Politique

Mesures d’austérité au Gabon : L’opposition invitée à l’effort commun

Le Premier ministre a sensibilisé vendredi ses leaders sur le bien-fondé de l’opération de réduction du train de vie de l’Etat en cours au Gabon.

Dans le cadre de la campagne d’explication des mesures d’austérité initiées par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, en vue de l’assainissement de la dépense publique, le chef du gouvernement a poursuivi vendredi avec l’opposition gabonaise. Dans une démarche pédagogique, Emmanuel Issoze Ngondet a expliqué que toutes ces mesures visent tout simplement à relancer la croissance à travers une réduction drastique du train de vie de l’Etat.

Il a ainsi invité à cet effet ceux-là qu’il a qualifiés de «partis de l’opposition responsable et constructive» à un sursaut d’orgueil. «Le retour à une croissance durable passe par cet effort commun», a-t-il indiqué. «J’en appelle à votre sens de la responsabilité et du patriotisme. Vous avez déjà fait la preuve par votre participation au dialogue politique d’Angondjé, votre acceptation de participer au gouvernement», a-t-il poursuivi.

Dans un rappel des différentes mesures initiées pour mener à bien ladite opération, l’orateur a énuméré la réduction de 40% des effectifs des membres en service au cabinet présidentiel, de 50% des membres au sein de son propre cabinet et des différents départements ministériels,  la réduction de 15% des frais de fonctionnement des institutions, la réduction des agences, le gel des recrutements pendant une période de trois ans, l’arrêt des concours à la Fonction publique, la suppression des voyages en classe affaire sauf pour les ministres et assimilés et l’augmentation de certaines taxes.

Parmi les grandes figures de l’opposition présentes à cette rencontre tenue au Delta Postal à Angondjé, le vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou, président du Parti social démocrate (PSD), René Ndemezo’o Obiang, président de Démocratie Nouvelle (DN), Bonaventure Nzigou Manfoumbi, Mathieu Mboumba Nziengui et plusieurs autres leaders ayant pris part au dialogue politique d’Angondjé.

En réaction, les interlocuteurs d’Emmanuel Issoze Ngondet qui ont salué ces mesures, ont cependant souhaité que celles-ci passent par la réduction immédiate de la taille du gouvernement de 41 membres à 25 environ, la suppression de toutes les agences pour laisser fonctionner les ministères, le coût des véhicules administratifs à 15 millions au lieu d’un plafond de 30 millions de francs CFA et la suppression de certaines rémunérations non statutaires. L’opposition aurait aussi souhaité que des institutions comme le Conseil économique, social et environnemental et le Comité de suivi des résolutions du dialogue d’Angondjé soient consultés au préalable.

LIRE AUSSI  Mesures d’austérité au Gabon : Issoze Ngondet en mode pédagogique

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *