Kimberley

Industries extractives : Le Gabon aux portes de Kimberley

Advertisement

Libreville, Mardi 12 Septembre 2017 (Infos Gabon) – Une mission d’experts de ce régime international séjourne depuis quelques jours dans le pays à l’effet d’évaluer l’observance des différentes conditions d’adhésion.

Le ministre des Mines a reçu en audience lundi une délégation d’experts du Processus de Kimberley venue auditer et évaluer le niveau de mise en conformité des différentes procédures et protocoles de gestion et de suivi de l’activité minière au Gabon. Notamment dans la filière diamant.

Les hôtes de Christian Magnagna entendent ainsi s’enquérir de l’organisation, du circuit des flux de diamants, des flux financiers et de la traçabilité qui pourraient faire du Gabon un pays conforme en matière d’industries extractives. En devenant 82e membre de ce régime international, les différentes ressources du sous-sol en provenance du pays des Panthères ne pourraient faire l’objet de rejet ou de méfiance à l’international à l’image des diamants du sang.

Bref, le Gabon va davantage gagner en crédibilité dans ce secteur en y accédant. «L’adhésion du Gabon au Processus de Kimberley va permettre non seulement de protéger les producteurs de diamants, mais aussi permettre au sein de notre économie, l’introduction des investisseurs étrangers qui viendront valoriser ces gisements», a affirmé Christian Magnagna.

D’après le ministre des Mines, la certification du Processus de Kimberley va encourager le contrôle et l’augmentation de la production de diamants par les artisans locaux et leur permettre d’obtenir un meilleur revenu. Tout comme elle va attirer les grands groupes internationaux miniers et de négoce, et développer des investissements dans la filière.

Le Gabon pourra également parvenir à capter et à optimiser les revenus financiers issus de son sous-sol surtout dans un contexte où l’informel règne en maître absolu dans les régions de Mitzic, Makongonio, Nzenzelé, Waka et Makokou, avec une fuite importante de capitaux vers l’étranger sans véritable contrôle de l’Etat.

«Les conclusions positives de cette mission assureraient l’adhésion et l’admission du Gabon comme pays participant au Processus de Kimberley à la fin de l’année 2017», souhaite-t-il. «Maintenant que le Gabon veut entrer dans ce processus, c’est avec bonheur qu’il pourra commercialiser son diamant et tirer tous les bénéfices pour améliorer son économie à travers la filière du diamant», souligne Maurice Miema, chef de la mission du Processus de Kimberley.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *