Politique

Après Denis Sassou Nguessou : Paul Tedga manipule Ali Bongo au salon du Palais !

Libreville, Samedi 28 Mai 2016 (Infos Gabon) – Du pain bénit pour le palais Gabonais d’Ali Bongo Ondimba. Des sources bien informées, Ali Bongo serait la cible du journaliste camerounais Paul Tedga. Au-delà du fait divers, l’affaire jette un voile de suspicion. Désormais, Ali Bongo aura beau jeu de discréditer les critiques venues de l’étranger.

« Je danse donc je suis » est basée sur le cogito cartésien défini par « je pense donc je suis ». Le philosophe, mathématicien et physicien français René Descartes est à l’origine de cette pensée, dans son œuvre de 1644. « Cette pensée, je pense donc je suis, est la première et la plus certaine qui se présente à celui qui conduit ses pensées par ordre ». Aujourd’hui, le président Ali Bongo est manipulé par un journaliste camerounais, Paul Tegda. Il doute, mais au moins sait que cette chose existe dont on ne peut douter. Le journaliste lui fait danser.

Pour avoir refusé à l’entame, la reconduction d’un contrat avec une entreprise de presse signé sous l’ère de son défunt père, par ailleurs ex-président du Gabon, Omar Bongo. L’on peut dire sans risque de se tromper que l’actuel Chef de l’Etat est mouillé dans une affaire de chantage en compagnie de ses collaborateurs. Les éléments sont accablants. Aucun doute que des rencontres ont bien eu lieu, qu’un accord est sur le point d’être ficelé, mais sur le fond, on sent un véritable chantage. Le mal est bien fait. Car, le président Bongo a été cuisiné.

Depuis des temps immémoriaux, le journaliste camerounais Paul Tegda n’avait que ses yeux pour pleurer. Puisqu’il n’avait pas le soutien d’Ali Bongo ; contrairement à ses relations avec Omar Bongo. Entre temps, pourquoi y’aurait-il un changement si flagrant de la part d’Ali Bongo ? Une question qui taraude l’esprit des gabonais qui ne comprennent plus.

Pour rappel, l’homme de presse camerounais avait signé un contrat de communication en 2007 avec Omar Bongo pour trois ans. Ce contrat mentionnait sa tacite reconduction. Entre temps, Omar Bongo a rendu l’âme. C’était le 9 juin 2009. Avec l’avènement de son fils, il avait pris la décision de mettre fin au contrat. Le camerounais Paul Tedga aurait longuement attendu dans son petit coin. Il avait continué de produire son magazine. Il poursuit en envoyant la suite d’un cumul de factures. Le montant s’élevait à 375.000.000 Francs CFA.

FIN/INFOSGABON/GM/2016

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *