Alain-Claude Bilie By Nze et la météo

Météo : Le Gabon comme il va

Advertisement

Libreville, Dimanche 5 Mars 2017 (Infos Gabon) – L’échange de vendredi dernier entre Alain-Claude Bilie By Nze et la presse a porté sur la remise du rapport des travaux préparatoires du Dialogue national inclusif et sans tabou, la remise du rapport du Haut Conseil sur l’investissement, la situation à l’éducation nationale, le Conseil présidentiel sur l’enseignement supérieur, les mesures prises par le Conseil des ministres sur la réforme des hôpitaux, la mise au point du procureur de la République, la situation dans le secteur pétrolier, l’augmentation des prix à la pompe et la Tropicale Amissa Bongo.

Dialogue national inclusif et sans tabou

Dans le cadre du prochain dialogue politique inclusif, le président de la République, Ali Bongo Ondimba a reçu jeudi dernier des mains du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, le rapport général des travaux du Comité ad hoc paritaire chargé de préparer l’organisation de ladite rencontre. Il ressort du propos du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement que ces travaux se sont déroulés durant dix jours avec une soixantaine de participants représentant les partis politiques de la majorité et de l’opposition.

«Ce rapport présenté au chef de l’Etat contient les propositions concrètes et objectives qui seront débattues lors de la deuxième phase du dialogue politique. Durant les travaux, 4 grands thèmes ont été retenus : la réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit; les réformes électorales; la modernisation de la vie politique et la consolidation de la paix et la cohésion nationale», a indiqué Alain-Claude Bilie By Nze. Il affirmera par la suite que ce rapport a été adopté de manière unanime par l’ensemble des acteurs politiques membres du comité paritaire majorité-opposition.

Rapport du Haut Conseil sur l’investissement

Il est également revenu sur la remise par Madeleine Berre, ministre de la Promotion des investissements privés, au Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet mardi dernier du rapport des travaux préparatoires à la tenue du Conseil.

«Ce travail comporte dix propositions pour développer les moteurs de croissance en douze actions afin d’améliorer l’environnement des affaires et quatre pour renforcer la compétitivité des secteurs porteurs de croissance», a-t-il ajouté. D’après lui, ces résolutions sont issues de cinq ateliers et devront être présentées sous la forme des mesures urgentes et traduites en acte de réforme. Ce travail sera soumis au chef de l’Etat le 7 mars prochain au cours d’une cérémonie officielle.

Situation à l’Education nationale

A ce sujet, un conseil interministériel présidé par le Premier ministre s’est tenu le 1er mars dernier. Le ministre de l’Education nationale, a fait le point sur les derniers événements dans ce secteur. A l’occasion, Florentin Moussavou a révélé que certains fonctionnaires n’ont pas mis les pieds dans les salles de classe depuis 24 mois et qu’ils s’adonnent plutôt à des activités autres que celles pour lesquelles ils sont régulièrement rémunérés.

A en croire le porte-parole du gouvernement, les pouvoirs publics n’entendent pas céder au découragement et ont toujours en cœurs l’avenir des milliers de jeunes Gabonais mis en mal par cette vague de revendications.

«L’objectif du gouvernement est de résoudre tous ces problèmes. Et le président de la République a la volonté constante, celle de l’avenir des petits Gabonais qui le préoccupe», dira-t-il. «Tous ces problèmes vont donc être analysés autour du Premier ministre et les décisions seront prises. Le dialogue social doit reprendre ses droits.

«Toutefois, la liberté syndicale ne peut s’exercer que dans le respect des textes en vigueur. Je rappelle et confirme que l’ambition du Président de la République est d’offrir le meilleur enseignement et la meilleure santé pour les petits Gabonais en vue d’atteindre l’émergence», ajoutera M. Bilie ByNze.

Conseil présidentiel sur l’enseignement supérieur

L’on retiendra également de cette conférence de presse hebdomadaire que l’agenda du président de la République a été marqué au cours de cette semaine par les deux réunions du Conseil présidentiel tenues le 2 mars sur les situations dans les secteurs de l’enseignement supérieur et de la santé qui ont été examinées.

Concernant l’Enseignement supérieur, le ministre de la Communication dira que «le Conseil a traité de la question de la restitution des travaux des commissions mises en place pour réfléchir sur les problèmes qui minent ce département, principalement autour des sujets tels que la gouvernance du secteur, les œuvres sociales (restaurants universitaires, capacités d’accueil des cités) et la gestion des bourses.»

Le président de la République a demandé que le travail se poursuive au niveau du gouvernement. «L’objectif de ces réformes vise à améliorer la gouvernance des établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que le service social aux étudiants sans alourdir les charges financières de l’Etat», a précisé l’orateur. Surtout lorsqu’on sait aujourd’hui qu’en matière de bourses, l’Etat débourse près de 78 milliards de francs CFA.

Réforme des hôpitaux

Au cours de sa séance du 27 février dernier, le Conseil des ministres a adopté un projet d’ordonnance portant réforme hospitalière au Gabon. Celui-ci fixe les règles relatives à la création et à la gestion des établissements hospitaliers du service public, et vise l’optimisation et la pérennisation de ces importants investissements.

D’après Alain-Claude Bilie By Nze, l’objectif poursuivi reste la performance, aussi bien dans la gestion administrative et financière que dans l’offre de soins. Elle s’articulera autour de deux axes majeurs. A savoir, une définition du service public de santé hospitalière, composé des établissements publics de santé hospitalière civils et ceux du service de santé militaire et une classification des établissements publics de santé hospitalière en trois catégories constituée des hôpitaux de niveau primaire; des hôpitaux de niveau secondaire; des hôpitaux de niveau tertiaire.

Ce texte autorise le Centre hospitalier régional universitaire (CHRU), ainsi que le Centre hospitalier universitaire (CHU) à signer des conventions avec les instituts de formation en matière de santé ou de recherche.

Mise au point du Procureur de la République

Le porte-parole du gouvernement est aussi revenu sur la dernière sortie du procureur de la République, près les tribunaux de Libreville portant sur le mandat d’arrêt international lancé contre quatre ressortissants gabonais en cavale à l’étranger.

Alfred Mabicka Mouyama, Yves de Saint Fidèle Mapakou, Franck Ping et Hervé Ndong Nguema sont poursuivis pour différentes affaires dans lesquelles ils sont soupçonnés dans leur pays.

«Le procureur de la République a rappelé que ces compatriotes sont poursuivis pour des délits de droit commun dont leur implication est avérée et non pour des raisons politiques comme ils veulent le faire croire. Il déplore tout de même la lenteur observée dans le traitement des procédures auprès des pays alliés où ces derniers séjournent alors que des mandats ont été émis par un juge d’instruction du Tribunal de première instance de Libreville», a-t-il expliqué.

Pénurie de carburant

Suite au dysfonctionnement survenu dans la distribution des produits pétroliers, notamment l’essence, depuis le 1er mars dernier, des mesures sont en cours pour ramener la situation à la normale.

Selon Alain-Claude Bilie By Nze, cette situation est imputable à l’arrêt de l’unité dite « reformeur » de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), suite à une panne technique qui a stoppé la production et ralenti l’approvisionnement nécessaire en essence.

«Face à cette difficulté, le ministre du Pétrole, Pascal Houangni Ambourouet, a donné des instructions aux services techniques de Gabon Oil Marketing, à ceux de la Société gabonaise de raffinage, ainsi qu’à la Société gabonaise d’entreposage de produits pétroliers, élargis aux marketeurs, de travailler ensemble pour qu’une solution soit trouvée dans les plus brefs délais. Depuis cette nuit (vendredi, ndlr), le réapprovisionnement des stations s’est effectué et la situation est en cours de normalisation», a-t-il rassuré.

Augmentation des prix à la pompe

La légère hausse des prix du carburant survenue depuis mercredi dernier (l’essence est passée de 565 à 580 francs le litre, et le gasoil de 495 à 510 francs le litre) n’est pas passée inaperçue. Le porte-parole du gouvernement impute cette situation à l’application des dispositions du décret N°0274 PR/MPH du 21 mai 2015, portant organisation de la Commission nationale des prix des produits pétroliers en République gabonaise, et de l’arrêté N°0003/ MDDE-PIP/MPH du 29 janvier 2016 déterminant les modalités de fixation des éléments de la structure des prix des produits pétroliers mis à la consommation.

Cependant, le prix du gaz et du pétrole, tous deux issus également de la transformation des produits pétroliers, sont restés inchangés.

Tropicale Amissa Bongo

La 12ème édition de la Tropicale Amissa Bongo lancée le lundi 27 février entre les villes de Moanda et Akiéni dans la province du Haut-Ogooué a également retenu son attention. Notamment le forfait à la dernière minute de l’équipe nationale du Gabon.

D’après lui, les Panthères du Gabon version cyclisme ont exigé le paiement intégral de l’ensemble de leurs primes par la Fédération gabonaise de cyclisme. Des primes, consécutives à leur participation à de nombreuses compétitions internationales depuis au moins deux ans, y compris pour l’édition 2016 de la Tropicale.

«La ministre en charge de la Jeunesse et des Sports, non informée de cet état de fait par les instances dirigeantes de la FEGACY, déplore tout en condamnant cette attitude intransigeante des cyclistes gabonais, préjudiciable à l’image du cyclisme en particulier et du sport gabonais en général», a affirmé le porte-parole du gouvernement.

«La ministre de la Jeunesse et des Sports (…) prendra immédiatement les mesures d’urgence qui s’imposent. Pour ce qui est du point de la compétition, la quatrième étape qui devait se tenir hier (jeudi, ndlr) entre Fougamou et Lambaréné, ne s’est pas courue en raison d’une panne survenue sur l’un des avions affrété au transport des coureurs de Franceville à Lambaréné», a conclu Alain-Claude Bilie By Nze.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *