Gabon : Biviga et Libama libérés

Advertisement

Jeudi 27 Juillet 2017 (Infos Gabon) – Détenus depuis le 20 juin dernier à Tchibanga, le journaliste et le syndicaliste ont recouvré leur liberté ce mercredi suite à une décision de la Cour d’appel de Mouila.

Juldas Biviga et Marcel Libama respirent à nouveau l’air de la liberté depuis ce mercredi, après plus d’un mois passé derrière les barreaux de Tchibanga dans le sud-ouest du pays. En détention depuis le 20 juin dernier, le journaliste en service à la station provinciale de Radio Gabon à Tchibanga et le leader syndical ont été libérés après une décision de la Cour d’appel prononcée hier.

«Nous sommes soulagés. Dès le départ, nous avions condamné leur arrestation arbitraire. Mais c’est un signe que, de plus en plus, le gouvernement restreint les libertés syndicales dans le pays», a commenté Louis-Patrick Mombo, délégué national d’une Confédération syndicale d’enseignants dont M. Libama est membre.

Le 13 juillet dernier dans son verdict, le tribunal de première instance de Tchibanga avait condamné les deux hommes à six mois de prison avec sursis dont 45 jours de prison ferme. Contrairement au réquisitoire du procureur de la République qui avait demandé un an de prison et 300 000 francss d’amende.

Alors que le journaliste était poursuivi pour «complicité de diffamation par voie de presse», le syndicaliste était quant à lui poursuivi pour «diffamation par voie de presse». Les deux ont alors fait appel de leur condamnation à 45 jours de prison ferme.

Hier, mercredi, la Cour d’appel de Mouila a finalement tranché en leur faveur. La juridiction supérieure les a relaxés. Selon Me Bibangoye, leur avocat, ils ont été condamnés à deux mois de prison dont un avec sursis. Comme ils sont en détention depuis le 20 juin, ils ont été libérés mercredi matin.

Tout est parti d’une interview de ce leader syndical réalisée par Juldas Biviga, diffusée et rediffusée sur les ondes de la station régionale de Radio Gabon. Le procureur de la République de Tchibanga, Jean Pierre Boungoulou, qui a estimé que les propos tenus par Marcel Libama étaient diffamatoires, a fait arrêter le journaliste et le syndicaliste. Aux motifs d’entrave à la justice, de diffamation par voie de presse et d’outrage à magistrat.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *