Les jumeaux de Charlène de Monaco : problème de succession ?

Advertisement

Libreville, Vendredi 10 Octobre 2014 (Infos Gabon) – En confirmant être enceinte de jumeaux tel que cela avait transpiré depuis mai dernier, la princesse Charlene de Monaco ne peut plus empêcher de s’interroger sur l’éventuel problème de succession au prince Albert II, sachant que ces jumeaux sont tous deux ses premiers nés et qu’il s’agirait d’une première dans la succession au trône de Monaco.

« Mon vieux camarade de classe Mike Wittsock m’a téléphoné pour m’annoncer que sa fille était enceinte de jumeaux », avait tweeté le journaliste sud africain Derek Matt, ami du père de la future maman, qui a avoué cette grossesse de jumeaux dans le magazine hello et de préciser qu’elle se sentait, ‘’’extrêmement bien ‘’.

La constitution du rocher se trouve donc solliciter pour régler cette question de succession qui se présenterait ainsi si les jumeaux sont un garçon et une fille, c’est le garçon qui accédera au trône

Et s’il arrive que les jumeaux sont deux garçons ou deux filles, ce serait le droit d’aînesse qui prévaudrait. Soit c’est le premier ou la première né(e) ou sorti(e) par césarienne qui succédera à son père. A noter qu’en cas de césarienne, c’est quasiment le chirurgien qui choisira l’héritier du trône de Monaco. On imagine quelle reconnaissance pourrait lui vouer le futur prince.

Reste que selon la constitution monégasque du Rocher, « la succession au trône ouverte par suite de décès ou d‘abdication, s’opère dans la descendance directe et légitime du prince régnant, par ordre de primogéniture avec priorité masculine au même degré de parenté ».

FIN/INFOSGABON/RI/2014

Copyright Infos Gabon

Advertisement

2 comments

  1. Ce n’est pas compliqué, on fait valoir le droit d’ainesse. Il y a bien un qui est né quelques minutes, sinon plusieurs minutes avant l’autre !

  2. et voilà une fois encore on parle de constitution
    mais là c’est clair les monégasques appliqueront LEUR CONSTITUTION ET RIEN QUE LEUR CONSTITUTION PAS CELLE DE LA FRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *