Gabon : La semaine de travail du Président Ali Bongo Ondimba

Advertisement

Libreville, 12 mars 2013 (Infos Gabon)  – Plusieurs sujets ont marqué l’actualité présidentielle de la semaine écoulée, notamment l’audience que le Chef de l’Etat a accordé au haut représentant de la France dans notre pays. Le chef de la mission diplomatique française au Gabon, l’Ambassadeur Jean-François Desmazières, a été reçu par le Président Ali Bongo Ondimba, le lundi 4 mars 2013, à Libreville.

Les deux hommes ont fait le tour d’horizon de l’actualité, notamment des grands événements en Afrique tels que la crise au Mali. L’engagement de la France, soutenue par les forces de plusieurs pays membres de la CEDEAO, a été capital pour faire reculer les rebelles touaregs et les groupes armés islamistes. L’évolution de la situation sur le terrain permet de faire des projections optimistes quant à l’avenir du peuple malien.

Concernant le Gabon, le chef de l’Etat et son hôte ont passé en revue les questions liées à une amitié de longue date, la sécurité, le renforcement d’une coopération qui n’est plus à démontrer, tant Libreville et Paris entretiennent des liens si étroits qu’ils touchent pratiquement tous les secteurs. Le N°1gabonais et Jean-François Desmazières ont exploré les pistes pour que la deuxième édition du New York Forum Africa, prévue pour se tenir à nouveau dans la capitale gabonaise, réunisse les conditions idéales pour faire de notre pays une plate-forme incontournable d’échanges économiques et commerciaux.

L’ambassadeur français, qui s’est réjoui des avancées palpables du Gabon émergent, a quitté le palais présidentiel satisfait de son entrevue avec le président Ali Bongo Ondimba.

Le Président gabonais a inauguré le mercredi 6 mars dernier à Franceville, capitale provinciale du Haut-Ogooué (sud-est), un nouveau camp militaire, baptisé « Camp Colonel Jean-Marie Djoué Dabany », du nom d’un militaire gabonais « déclaré mort en service commandé » le 24 avril 1985.

Ce camp de la 4ème Région militaire, jadis situé au camp Maba, en plein cœur de Franceville, a été construit pour la délocalisation des unités situées en zone à forte densité urbaine.

Cette nouvelle caserne, qui comprend un bâtiment de commandement, trois de troupes, un ordinaire, une soute à munitions et un poste de sécurité dans la zone administrative, est caractérisée par une grande capacité d’accueil et un déploiement plus cohérent des unités de l’Armée de Terre sur l’ensemble de la zone de défense Sud-est.

A en croire l’entreprise adjudicataire, dans la zone technique il y a un hangar et un atelier puis, dans la zone des habitations, une infirmerie, huit villas de type F5, douze de type F4 et soixante-douze studios de type F3.

Cette caserne, estime-t-on, offrira, des conditions optimales de travail et d’épanouissement aux militaires, permettra aux officiers, sous-officiers et militaires du rang de disposer d’installations fonctionnelles conformes aux normes internationales de sécurité et d’un cadre de vie agréable.

Au cours de cette cérémonie, le Ministre gabonais de la Défense nationale, Pacôme Rufin Ondzounga a évoqué la construction imminente d’une caserne militaire à Lastoursville (Ogooué-Lolo), la délocalisation du régiment de commandement d’appui et de soutien (RCAS), le génie militaire, le bataillon de reconnaissance et de combat (BRC) dont les travaux d’aménagement de nouvelle caserne sont programmés dans la banlieue de Libreville.

Le Chef de l’Etat gabonais a présidé le jeudi 7 mars dernier, à Libreville, le Conseil des Ministres. A l’entame des travaux, le Conseil a marqué sa compassion et adressé ses condoléances au peuple Vénézuélien suite au décès d’Hugo CHAVEZ, Président de la République du Venezuela.

Le Conseil des Ministres s’est ensuite réjoui des exploits engrangés par le Gabon, lors de la 23ème édition du Festival Panafricain de Cinéma et de Télévision de Ouagadougou (FESPACO), Edition spécialement dédiée aux femmes dont le thème était « Cinéma et Politique Publique en Afrique ». En effet, le Gabon, choisi comme invité d’honneur, a honoré de sa présence cet évènement inédit. Aussi, la Première Dame du Gabon, Madame Sylvia BONGO ONDIMBA, assistée de Le Ministre de l’Economie Numérique, de la Communication et de la Poste, a conduit la délégation composée d’une cinquantaine de personnes représentant les principaux corps de métiers de l’image et du son.

Pour la première fois, dans l’histoire du Cinéma gabonais, les réalisateurs des œuvres en compétition officielle rapportent une moisson de cinq (5) prix. Il s’agit de deux (2) prix techniques pour le long métrage gabonais « Le collier du MAKOKO » d’Henri Joseph KOUMBA – Prix de la meilleure affiche et prix du meilleur son ; un prix Poulain de bronze pour le court métrage « Dialémi » de Nadine OTSOBOGO ; un prix de la meilleure série télévisée et une offre à la diffusion par Canal + pour « L’œil de la Cité » de Samantha BIFFOT ; dans la catégorie des Prix spéciaux, le long métrage de fiction vidéo numérique « Terre et Fils » de Fernand LEPOKO a reçu le prix SIGNIS de l’Association Catholique Mondiale pour la Communication.

FIN/INFOSGABON/MM/PK/2013

© Copyright Infos Gabon

 

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *