Gabon : L’ACR pour une nouvelle République

Advertisement

Libreville, Dimanche 30 Avril 2017 (Infos Gabon) – Le parti de Bruno Ben Moubamba plaide en faveur d’une réforme radicale de la Constitution en vue d’un changement réel de mentalités et de la gouvernance des affaires de l’Etat.

En marge des travaux du dialogue politique en cours au Gabon, l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR, opposition) a tenu les 28 et 29 avril derniers un congrès extraordinaire. Cette rencontre organisée à Libreville a été sanctionnée par une déclaration, une sorte de prise de position de cette formation politique par rapport à l’avenir du Gabon.

Dans cette déclaration, Bruno Ben Moubamba, président de l’ACR, invite ses militants et sympathisants à renouveler leur soutien et leur attachement au président de la République, Ali Bongo Ondimba. «Nous sommes les soutiens du président de la République en tant qu’institution parce que nous refusons l’effondrement de l’Etat gabonais (…) Nous sommes également ici pour dire aux nouvelles générations et à tous les partisans du Gabon d’après que nous devons avoir le courage d’appuyer les réformes fondamentales et radicales du pays derrière le président de la République car celui-ci veut réellement réformer le pays», a-t-il souligné.

Non sans lancer quelques piques au passage à ses détracteurs et autres pêcheurs en eaux troubles. «A la différence de ses faux amis qui ne cherchent qu’à le trahir et à empêcher le pays d’avancer. Moi-même en tant que membre du gouvernement, en charge de l’habitat, je subis tous les blocages du système despotique pour vous empêcher d’avoir des logements alors que nous sommes prêts et que nous avons les investisseurs capables de nous sortir des inondations et du mal-logement.»

Pour donc sortir de cette situation qu’il qualifie de déplorable, dans son ordonnance Bruno Ben Moubamba prescrit l’élaboration d’une nouvelle Constitution par une Assemblée nationale constituante qui viendra répondre efficacement aux problèmes des Gabonais.

«La Constitution de la République du Gabon devrait être la première constitution non-coloniale du continent africain. Pour ce faire, elle devrait émaner d’une Assemblée nationale constituante qui tienne compte des principes, des valeurs et des normes bantu», lance l’orateur.

«Selon la Constitution, le régime politique de la République du Gabon devrait s’appuyer sur le principe d’un équilibre du pouvoir entre le président de la République, le peuple et le Parlement (…) La gestion des affaires devrait viser la recherche du bien commun, en s’appuyant sur l’idée de providence universelle dans la marche du monde, sur l’éthique de la responsabilité individuelle et collective et sur la volonté populaire exprimée lors des différents scrutins», explique Bruno Ben Moubamba Moubamba qui plaide en faveur d’une véritable séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Dans sa réforme radicale du texte fondamental de la République gabonaise, le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau envisage une nation qui reposerait sur la volonté longtemps exprimée de toutes les couches de la population, dans une aspiration fondamentale.

«La particularité essentielle de la réforme radicale, réside dans son caractère philosophique, éthique et culturel. La nation, après avoir traversé le système despotique, a acquis cette expérience que la raison primordiale de son échec était l’absence de principes, de valeurs et de normes dans l’action», argumente celui qui est par ailleurs vice-Premier en charge du Logement.

Pour lui, les Gabonais devraient saisir l’occasion en or qu’offre le dialogue politique en cours en vue de l’avènement d’«une nouvelle République qui consolide et renforce le rôle central de la conscience du peuple en qualité de socle de l’unité de la nation.

La Constitution de la République du Gabon, en tant qu’expression des institutions et des rapports politiques, économiques, sociaux et culturels de la société, doit ouvrir la voie à la consolidation des fondements de l’Etat et présenter un nouveau système politique différent des arrangements d’arrière-boutique», souligne Bruno Ben Moubamba.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *