GSEZ : Quand les richesses culturelles du Gabon croisent les arts de Paris

Advertisement

Libreville, Mardi 19 Avril 2016 (Infos Gabon) – Sur le thème « objets de conversation », un atelier d’échanges culturels se tient à Libreville, à l’initiative de Gabon Special Economic Zone (GSEZ) SA et l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD) de Paris.

C’est au cours d’une soirée tenue le 16 avril 2016, que les 14 jeunes étudiants, designers venus de l’ENSAD de Paris, ont échangé avec les artisans et artistes gabonais, dans le but de valoriser ensemble, les diverses richesses culturelles que regorgent la forêt et la culture gabonaise et par la même occasion, combiner les talents culturels français et le savoir faire local. Cette plateforme de dialogue a marqué le début de l’atelier.

« Ces designers seront à Libreville pendant une dizaine de jours et ils vont devoir concevoir et fabriquer des meubles et d’autres objets selon leur inspiration pour valoriser tous les matériaux du Gabon », a expliqué Sophie BOURCIER, Responsable Développement du Cluster de fabrication de meubles dans la zone économique spéciale de Nkok réalisée par Olam Gabon.

Durant une dizaine de jours, les jeunes designers se joindront aux créateurs gabonais pour donner forme à des objets créatifs. Ils se serviront à cet effet, de différentes essences et matériaux que propose la nature gabonaise. Il s’agira de façonner du bois, de sculpter la pierre de Mbigou, de tailler le bambou de Chine et exploiter sous toutes leurs formes, le raphia et le pagne, afin de créer des meubles et des objets décoratifs.

Anna Bernagozzi, théoricienne du design et enseignante à l’ENSAD de Paris
Anna Bernagozzi, théoricienne du design et enseignante à l’ENSAD de Paris
Encadrés par Florence Doléac, artiste-designer et Anna Bernagozzi, théoricienne du design et enseignante à l’ENSAD, les designers vont collaborer avec des artistes, menuisiers et ébénistes locaux. «Il s’agira d’objets bavards, à la fois sensibles et utilitaires, capables de questionner les rapports, les points en commun et les écarts issus de la conjugaison des deux cultures, française et gabonaise », ont annoncé les organisateurs.

Du côté des étudiants comme celui des créateurs locaux rencontrés sur place, l’enthousiasme était au rendez-vous. Ils étaient ravis de cette expérience et de différents échanges qu’ils ont tous jugés enrichissants. «Nous souhaiterions collaborer avec M. Dieudonné, sur comment réinterpréter les objets traditionaux, et comment leur donner vie et les rendre plus attractifs », a confié Clémence Paillieux, une étudiante de l’ENSAD Paris. Un sentiment partagé également par sa collègue Manon Veret.

Clémence Paillieux et Manon Veret, étudiantes à l'ENSAD de Paris
Clémence Paillieux et Manon Veret, étudiantes à l’ENSAD de Paris
Pour sa part, Luc Ndoukou, des Etablissements NML et Membre du Cluster de fabrication de meubles de Nkok, a estimé que « l’opportunité de travailler avec un designer est une première expérience pour moi. L’approche est très intéressante et devrait m’aider à donner une nouvelle orientation à mes productions ».

Durant leur séjour à Libreville, les étudiants visiteront certains espaces alloués à l’art du pays. Ils iront à cet effet à l’Ecole Nationale des Arts et Manufactures ainsi qu’au Musée National des Arts et Traditions. Cet atelier s’inscrit également dans le processus de valorisation de la filière bois afin de faire du Gabon, une référence en matière de création à base de cette essence incontournable.

Débuté le 15 avril, l’atelier prendra fin le 26 de ce mois avec en prime, un vernissage et l’exposition des créations réalisées. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du partenariat conclu en octobre dernier par l’ENSAD Paris et GSEZ SA pour étudier la faisabilité de l’Institut Supérieur International d’Art et de Design d’Afrique (ISIADA), également appelé Arts Déco Africa prévue à la Zone spéciale économique de Nkok. Il s’agira d’offrir aux étudiants d’origines variées une école d’arts et de design d’envergure internationale sur le continent africain afin de valoriser les atouts de la diversité et de la créativité africaine et gabonaise en particulier.

FIN/INFOSGABON/HZ/2016

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *