Alain-Claude Bilie By Nze, le porte-parole du Gouvernement Gabonais

Gabon : Le gouvernement se prononce sur les dossiers chauds du moment

Advertisement

Libreville, Lundi 6 février 2017 (Infos Gabon) – Dans le cadre de sa conférence de presse hebdomadaire, le ministre d’Etat, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement était vendredi dernier face aux médias. Alain-Claude Bilie By Nze est revenu sur le 28e Sommet de l’Union africaine et la participation du président Ali Bongo Ondimba audit sommet ; Il a dressé un premier bilan de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football; expliqué le sens des dernières mesures du ministre de l’Education nationale contre les enseignants grévistes et rejeté la dernière résolution des députés européens sur le Gabon.

Sommet de l’Union africaine

Il ressort du bilan présenté par le porte-parole du gouvernement gabonais que ces assises organisées à Addis-Abeba, en Ethiopie, ont été couronnées par d’importantes décisions. Notamment, l’élection par les chefs d’Etat et de gouvernement du ministre tchadien des affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat au poste de président de la Commission de l’Union africaine, le passage de témoin entre les présidents de l’Union africaine sortant, Idriss Déby Itno du Tchad et entrant, Alpha Condé de Guinée.

Ce rendez-vous a également été marqué par la réintégration du Maroc comme 55e Etat membre de l’UA, 33 ans après son retrait. Le président Ali Bongo Ondimba qui prenait part à cette rencontre a été désigné pour assurer la coordination du Comité des chefs d’Etats et de Gouvernement sur les changements climatiques (CAHOSCC) au terme d’une séance de travail de ce comité.

«C’est une reconnaissance de son rôle et de son leadership sur les questions environnementales et de développement», dira Alain-Claude Bilie By Nze. Le président gabonais a également pris part aux travaux sur le Smart Africa Summit, organisés en marge dudit sommet, aux côtés des présidents Paul Kagame du Rwanda, Mahamadou Issoufou du Niger et Roch Marc Christian Kabore du Burkina Faso.

«Plusieurs résolutions ont été adoptées lors de cette rencontre dont la mise en place d’un Fonds boursier dans le but de financer les études supérieures des étudiants africains dans le domaine du numérique. Les premiers bénéficiaires sont le Rwanda et le Sénégal. Le Gabon, quant à lui, est chargé de créer un pôle d’excellence. La rencontre a permis également d’adopter un rapport d’activité pour l’année en cours. La prochaine rencontre de Smart Africa se tiendra en mai 2017 à Kigali au Rwanda», a-t-il ajouté.

31e Coupe d’Afrique des nations

Quant à la Coupe d’Afrique des nations de football, Alain-Claude Bilie By Nze se félicite du bon déroulement de la compétition dont la finale s’est jouée dimanche avec l’ouverture des portes dès 15h. «Rappelons qu’au terme de toutes ces étapes, aucun incident majeur n’a été déploré. Nous appelons le peuple gabonais à se rendre massivement au stade de l’Amitié pour assister à cette grande finale», a-t-il déclaré.

Signalons qu’au terme des 93 minutes de ce match, c’est le Cameroun qui a remporté la Coupe face à l’Egypte (2-1).

Grève dans le secteur de l’éducation nationale

Dans sa communication, le ministre d’Etat est revenu sur le sens de la dernière circulaire du ministre de l’Education nationale consécutive au mouvement de grève des enseignants qui paralyse le secteur de l’éducation depuis des mois. «La situation qui prévaut dans l’enseignement public à Libreville comme à l’intérieur du pays met en péril l’école gabonaise. C’est une situation qui ne saurait perdurer d’autant plus que le gouvernement travaille au règlement des problèmes dans un contexte économique difficile», a déploré le porte-parole du gouvernement.

