Politique

Gabon : Moubamba va demander à la justice d’auditer les comptes de l’UPG

Libreville, Mardi 9 Juin 2015 (Infos Gabon) – Le 6 juin 2015 à son siège d’Awengjé, le nouveau président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) légaliste, Bruno Ben Moubamba a, après un bref hommage rendu à André Mba Obame et Pierre Mamboumdou, expliqué d’entrée de jeu que la tenue du premier congrès de l’UPG des 9, 10 et 11 avril 2015 qui l’a porté à la présidence du parti, procédait entre autres raisons de l’article 54 de la loi relative aux partis politiques qui dispose que « le parti qui n’a pas réuni son congrès dans les délais statutaires perd son droit à la subvention annuelle ».

De même a-t-il poursuivi, son élection à la tête du parti est une démonstration de la démocratie parce qu’il a été désigné par le peuple de l’UPG. Ensuite, avant d’égrainer les quelques objectifs de sa déclaration du jour.

Elle a ainsi visé, a-t-il dit, à rassurer les militants et militantes de sa présence et de celle du nouveau directoire du parti au siège d’Awendjé, en dépit des déclarations mensongères contraires distillées ici et là. Autant que de la tentative illégale d’expulsion dont lui et les autres élus du parti ont été l’objet.

Ensuite, il a pris acte de ce que le secrétaire exécutif déchu n’a jamais attaqué le congrès qui l’a élu président du parti, mais qu’il préfère poursuivre la personne de Bruno Ben Moubamba. Comme pour dire que Matthieu Mboumba Nziengui n’a jamais contesté le caractère démocratique du congrès du gymnase d’Oloumi avec ses 700 congressistes venus de neuf provinces du Gabon.

Un autre objectif de cette déclaration a été, a dit l’homme politique, de mettre fin à quatre années de gestion opaque du secrétaire exécutif déchu et ses compères, mus davantage par l’argent et la corruption, s’agissant notamment du budget 2013 du parti fixé à 80 millions de FCFA, mais dont les réalisations demeurent invisibles. Toutes choses sur lesquelles il a annoncé qu’il en saisira la cour des comptes et la justice, pour un audit des comptes du parti.

Bruno Ben Moubamba a aussi à l’occasion adressé une mise en garde aux upegistes de Port-Gentil sur les sanctions disciplinaires auxquelles ils s’exposent pour les actes posés contre les intérêts supérieurs de l’UPG.

Il n’a pas également manqué l’opportunité de rappeler l’encrage de l’UPG dans l’opposition, ainsi que son ouverture à tout partenariat allant dans le sens de la démocratie, autant que sa disposition à l’union de l’opposition et son souhait d’un changement du Gabon.

Un fait notable est l’interpellation que le président l’UPG a adressé au Conseil National de la Démocratie (CND) dirigé par un juriste de formation et ancien juge constitutionnel, en la personne de Me Séraphin Ndaot Rembogo, « afin qu’il favorise au plus vite, le chantier d’une révision constitutionnelle en 2015 pour une élection présidentielle à deux tours et une biométrie intégrale ».

Signalons qu’à propos de cette révision constitutionnelle, le Porte parole de la Présidence de la République, Alain Claude Bilié By Nze, se fondant sur la loi, a expliqué qu’il n’y aura pas de révision constitution dans le but de modifier la loi électorale avant les prochaines élections. « La loi ne permet pas de réviser actuellement la constitution », a-t-il dit. Reste à savoir la position du CND face à la proposition de Bruno Ben Moubamba.

FIN/INFOSGABON/MT/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *