Mike Jocktane démissionne de l'Union nationale

Gabon : Mike Jocktane claque la porte de l’Union nationale

Advertisement

Libreville, Vendredi 5 Mai 2017 (Infos Gabon) – L’ancien vice-président dénonce une gestion autocratique de cette formation politique ainsi qu’une absence de vision de ses dirigeants.

Mike Jocktane ne fait plus partie des rangs de l’Union nationale (UN). Le vice-président de ce parti de l’opposition a décidé de démissionner de son propre chef pour un ensemble de raisons qui lui sont propres.

«J’ai simplement démissionné. C’est le résultat d’une réflexion de plusieurs mois. Je suis en désaccord avec les positions prises par le parti. Je suis en désaccord avec son mode de gestion. Je suis en désaccord avec la façon dont les décisions sont prises en son sein», a-t-il déclaré.

Selon lui, la rupture de bans d’avec son ancienne formation politique s’explique par le fait que cette dernière n’est plus porteuse d’espoirs. «L’Union nationale qui était l’objet du rêve gabonais ne fait plus rêver personne. Donc c’est parce que l’Union ne me fait plus rêver que j’ai fait le choix de reprendre ma liberté. Je pense que quand on fait de la politique comme j’en fais maintenant, il faut être conséquent. Deux hommes ou un groupe d’hommes ne marchent pas ensemble sans en avoir convenu et sans être d’accord. Nous ne sommes plus d’accord, chacun prend sa route», poursuit-il.

Au sein de l’opinion, beaucoup voyaient déjà venir cette démission. En décidant de participer au dialogue politique initié par Ali Bongo Ondimba dont il est membre de la Commission 2 portant sur les réformes électorales, Mike Jocktane s’était mis à dos ses camarades du parti.

Ceux-ci ayant décidé de boycotter cette grand-messe convoquée par le président de la République dont l’objectif est de sortir le Gabon de la crise postélectorale et de renouer avec le vivre-ensemble.

Dans une sortie le 2 mai dernier dans les colonnes du quotidien à capitaux publics l’Union, Mike Jocktane dresse le portrait caricatural d’un parti politique devenu aujourd’hui l’ombre de lui-même. Bien à l’opposé de ce que projetait son défunt leader.

«Aujourd’hui, l’Union nationale n’est plus ce qu’elle était il y a quelques années, lorsque mon mentor feu André Mba Obame en était secrétaire exécutif. L’UN aujourd’hui ressemble beaucoup plus à l’UGDD (Union Gabonaise pour la démocratie et le développement, ancien parti de Zacharie Myboto, ndlr) d’avant 2009 puisque la plupart des «Amoïstes» de la première heure, l’ancien vice-président, Jean Eyéghé Ndong et ses soutiens se sont retirés», dénonce-t-il.

Quant à la gestion quotidienne de ce parti, il se montre plus virulent à l’endroit de Zacharie Myboto qui, selon lui, marginalise Casimir Oyé Mba et ses proches.

Tout en dénonçant les «choix autocratiques du président Myboto et de ses affidés», il affirme que «la convocation du Conseil de discipline et de mérite ne fait pleurer personne».

Au sujet du dialogue politique en cours, Mike Jocktane souligne que cette assise nationale est «une opportunité unique pour le Gabon». «Je me battrai avec les autres afin d’obtenir des réformes importantes et utiles à même de garantir, dans l’avenir des élections politiques apaisées et une alternance pacifique du pouvoir», conclut-il.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *