Je suis attaché à la valeur de l’unité des gabonais, Alfred Nguia Banda

Libreville, Lundi 18 Mai 2015 (Infos Gabon) – Accueil délirant pour un grand événement au stade de Minvoul, à plus de 800 Km de Libreville dans la province du Woleu-Ntem, où Alfred Nguia Banda, le parrain, s’est rendu le week-end écoulé en vue de procéder à l’installation des responsables de l’association Solidarité Haut-Ntem (SHN). A Minvoul, il a déclaré : « Je suis attaché à la valeur de l’unité des gabonais ».

A la tête d’une forte délégation composée de ses proches collaborateurs, des clubs de judo et de Taekondo, le parrain de cette association, par ailleurs Directeur Général du Centre de Développement des Entreprises (CDE) et parrain du Mouvement d’Action pour le Gabon (MAG), Alfred Nguia Banda a, d’entrée de jeu, précisé qu’il était à Minvoul chez lui et non pas comme un étranger. Tout en remerciant les minvouloises et minvoulois de l’accueil, il a fait savoir que « chaque Gabonais doit être à l’aise de vivre où il veut sur le territoire national, peut s’établir dans la localité qui lui convient, investir où il le souhaite». « Le Gabon est un et indivisible et chacun doit se sentir chez lui en tant que Gabonais», a-t-il lancé, avant de souligner que personne ne peut lui demander pourquoi ce choix de Minvoul, qui n’est d’ailleurs une propriété de quiconque. « Je suis attaché à la valeur de l’unité des gabonais. J’invite les fonctionnaires qui sont affectés dans le Haut-Ntem à travailler pour le développement de
Minvoul en particulier et de tout le pays en général », a déclaré Alfred Nguia Banda, avant de procéder à l’installation du président de l’association Solidarité Haut Ntem, M. Simon Pierre Minko Biyogo qui, à son tour, a installé les membres du directoire de l’association.

Alfred Nguia Banda a invité les minvoulois à rester unis en intelligence avec les fonctionnaires et à accueillir tous ceux qui viennent dans ce département pour contribuer à son développement. Comme dans toutes les provinces où il est passé en tant que parrain pour installer les responsables locaux des associations, il a fait observer que l’école était pour lui très important. « L’école, c’est le chemin de la réussite sociale, de la vie, raison pour laquelle j’invite mes parents à envoyer les enfants à l’école qui est l’arme des faibles et des pauvres », a-t-il déclaré, précisant que Minvoul est l’un des départements qui fournit l’intelligencia, soit plus d’intellectuels au Gabon, notamment le Pr Albert Ondo Ossa, le Pr Alexis Mengue Moyé, Pr Mengué Me Ngouan, Jean Michel, Me Nkeya, Marie-Julie Biyoghe, etc. Toute chose qui a justifié son don de fournitures scolaires (appareils photocopieurs de haute gamme, des rames de papier, stylos, cahiers, craies, etc.) aux élèves du collège, du lycée et du complexe scolaire (école primaire) de cette localité. Et pour justifier son geste, il a ajouté : « J’ai pensé à mes enfants en leur apportant ce matériel ».

Dans cet élan de solidarité, Alfred Nguia Banda a fait de grands efforts pour remettre un important lot des médicaments selon le besoin exprimé par la population. Des produits pharmaceutiques, plusieurs cartons chiffrés à plusieurs millions de francs CFA, qui ont été remis au responsable du centre de santé de Minvoul et du dispensaire, des structures sanitaires qui fonctionnaient dans le dénuement le plus total, oublié carrément par le ministère de la santé. « Il ne faut pas vendre ces médicaments, il s’agit d’un don pour soigner tout le monde », a exhorté Alfred Nguia Banda. Tout en paraphrasant le livre des Psaumes dans la bible, il a laissé entendre que mieux vaut le peu du juste que l’abondance des méchants. « C’est ma contribution pour le développement de Minvoul, car la solidarité c’est aussi veiller à la santé des vieux qui ne peuvent plus se déplacer», a-t-il relevé.

Fondant son action autour de la consolidation de l’unité nationale avec pour leitmotivs la lutte contre le chômage des jeunes, le développement économique, la promotion de l’égalité des chances et de la culture gabonaise, la fraternité et la solidarité, le parrain n’a pas manqué de procéder à la remise des équipements sportifs aux équipes de Minvoul tout en les encourageant à un effort plus valable pour gagner les compétitions et aller plus loin.

Visiblement satisfait de son installation en qualité de président de l’association Solidarité du Haut Ntem, M. Simon Pierre Minko Biyogho a exprimé toute sa fierté légitime pour les nobles et prestigieuses fonctions de président. Il a mesuré le poids des responsabilités qui lui incombent et a promis de ne ménager aucun effort pour mériter la confiance et l’estime placés en sa modeste personne par les membres de cette association qui regroupe tous les fils et filles du département du Haut-Ntem. Il a promis aussi de s’inscrire dans les objectifs prescrits par l’association, à savoir : consolider les liens d’amitié, de solidarité et de fraternité entre fils et filles du haut Ntem, œuvrer pour promouvoir les valeurs culturelles, lutter contre les exclusions sociales, encourager la création des coopératives agricoles, valoriser l’élevage et la pêche artisanale, inciter les jeunes à embrasser les professions liées aux petits métiers.

Et pour réussir ce challenge, il a dit qu’il lui était apparu indispensable de solliciter un parrainage. « Une telle démarche implique le respect de certaines valeurs culturelles, intellectuelles, humanitaires et républicaines, c’est ainsi que le choix a été porté sur un digne fils de la République, M. Alfred Nguia Banda. Par ses actes qu’il ne cesse de poser, il incarne toutes ces valeurs. L’écho de générosité et de solidarité dont il fait montre, ne fait l’ombre d’aucun doute qu’il est l’homme qu’il faut pour défendre les intérêts des minvouloises et minvoulois et porter leurs espoirs encore plus haut », a-t-il fait observer.

Pour Simon Pierre Minko, le parrainage scellé vient combler les attentes de la population et hisser la contrée au rang des autres associations qui ont eu à solliciter le parrainage de M. Alfred Nguia Banda.

Une cérémonie riche en enseignement et en émotion qui restera dans la conscience collective des fils et filles du Haut-Ntem, qui ont eu droit à une démonstration des Kata de judo et Taekondo et la prestation de l’artiste Arnaud Eyagha et cela, selon le président de l’association Solidarité Haut Ntem, demeurera l’un des plus importants de leurs souvenirs.

FIN/INFOSGABON/WT/2015

Copyright Infos Gabon