Gestion des forêts : La politique gabonaise défendue à l’ONU

Advertisement

Libreville, Jeudi 11 Mai 2017 (Infos Gabon) – La ministre de l’Economie forestière, Estelle Ondo, a présenté à New-York aux Etats-Unis les mesures prises par le gouvernement pour une gestion durable des ressources forestières.

La 12e session de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur les forêts s’est tenue du 1er au 5 mai dernier à New-York aux Etats-Unis. Le Gabon y était représenté par une délégation conduite par Estelle Ondo, ministre de l’Economie forestière.

Au cours de cette rencontre, elle a présenté à l’assemblée générale les différentes mesures prises par le gouvernent gabonais en matière de gestion durable des forêts. D’après elle, la lutte contre la pauvreté, la sécurité alimentaire et l’implication des femmes font partie de la politique menée par le Gabon.

Une politique de gestion dont l’objectif est de concilier gestion durable des forêts et lutte contre la pauvreté pour la sécurité alimentaire.

Selon Estelle Ondo, le Gabon, à travers «Gabon Vert», a fait de la gestion durable des forêts une priorité avec la mise en place du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE). Grâce à cette politique, le pays a déjà eu à aménager près de 90% des forêts, soit dans un processus de concessions forestières, soit dans les aires protégées.

«Le secteur bois constitue le deuxième employeur après l’Etat. C’est vous dire l’importance de ce secteur pour le pays», a-t-elle expliqué.

«L’interdiction d’exportation des grumes, décidée en 2009, par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a permis de réduire les superficies annuelles parcourues par l’exploitation forestière. Cette décision avait pour objectif de promouvoir la transformation locale de l’ensemble de la production de bois et, par conséquent, booster la création d’emplois», a ajouté la ministre de l’Economie forestière qui a laissé entendre que cette gestion rationnelle des forêts au Gabon bénéficie aux populations riveraines.

«Afin de permettre à l’exploitation forestière de contribuer au développement local, le gouvernement a également décidé que chaque opérateur négocie et signe un cahier de charges contractuelles avec les populations riveraines. Les montants ainsi récoltés sont affectés à la réalisation des projets collectifs décidés par les populations elles-mêmes», a-t-elle expliqué.

Aujourd’hui, le Gabon réclame près de 150 000 hectares, représentant 30 forêts communautaires.

A l’Assemblée générale de l’ONU, l’émissaire du gouvernement a fait savoir que le Gabon a également lancé le processus de développement du secteur des produits forestiers non ligneux et dont les communautés rurales pourraient tirer les retombées.

Afin d’assurer une traçabilité de l’exploitation des forêts, le Gabon a ouvert des négociations APV/FLEGT avec l’Union européenne.

«Le Gabon a décidé d’assurer une sécurité alimentaire durable pour ses populations, dans le respect des principes d’agriculture raisonnée. Ceci à travers l’essor des filières agricoles et d’élevage. Les terres propices aux cultures ont été évaluées à environ 5,2 millions d’ha, pouvant être exploitées sans déforestation significative. Ce potentiel apparaît harmonieusement distribué sur l’ensemble du territoire», s’est exprimé Estelle Ondo.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *