Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba

Grèves au Gabon : Le gouvernement dénonce la surenchère et la politisation

Advertisement

Libreville, Mardi 28 Février 2017 (Infos Gabon) – Le dernier Conseil des ministres est revenu sur les mesures régulièrement prises par l’Etat pour améliorer les conditions de vie des Gabonais. Malgré l’ingratitude de certains.

Réuni en Conseil des ministres lundi 27 février 2017 autour du président Ali Bongo Ondimba, le gouvernement a condamné à l’unanimité les interminables mouvements d’humeur qui ont cours au Gabon depuis plusieurs mois.

Contrairement au reproche formulé par les différents syndicats aux pouvoirs publics de ne pas accorder une oreille attentive au train de revendications, le Conseil des ministres tient à rappeler que depuis plusieurs années, des mesures visant l’amélioration des conditions de vie des Gabonais ont été prises. A titre d’exemples : le relèvement des allocations familiales, l’augmentation de l’ordre de 30% des salaires, la prise en charge des populations économiquement faibles par la CNAMGS.

«Malgré tous ces efforts consentis par le contribuable en période de crise économique, certains compatriotes n’assurant pas régulièrement la charge pour laquelle ils perçoivent une rémunération, font dans le déni, la surenchère et la politisation de l’école gabonaise», dénonce le communiqué final ayant sanctionné la rencontre.

Dans la même veine, le gouvernement tient à rappeler que la liberté syndicale ne peut s’exercer que dans le respect des textes en vigueur.

Appel à la solidarité gouvernementale

Le président de la République qui a relevé un ralentissement de l’action gouvernementale dans son ensemble, a exhorté ses ministres à une plus grande implication dans leurs actions dans l’accélération de la mise en œuvre du projet de société.

Ali Bongo Ondimba a ainsi demandé à son équipe à redoubler d’efforts pour favoriser la relance économique, d’explorer des nouvelles opportunités sources de croissance diversifiée, de lutter contre les abus et gaspillages de toute sorte.

Face à certaines dérives constatées dans les sorties publiques de certains membres du gouvernement, le chef de l’Etat a fait un rappel à l’ordre et invité les uns et les autres à plus de solidarité.

«Les ministres n’ont pas vocation à exprimer des opinions personnelles sur l’action du gouvernement, ni à avoir des états d’âme. Ils doivent au contraire mobiliser toute leur énergie à faire réussir l’action gouvernementale qui est avant toute chose, une action collective pour le bien du peuple gabonais», a martelé Ali Bongo Ondimba. Il a par la suite invité les ministres à une pleine implication dans le Dialogue politique qui se tiendra à Libreville au cours des prochains jours.

Cette réunion de l’exécutif était aussi l’occasion d’entériner quelques mesures individuelles.

Un nouvel Ambassadeur à Paris et à la Francophonie

A l’occasion, le Conseil des ministres a confirmé le remplacement de Germain Ngoyo Moussavou, par Flavien Enongue, au poste d’Ambassadeur du Gabon en France et représentant permanent du Gabon auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le nouvel Ambassadeur est Maître-assistant et exerçait au moment de sa nomination comme professeur de philosophie à l’Université Omar Bongo. Il était également conseiller spécial, chargé de mission au cabinet du président de la République. M. Ngoyo Moussavou, après six années de mission et régulièrement contesté par la diaspora gabonaise, est quant à lui appelé à faire valoir ses droits à la retraite.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *