente nécessité d’intensifier la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, aux profondes répercussions économiques, environnementales et sociales

Autour du thème « la criminalité liées aux espèces sauvages est une menace grave prenons la au sérieux », avec comme sous thèmes « la vie sauvage et le tourisme durable » et « le rôle des communautés locales dans la conservation », les échanges au Gabon se sont déroulés dans une bonne ambiance, avec le souci d’apprendre et de comprendre d’avantage.

Et l’occasion pour Basile Mboumba d’attirer l’attention des populations et des dirigeants sur la nécessité de conserver les espèces sauvages. Il s’est appesanti sur la menace qui pèse sur les éléphants, avant de remercier le Chef de l’Etat, l’administration des eaux et forêts et les organismes internationaux qui œuvrent pour la conservation de la faune et de la biodiversité.

« Le grand braconnage tend à diluer les résultats attendus des efforts entrepris par le Gouvernement de la République », a indiqué Basile Mboumba, avant de recommander une coopération internationale face au braconnage et d’évoquer la révision des codes forestier et pénal.

L’annonce du ministre vient soulager l’ONG Conservation Justice, l’Agence Nationale des Parcs Nationaux et les organismes qui œuvrent dans la lutte contre le braconnage. Ces entités ont toujours demandé au Gouvernement de durcir les sanctions à l’endroit des braconniers pour les dissuader. Les sanctions limitées à une peine de trois à six mois d’emprisonnement et une amende de 100 000 à 10 millions de francs CFA, font en sorte que le Gabon soit ciblé par les trafiquants d’ivoire, réseaux mafieux qui ne s’arrêtent d’ailleurs souvent pas qu’au trafic d’ivoire. Et pourtant les trafiquants d’ivoire risquent 5 ans de prison au Congo, 3 ans au Cameroun, dix ans au Bénin, et une peine de prison à vie au Kenya.

FIN/INFOSGABON/AE/2015

Copyright Infos Gabon

Gabon : Lancement du projet des mécanismes des Fonds compétitifs du Coraf

Libreville, 9 mars 2013 (Infos Gabon) – Le Centre Mbandja, siège de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba a prêté son cadre le 4 mars dernier pour le lancement du projet des mécanismes des Fonds Compétitifs du Coraf sur les programmes et stratégies de gestions des ressources naturelles axés sur les produits forestiers non ligneux. Ce projet regroupe cinq pays de l’Afrique de l’Ouest et du centre, dont le Gabon.