Comme mesures prises pour ramener l’ordre dans ce secteur, le ministre de l’Education, conformément à la loi, a décidé de la suspension immédiate de solde pour les personnels absents de leur poste de travail sans justification; de la suspension immédiate de solde pour les enseignants n’assurant pas effectivement leurs cours; de la mise en place de conseils de discipline; de la radiation sans consultation des instances disciplinaires en cas d’abandon de poste sans motif valable pendant trois (03) mois.

Rejet de la résolution de l’Union européenne

A l’occasion, Alain-Claude Bilie-By-Nze a dénoncé une fois encore ce qui apparaît comme un acharnement et une volonté affichée de déstabilisation de certains parlementaires européens contre le Gabon. Dans son franc parlé habituel, le ministre d’Etat, ministre de la Communication a vertement critiqué cette attitude revancharde des parlementaires européens.

«Apres avoir échoué aux Nations Unies, au Sommet de la Francophonie à Antananarivo et à Nairobi au Kenya, nous nous posons des questions sur cet acharnement manifeste. Les députés européens sont élus par les peuples européens, et n’ont aucun mandat des peuples africains pour s’arroger le droit de distribuer les bons et les mauvais points à moins de considérer que parce qu’ils sont Européens, ils exercent une fonction morale sur la terre entière», a-t-il précisé.

Avant de réaffirmer le statut d’Etat souverain du Gabon qui au même titre que tout pays indépendant au monde, est libre et maître du jeu politique à l’intérieur de ses frontières.

«Nous réfutons ce comportement rétrograde que rien ne justifie. Le Gabon est un Etat souverain qui exerce pleinement ses droits», a-t-il ajouté.

Visiblement agacé par ce qui apparait alors comme un chantage permanent et condescendant des européens vis-à-vis des pays africains, Alain-Claude Bilie By Nze a, non seulement annoncé un examen prochain de l’Accord de Cotonou, mais aussi des différentes aides que le Gabon reçoit de l’Union Européenne.

«Nous allons examiner toutes les implications de cet Accord et nous déterminerons en temps voulu s’il est opportun de poursuivre cette coopération. D’ores et déjà, il nous faut rappeler que la coopération bilatérale ou multilatérale propose un intérêt mutuel, chacun doit pouvoir évaluer en toute sérénité ce qu’un accord apporte à son pays ou à son organisation. S’agissant de la coopération entre le Gabon et l’Union européenne, elle est manifeste à travers le Fonds Européen de développement (FED) et l’Accord de pêche. Nous reviendrons sur l’accord de pêche au cours d’une prochaine conférence de presse», a-t-il annoncé.

Dans une évaluation du 11e Fonds européen de développement (FED), chiffres à l’appui, il démontre combien le Gabon, comparé aux autres Etats bénéficiaires, ne reçoit que la part congrue de ladite aide.

Le porte-parole du gouvernement ne manquera pas de tacler un système européen en perte de vitesse et en manque de repères continu qui a du mal à tenir. «Lorsque l’on sait par ailleurs que la démocratie européenne traverse une crise de valeurs et que l’Union européenne elle-même traverse également une crise sans précédent avec le retrait de la Grande Bretagne par exemple. Et d’autre part, la montée des extrémismes dans des pays majeurs où l’extrême droite raciste et xénophobe est aux portes du pouvoir. Sans oublier la démocratie parlementaire européenne secouée par des cas avérés de corruption des eurodéputés. Il serait donc souhaitable, avant de faire la leçon à un pays dont l’expérience démocratique n’a que 26 ans à peine, que chacun examine en toute responsabilité sa pratique démocratique et sa gouvernance».

«Le gouvernement de la République rejette cette résolution du parlement européen car, encore une fois, des parlementaires européens ne sont pas des représentants du peuple gabonais. Le Gabon a librement choisi la démocratie et l’état de droit comme cela est fixé dans ses textes fondamentaux. La pratique de la démocratie, dans le contexte des libertés individuelles et collectives, est une réalité avérée dans notre pays. La liberté de la presse est une réalité tangible», a conclu Alain-Claude Bilie By Nze.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *