Annie-Léa Meye avec Jean Ping

Gabon : Divorce entre Jean Ping et Annie-Léa Meye

Advertisement

Libreville, Mercredi 13 Septembre 2017 (Infos Gabon) – Cette amazone politique dénonce un climat délétère empreint de médisance et d’animosité qui s’est emparé du camp du candidat malheureux à la dernière élection présidentielle.

Annie-Léa Meye a décidé de prendre le large de la galaxie Ping. Au cours d’une sortie publique organisée le week-end écoulé à Libreville non loin du rond-point de Nzeng Ayong, la femme politique est revenue sur les raisons de cette décision. Cette enseignante d’histoire et de géographie fustige par exemple le sectarisme et l’ignorance dont font montre certains poids lourds de l’opposition qui gravitent autour de Jean Ping.

«Certains usent et abusent de leur proximité avec les leaders pour abaisser les autres. Cette dictature de la proximité crée un climat délétère au sein de la galaxie empreint de suspicion, de fausses accusations, de sectarisme, de haine, de mensonge et d’intolérance», dénonce-t-elle. «On refuse de valoriser les intelligences, de récompenser les gens à leur juste valeur. Pardon, pas une récompense pécuniaire, mais du moins ne serait-ce que morale», poursuit-elle.

Annie-Léa Meye trouve inacceptable que lui soit collée l’étiquette d’irresponsable et de cupide. «On me fait passer pour cette fille qui est incapable de se mélanger aux autres, que tous les actes que je pose seraient animés par un sens inné de la cupidité dont le fang serait animé. Il est des moments où chacun de nous peut ou devrait dépasser sa propre personne pour s’élever au niveau des exigences du moment», lance-t-elle.

Consciente donc de ce qu’elle vaut, elle dit ne pas être prête à toute sorte de compromission pour être acceptée des autres. «Je ne sais rien qui m’obligerait à me taire et accepter l’assujettissement et l’abaissement parce que pour être bien vu, il faut accepter de jouer les nègres de service», précise-t-elle.

Quant à son avenir politique, Mme Meye laisse encore l’opinion dans le flou total, mais tient à préciser qu’elle n’entend se laisser aller à la merci du pouvoir. Pour elle, cette prise de distance de Jean Ping «n’est pas un ralliement au pouvoir en place ni un reniement à mes convictions». Elle entend plutôt capitaliser les quinze années passées dans l’arène politique pour mieux projeter l’avenir.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *