Régis Immongault à l'émission Le Ndzimba

Gabon : L’Etat n’est pas en faillite

Advertisement

Libreville, Lundi 20 Mars 2017 (Infos Gabon) – Le ministre de l’Economie, Régis Immongault a affirmé que la masse salariale et la dette publique sont importantes, mais que les caisses publiques restent stables.

Invité vendredi dernier du «Nzimba», un programme de Gabon Télévision, le ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation s’est prononcé sur diverses questions d’actualité qui touchent à la vie de la nation.

Interviewé par Patricia Ontchangalt accompagnée pour la circonstance par Franz Igoho et Stéphane Nguema, Régis Immongault est revenu sur le dernier sommet extraordinaire de Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) tenu en décembre dernier à Yaoundé et la situation économique du Gabon.

Bien qu’il ait reconnu que «le spectre de la dévaluation du CFA a été écarté à Yaoundé», il a tout de même reconnu que le pays fait face à une conjoncture économique assez difficile. D’où le récent séjour en terre gabonaise d’une mission de la Banque mondiale pour accompagner le programme de relance économique initié par le gouvernement. Ce n’est pas tout. Car, pour le ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation, le mal est plus profond.

Masse salariale et dette publique importantes

Entre autres mesures envisagées, Régis Immongault soutient qu’il va falloir revoir à la baisse la masse salariale. «Il faut réduire la masse salariale car elle n’est pas soutenable. Il faut la réduire, mais de façon progressive. Pas les salaires mais la masse salariale», a-t-il indiqué.

Au sein de l’opinion, beaucoup pensent déjà à l’avènement des mesures d’austérité. Car, comment envisager une réduction de la masse salariale sans pour autant ponctionner les salaires?

La dette publique constitue également un autre goulot d’étranglement à l’économie gabonaise. D’un montant de 4 000 milliards de francs CFA, soit 3 000 milliards de francs pour la dette extérieure et 1 000 milliards de francs pour la dette intérieure, celle-ci est affectée en grande partie à la santé et à l’éducation.

Bien que ces deux secteurs sont les plus touchés par les mouvements de revendications en cours. Malgré cette situation tendue, tout ne va pas aussi si mal que ça au Gabon. Car, la situation financière reste encore sous contrôle.

Stabilité dans les caisses de l’État

Certes, le Gabon traverse une période financière assez tendue consécutive à une baisse mondiale des cours du pétrole, mais cela ne signifie pas pour autant que les caisses de l’Etat sont vides.

Le ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement durable, a tenu à rassurer l’opinion et battre en brèche l’incessante rumeur selon laquelle le Gabon est au bord de la faillite. «Il faut prendre des mesures courageuses pour relancer l’économie», a affirmé Régis Immongault.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *