Politique

Gabon : En route vers la refondation de la République

Libreville, Vendredi 8 Septembre 2023 (infos Gabon) – Etape par étape et en toute sagesse, le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) plante les jalons et lève un coin de voile sur les acteurs qui vont l’accompagner dans la refondation du Gabon nouveau tourné vers son essor et sa félicité. Toutefois, vigilance à certains discours extrémistes tendant à travestir le discours refondateur du chef de l’Etat de transition.

Au Gabon, les jours passent et les choses s’accélèrent à une cadence conforme aux attentes des populations. Comme cela a été annoncé lors de la prestation de serment et dans le respect de la nouvelle donne politique, les mesures visant à dévoiler les profils de nouveaux acteurs des institutions, la décrispation politique et la relance de l’administration publique s’enchainent progressivement.

C’est ainsi que nous avons tour à tour appris à la faveur de différents communiqués quelques nominations d’attaque. On note ainsi l’arrivée de Dieudonné Aba’a Owono comme président de la Cour constitutionnelle en remplacement de Marie Madeleine Mboratsouo.

Sur pied du communiqué n°5 du CTRI, l’ancien chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a été déclaré libre de tous ses mouvements pour des raisons de santé.

Quant à Raymond Ndong Sima, il prend le flambeau et devient le successeur d’Alain-Claude Bilie By Nze au poste de Premier ministre de transition.

Le Professeur Guy Rossatanga-Rignault devient le Secrétaire Général de la Présidence de la République.

A ce stade, toutes ces mesures sont accueillies dans la liesse à l’image de ce qui avait prévalu lors de la prise de pouvoir par l’armée le 30 août dernier.
Seulement voilà ! Si au plus haut niveau de l’Etat, les autorités de transition agissent avec sagesse, méthode et clairvoyance dans le respect des engagements et assurances donnés, on ne saurait en dire autant par rapport à certains échos qui remontent des quartiers populaires.

Où, d’après de nombreux témoignages, certains acteurs privés notamment dans les espaces commerciaux veulent confondre vitesse et précipitation dans la mise en œuvre des annonces du chef de l’Etat.

D’une part, chacun dans ces espaces interprète ou s’approprie les mesures annoncées par le Comité de transition à sa sauce si l’on ne se substitue pas par usurpation à l’autorité municipale d’autre part.

C’est notamment le cas de la scène proche d’une récupération politique qui a failli mal tourner pas plus tard que le mercredi 06 septembre dernier dans un quartier de Libreville.

L’auteure et initiatrice de ce dérapage verbal ne s’embarrasse pas de mots sous forme de vindicte populaire à peine voilée.

Extraits : « Ici nous sommes au marché de Nzeng-Ayong. Aujourd’hui nous sommes le 06 septembre 2023. Par rapport à ce qui a été dit par le nouveau président de la République, les nationaux ont 80% à tous les niveaux dans tous les secteurs dans ce pays ».

Avant d’ajouter : « Depuis pratiquement trois (03) jours j’ai demandé à ce sujet nigérian d’enlever sa table de là parce que moi j’ai envie de faire le classement de tous les nationaux ici à l’extérieur pour leur donner les places les plus en vue ; mais il résiste en appelant son avocat ou ses relations ; demain ou vendredi au plus tard on va s’occuper de son cas ; s’il faut faire la force, on fera la force ».

Devant une foule excitée et sans broncher, l’harangueuse de foule de circonstance a enfoncé le clou. « Désormais, la mairie est une institution qui a été détruite également par le président de la République ; et nous-mêmes les nationaux on prend possession du domaine communal ; moi-même je vais placer des nationaux tout le long ici ».

A bien regarder dans l’esprit et la lettre, cette interprétation aux antipodes ne reflète en rien la substance du discours livré par le président de transition le jour de sa prestation de serment.

Dans sa feuille de route, la ligne du Comité de transition et de la restauration des institutions est sans équivoque. Le Gabon que le CTRI entend construire vise à la fois la sauvegarde des intérêts de nationaux ainsi que ceux de l’ensemble des communautés étrangères ayant choisi le Gabon comme seconde patrie et vivant dans le respect de la loi.

Sans doute, une communication idoine, ciblée et de tous les instants est plus que nécessaire pour ne pas voir le message du président Brice Clotaire Oligui Nguema et l’ensemble du Comité pour la transition et la restauration des institutions être dévoyé par des tiers.

FIN/INFOSGABON/SM/2023

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *