Politique

Crise politique au Gabon : La thérapie de Dieudonné Minlama

Libreville, Lundi 2 Janvier 2017 (Infos Gabon) – Dieudonné Minlama Mintogo, candidat à la dernière élection présidentielle, plaide pour un dialogue axé sur les vrais problèmes qui minent le pays en vue d’une réconciliation des Gabonais.

Dans un entretien accordé à Gabonreview, Dieudonné Minlama apporte quelques solutions pour une tenue réussie du dialogue national initié par le président Ali Bongo Ondimba. Présentant cette concertation comme étant un rendez-vous «impératif», le président de la Convention nationale de l’interposition (CNI) fait savoir que le Gabon vit en permanence une crise qui dure depuis plus d’un quart de siècle.

«Depuis 1990, le Gabon est en grève et ce, dans tous les secteurs d’activité. Ce qui est très alarmant. Je crois qu’il est temps que nous nous asseyons pour régler ces problèmes qui minent le corps social national», fait-il observer.

Ce candidat à la dernière élection présidentielle pense que la tenue d’un dialogue national et inclusif avec la mise en place d’une commission «Vérité et réconciliation» pourrait aider à sortir de l’impasse actuelle et à décrisper le climat politique. «Ce dialogue auquel nous aspirons doit nous amener à nous pencher sur la gestion du pays avec, en filigrane, la réconciliation entre la classe politique et le peuple Gabonais. Car la crise de confiance entre les deux camps est palpable», poursuit-il.

Quant à sa non-participation au dialogue initié par le candidat malheureux à la dernière présidentielle, Jean Ping, Dieudonné Minlama dénonce la pensée unique qui y a prévalu. «Je ne voudrai pas faire dans le sectarisme. Je suis pour un dialogue avec tous les Gabonais (…) J’ai remarqué que les gens se sont réunis autour du +président+ Jean Ping, ce qui est bien. Mais, à mon avis, la vision était la même à cette concertation», a-t-il déploré.

«Or, moi je veux quelque chose de beaucoup plus contradictoire. Je souhaite donc que ceux qui sont avec Jean Ping, avec Ali Bongo, ou avec moi dans l’interposition, se retrouvent. C’est un moment important de l’histoire politique de notre pays. En gros, je m’attends à un dialogue où toutes les sensibilités seront représentées. Pour que les conclusions et recommandations issues de cette concertation, puissent être applicables pour le bien pays», souhaite le leader de la CNI.

Concernant les détournements des deniers publics qui sont le fait même de la classe politique aussi bien de l’opposition que de la majorité, Mr Minlama Mintogo a réagi en ces termes : «Je me suis donc insurgé contre la même classe politique qui a mis le pays à terre, et qui continue à le piller».

A propos de la dernière sortie «courageuse» d’Hervé Patrick Opiangah (HPO), proche collaborateur du président Ali Bongo Ondimba, qui est monté au créneau pour dénoncer cette gangrène qui met aujourd’hui le Gabon à genoux, Dieudonné Minlama Mintogo a salué l’initiative. «C’est pour ce genre de choses que je milite pour la commission +Vérité et réconciliation+. Voici des dossiers qui doivent être traités dans cette commission, au sein de laquelle pourraient être prises un certain nombre de mesures à l’endroit de fossoyeurs de la République, reconnus comme tels», a conclu Dieudonné Minlama.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *