Brigitte et Emmanuel Macron

Gabon – France : Virginie Ben Moubamba soutient Brigitte Macron

Advertisement

Libreville, Vendredi 5 Mai 2017 (Infos Gabon) – L’épouse du vice-Premier ministre gabonais chargé de l’Habitat s’insurge contre cette levée de bois vert contre Brigitte Macron et dénonce la perception sexiste de la gent féminine.

La déferlante qui s’abat depuis quelque temps sur Brigitte Macron, épouse d’Emmanuel Macron, candidat du mouvement En marche ! qualifié pour le second tour de la présidentielle en France n’a pas laissé Virginie Ben Moubamba insensible.

Outrée par les commentaires désobligeants et autres quolibets à l’endroit de celle qui est en passe de devenir la première dame de l’Hexagone, l’épouse du vice-Premier ministre gabonais chargé de l’Habitat est sortie de sa réserve pour défendre la beauté féminine qui selon elle, ne saurait se limiter à l’aspect physique. Comme tend à le penser une certaine opinion.

«Quelle confirmation hallucinante et sans complexe que la femme n’est qu’un corps aux yeux d’une telle masse, hommes et femmes confondus ! Cela en dit long sur le chemin qui reste à parcourir pour que les femmes soient réellement libres et les égales des hommes. Je suis révoltée», s’insurge-t-elle sur sa page facebook.

«Ainsi donc un homme ne peut aimer une femme que si elle est jeune? Ainsi donc la valeur d’une femme n’est que son physique qui doit impérieusement être en pleine jeunesse et bien-sûr : fécondable», poursuit-elle.

Mme Moubamba s’insurge surtout que la femme soit simplement réduite au rôle de machine à faire des bébés. «Car voilà ce que hurlent les loups : « Macron si tu es un homme tu es tenu d’aimer la chair fraîche dans ton lit. Seul un vieux peut se contenter d’une vieille flétrie… Et encore… ». « Macron si tu es un homme tu es tenu d’aimer une fille que tu peux encore engrosser. À ton âge quand même ! »», lance-t-elle, courroucée.

Pour elle, la femme ne saurait également être réduite au simple rôle d’esclave sexuelle de son homme. «J’ai mal à ma féminité, j’ai mal à mon humanité. J’ai mal face à cette oppression incroyable de la femme et aux malformations mentales qu’on inculque à nos enfants : considérer que pour avoir de la valeur, que pour être aimée, une femme ne peut compter que sur son apparence et son emprise sexuelle sur la gente masculine.

« Je t’excite donc j’existe ! » Voilà pourquoi nos petites filles de 10 ans qui n’ont même pas encore de seins se déhanchent de façon obscène dans les médias, pourquoi on accepte de se faire déflorer à 14 ans ou avant, pourquoi on passe des heures à essayer d’être parfaites devant nos miroirs. Nous sommes des esclaves !», dénonce-t-elle.

Nonobstant cette perception sexiste et machiste de la femme, Virginie Ben Moubamba se dit fière de ce statut qu’elle dit assumer pleinement avec bonheur. «Je suis une femme, j’aime jouer de ma féminité, je suis fière d’être femme. Mais je refuse d’être juste un corps qui sera mis au rebut lorsque le peu de beauté et de jeunesse qui lui reste s’envolera. Je suis plus, toutes les femmes sont plus», lance-t-elle.

«Nous avons chacune une âme, une puissance, une intelligence, des valeurs, des combats, des épreuves et des réussites, un caractère, des qualités, des défauts. C’est par eux que nous avons de la valeur, c’est par eux que nous sommes des personnes», poursuit dame Moubamba.

Dans la suite de son propos, l’oratrice invite la gent féminine à se révolter contre cette classification malveillante et à défendre son statut. «Mesdames, vous êtes donc satisfaites de n’être intéressantes que grâce à vos apparences et pour seulement quelques années ? Ensuite : poubelle ? « Allé hop les quinquas, poussez-vous, on consomme maintenant la génération suivante ! » Oui, nos corps de femmes sont sublimes, ce sont des chefs d’œuvres de la nature, ils font partie de notre être, mais ils ne sont que le temple de notre personne, ils ne font que passer et finiront mangés par les vers ! Fuyez ceux qui vous aiment uniquement pour votre corps, cherchez ceux qui aiment votre corps quel que soit son âge ou son état car ils vous aiment vous, en tant que personne unique», lance l’oratrice.

Un tantinet taquine, Virginie Ben Moubamba ironise ces hommes prêts à tout parce que séduits de prime à bord par l’aspect physique de la femme. «Messieurs vraiment ? Vous sentez-vous valorisés et grandis lorsque nous utilisons nos courbes et tous les artifices du monde pour réveiller même malgré vous vos instincts de reproducteurs ? On en est vraiment là dans la relation entre hommes et femmes ? Des fesses rebondies ou une dentelle et on vous tient ? C’est si facile ? C’est tout ? Je ne peux m’y résoudre», s’en moque-t-elle.

L’épouse du vice-Premier ministre gabonais achève son propos sur une note d’espoir à l’égard de celle-là qu’une certaine opinion trouve bien âgée pour son mari. Saluant la beauté et le charisme de Mme Macron, loue les vertus de cette femme de combat fidèlement engagée aux côtés de son époux contre vents et marées.

«Madame Brigitte Macron, peu importe que votre mari soit élu ou non, que votre couple traverse ou non ces épreuves, c’est votre chemin. Mais je tiens à vous dire que vous êtes belle, vous êtes même magnifique, et toutes les femmes du monde devraient vous envier. Un homme vous aime pour qui vous êtes, bravant des tabous et des préjugés d’une violence et d’une bêtise inouïs. Pour cela je vous remercie, que votre exemple nous permette à tous de réaliser à quel point des forteresses de sexisme sont encore dressées dans nos esprits, y compris le mien. Détruisons-les, ce sera notre honneur à tous ainsi que le gage d’un peu moins de souffrance et de malheur», conclut-elle.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *