Economie

Entrepreneuriat : 100 000 jeunes ciblés en Afrique

Libreville, Lundi 8 Juillet 2019 (Infos Gabon) – Le partenariat signé le 6 juillet dernier à Niamey au Niger entre le Programme des Nations unies pour le développement et la Fondation Tony Elumelu ambitionne d’autonomiser ces derniers.

Au-delà du lancement effectif de la Zone de libre-échange africaine (ZLECAF), le 12e sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) tenu du 4 au 8 juillet 2019 au Palais des congrès de Niamey au Niger aura servi de cadre à la signature d’un partenariat entre le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Tony Elumelu (TEF).

L’acte posé par l’agence chargé du développement international et la principale organisation philanthropique africaine en matière d’autonomisation des entrepreneurs vise à terme la formation, l’encadrement et le soutien financier de 100 000 entrepreneurs en herbe en Afrique sur une période de 10 ans en vue de l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). Avec un accent particulier sur un soutien pour les entreprises, le document paraphé au Niger vise à générer des millions de nouveaux emplois et d’importants revenus en Afrique.

Priorité au Sahel

Côté PNUD, ledit partenariat a été signé par le directeur régional pour l’Afrique, Ahunna Eziakonwa. Tandis que côté TEF, c’est son fondateur, Tony Elumelu en personne qui a fait le voyage de Niamey pour poser sa précieuse signature au bas du document. Dans sa matérialisation, le partenariat est appelé à cibler les jeunes Africains des communautés considérées comme étant laissées en rade, à commencer par le Sahel, eu égard au potentiel de la région qui renferme la population la plus jeune au monde.

Soit 194 millions de personnes âgées de moins de 25 ans (64,5% de la population totale). Cette synergie d’actions entre TEF-PNUD au profit des jeunes entrepreneurs de la région du Sahel sera implémentée dans le cadre du programme phare de la TEF, qui a déjà soutenu 7 520 entrepreneurs locaux de 54 pays africains en cinq ans seulement. Avec pour objectif principal le renforcement de la création d’emplois grâce à un esprit d’entreprise dynamique et la création d’une croissance économique durable ancrée sur le développement des communautés et des États, le programme devra s’appuyer sur l’initiative YouthConnekt du PNUD.

Pour la sous-secrétaire générale et directrice régionale du PNUD pour l’Afrique, le choix de la région du Sahel n’est pas un fait du hasard au regard des multiples opportunités qu’elle regorge.

«Nous considérons le Sahel comme une région offrant de nombreuses possibilités et investir dans la jeunesse est une condition préalable à la stabilisation de la région. Les jeunes devraient être au cœur de tout programme de développement. Nous devons investir dans leur potentiel, leur talent, leur énergie et leur enthousiasme et leur donner la possibilité de réaliser pleinement leurs aspirations. C’est la raison pour laquelle le PNUD a élaboré conjointement des solutions de développement en investissant dans des modèles d’entreprenariat favorisant une croissance inclusive. Le partenariat avec les jeunes entrepreneurs sahéliens est un catalyseur de transformation et de développement durable. Nous appelons les autres entités du secteur privé à rejoindre la Fondation Tony Elumelu pour soutenir les entrepreneurs en herbe», a indiqué Ahunna Eziakonwa.

Du côté de la Fondation Tony Elumelu, l’on se réjouit de ce soutien du PNUD qui va contribuer sans doute au succès de cette opération.

«Notre partenariat avec le PNUD vient à point nommé. Il contribuera directement au succès des entreprises dans un certain nombre de zones fragiles et est une preuve de la pertinence de l’approche que nous avons adoptée en matière de mécénat. L’Afrique a besoin de partenaires qui ne croient pas seulement au potentiel de son secteur privé pour soutenir le développement économique, mais aussi qui y apportent leur soutien. Avec cet accord, le PNUD s’est révélé comme un véritable partenaire des entrepreneurs africains et a démontré son engagement à travailler avec nous pour augmenter l’impact de cette initiative et éliminer la pauvreté sur le continent», a souligné Ifeyinwa Ugochukwu, Président directeur général de la Fondation Tony Elumelu.

Une initiative saluée par l’Union africaine

Le partenariat PNUD-TEF permettra aux candidats sélectionnés de bénéficier chacun d’un capital de démarrage non remboursable d’un montant maximum de 5 000 dollars, d’un accès à des mentors, d’une formation en entreprenariat de 12 semaines et des possibilités de mise en réseau. Ces derniers rejoindront les 3 051 bénéficiaires retenus à la faveur de l’édition 2019 du programme d’entrepreneuriat TEF.

Il est à noter que les demandes seront traitées sur TEFConnect qui, à ce jour, se présente comme étant la plus grande plate-forme de réseau numérique pour les entrepreneurs africains. Les formulaires seront disponibles dans les agences de UBA des pays concernés. Après l’enregistrement des candidatures, une liste initiale de 5 500 candidats sera sélectionnée pour suivre la formation de 12 semaines en entreprenariat.

Après la formation, une liste finale des 2 000 candidats retenus sera annoncée pour rejoindre la cohorte 2019 du TEF précédente. Le programme d’entrepreneuriat des jeunes Sahel TEF-PNUD rentre en droite ligne de la vision du Plan d’action de la décennie de la jeunesse de l’Union africaine (UA) et de la stratégie des Nations unies pour la jeunesse à l’horizon 2030. Ces stratégies doivent permettre aux jeunes ciblés d’atteindre leur plein potentiel par le biais de l’éducation, du développement des compétences, de l’emploi des jeunes et de l’esprit d’entreprise, en vue de la réalisation des Objectifs du développement durable et de l’Agenda 2063 de l’UA.

S’exprimant lors du lancement de l’initiative similaire « Un million d’ici 2021», le président de la Commission de l’Union africaine a loué cette initiative qui ambitionne d’assurer une meilleure autonomisation des jeunes Africains.  

«Le Programme Un million d’ici 2021 est un appel à l’action lancé par l’Afrique qui vise à s’assurer qu’aucun jeune âgé de 15 à 35 ans ne soit laissé pour compte. L’initiative adopte une perspective panafricaine et facilite les partenariats stratégiques pour offrir de nouvelles opportunités aux jeunes africains», a déclaré Moussa Faki Mahamat. Il a par la suite invité à l’esprit de solidarité.

«L’UA dispose de l’expertise, de la capacité de ratisser large grâce à sa portée continentale, mais elle ne peut pas à elle seule garantir le succès. Nous avons besoin de l’engagement de nos partenaires des secteurs public et privé pour réussir. Face à notre chantier gigantesque, un effort collectif est nécessaire pour continuer le combat et relever le défi. En Afrique, nous disons: “Les fagots de bois attachés ensemble sont difficiles à casser. C’est cette approche que nous devons adopter”», a-t-il déclaré.

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon / Carburant : Baisse de 15 f à la pompe

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *