Economie

Afrique subsaharienne : Les bonnes affaires de Attijariwafa Bank

Libreville, Mardi 19 Juin 2018 (Infos Gabon) – La multinationale marocaine a réalisé des performances record en 2017 sur cette partie du continent.

Avec un fichier de près de 1,4 millions de clients enregistrés dans ses livres et établi dans 17 pays, Attijariwafa Bank étend ses tentacules en Afrique subsaharienne. Le groupe bancaire marocain engrange des parts importantes de marché.

Pour la seule année 2017, ses neuf filiales disséminées dans cette partie du continent ont généré un chiffre d’affaires de près de 500,7 millions de dollars et un bénéfice cumulé de 144,8 millions de dollars. Une croissance qui s’explique par les services bancaires et d’autres services spécialisés, à l’instar du crédit à la consommation, des assurances et de la gestion d’actifs que la multinationale a su développer.

« S’appuyant sur l’édification réussie d’un modèle duplicable à l’international, l’approche stratégique du groupe Attijariwafa Bank vise à transférer les meilleures pratiques professionnelles acquises au Maroc, tout en respectant les spécificités de chaque zone d’implantation. Le groupe entend ainsi participer à l’accroissement des échanges régionaux», souligne la banque dans une récente note d’information à l’attention de ses investisseurs.

Une concurrence féroce

En plus d’un dividende perçu de 33,8 millions de dollars et la signature d’un mémorandum d’entente avec d’autres établissements bancaires d’ici et d’ailleurs, le groupe Attijariwafa peut estimer que son expansion est en marche. Ce groupe majoritairement détenu par Al Mada doit sa suprématie à la puissante diplomatie économique du royaume chérifien et au partage de la langue française en Afrique subsaharienne.

Mais, la banque marocaine doit faire face à une concurrence sans cesse rude que lui imposent Standardbank et Nedbank, deux géants sud-africains.

En sa qualité de premier actionnaire du groupe bancaire panafricain Ecobank Transnational Incorporated, le groupe Attijariwafa se trouve exposé à près de 36 pays du continent. Notamment la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Cameroun qui sont ses principaux marchés.

Malgré ses investissements remarquables et son plan de développement sans cesse agressif, United Bank of Africa (UBA) du multimilliardaire nigérian Tony Elumelu ne constitue pas pour autant un obstacle de poids pour la multinationale marocaine.

De nombreux défis en perspective

Malgré les difficultés conjoncturelles liées à la chute des cours des matières premières qui ont négativement impacté les réserves de change, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) est une zone de forte implantation pour Attijariwafa. En Afrique de l’Ouest, nonobstant les nouvelles règles en vigueur depuis 2018, le groupe marocain tire son épingle du jeu.

«Ce renforcement des réglementations et des normes comptables, même s’il a des impacts financiers non négligeables pour les banques, crée de la valeur à long terme pour le système financier africain à travers le renforcement des fonds propres des banques africaines et donc de leur solidité financière ainsi que l’évolution positive des pratiques bancaires en matière de gestion des risques et d’allocation du capital, permettant un financement sain des économies locales », explique Rachid Kettani, directeur exécutif, en charge du pôle finance du groupe.

Attijariwafa Bank devra aussi savoir à gérer la disparité des régulations dans les différents pays au regard des complexités en terme d’organisation structurelle que cela génère. La multinationale marocaine a ainsi su regrouper ses filiales africaines, dans le cadre de son pôle Banque de développement à l’international. Ce pôle rassemble outre les banques d’Afrique subsaharienne, des filiales de pays comme la Tunisie, ou encore l’Egypte.

FIN/INFOSGABON/PM/2018

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI  Attijariwafa Bank lance une plate forme d’échanges pour les hommes d’affaires africains

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *