Politique

Gabon : Une année pleine de promesses

Libreville, Mardi 2 Janvier 2018 (Infos Gabon) – Ali Bongo Ondimba annonce un changement radical de gouvernance basée sur de multiples réalisations dès 2018.

Gabon : une nation unie et indivisible

Au cours de son traditionnel message à la Nation et de vœux de nouvel an le 31 décembre, le président de la République a d’entrée de jeu souligné le caractère indivisible de la nation gabonaise qui doit rester forte et soudée.

«Nous sommes une Nation, une et indivisible. Ce socle, il nous faut le consolider. Or, il faut dire la vérité, durant l’année écoulée, ce qui nous sépare a eu tendance à prendre le pas sur ce qui nous unit. Cela, je ne le tolèrerai jamais. Je suis déterminé à tout mettre en œuvre pour raffermir notre unité, retrouver notre cohésion. La cohésion, mes chers compatriotes, c’est, en tant que président de la République, mon ambition pour le Gabon», a martelé Ali Bongo Ondimba.

Le chef de l’Etat qui entend faire de la cohésion sociale le maître-mot de son action, entend la rendre concrète en l’étendant dans tous les secteurs d’activités du pays. «Pour être probante, cette notion de cohésion doit être à la fois concrète et globale, c’est-à-dire concerner tous les domaines qui touchent à la vie quotidienne des Gabonaises et des Gabonais. La cohésion, notre cohésion, doit donc à la fois être politique, économique et sociale, territoriale et environnementale. La cohésion politique, c’est ce à quoi nous nous sommes évertués en 2017 à travers un dialogue inclusif qui a rassemblé la quasi-totalité du spectre politique et de larges pans de la société civile», a-t-il indiqué.

Acteur infatigable du dialogue, le président gabonais pense que c’est la voie idéale pour pouvoir résoudre de manière efficace et durable les conflits. Pour lui, les élections législatives à venir devront constituer un grand moment d’expression démocratique. Occasion au cours de laquelle le peuple devra choisir librement ses dirigeants.

«Il faut donc la respecter et non tenter, à tout propos, de la déstabiliser. A vous exprimer, comme dans toute démocratie digne de ce nom, avec un bulletin de vote, quel qu’il soit. Un geste simple, normal, qui signifie beaucoup pour notre pays : celui de sa vitalité démocratique et de sa cohésion politique pleinement retrouvée», a-t-il déclaré.

Au chapitre des bonnes annonces, Ali Bongo Ondimba envoie un message à la jeunesse qui sera la principale bénéficiaire des mesures qu’il entend prendre pour alléger davantage le quotidien des Gabonais.

Création de 10 000 emplois, poursuite de la numérisation de l’éducation et rénovation des écoles

Faisant de l’emploi des jeunes sa priorité absolue, il envisage la création de 10 000 emplois par an. Pour rendre effective cette mesure, le président de la République envisage dans l’urgence l’exonération temporaire de cotisations sociales pour toute création nette d’emploi à compter du 1er janvier 2018.

«Cette mesure sera réservée à l’embauche dans tous les secteurs d’activités de Gabonaises et de Gabonais. Elle devra permettre de créer 10 000 emplois nouveaux par an. Pour ce faire, l’employeur bénéficiera des avantages suivants : 50% d’exonération de charges sociales à la première embauche; 75% à la deuxième embauche; 100% à partir de la troisième embauche», a-t-il affirmé.

Mais, le président de la République reste convaincu de ce que pour mieux préparer la jeunesse gabonaise aux emplois de demain, il faut avoir un système d’éducation et de formation adapté d’autant plus que l’économie mondiale est en effet de plus en plus une économie de la connaissance. Il annonce à cet effet d’autres mesures plus courageuses.

«Soyons honnêtes : sur ce plan, nous avons de gros efforts de rattrapage à faire. C’est pourquoi j’ai décidé qu’en 2018, nous mettrions les bouchées doubles. C’est ainsi que les collèges et les lycées seront dotés de salles informatiques disposant d’une connexion internet de qualité. Pour être précis, à compter du mois de mars 2018, 94 écoles du secondaire seront dotées de 30 ordinateurs chacune, ainsi que d’une connexion internet», a annoncé le chef de l’Etat.

Dans le cadre du volet «Gabon numérique» du Plan Stratégique Gabon Emergeant (PSGE), il entend mettre à disposition de nouveaux outils pédagogiques pour améliorer l’apprentissage des élèves. Ceux-ci vont contribuer à la sensibilisation des apprenants aux fonctionnalités et aux applications de l’outil informatique. «Ils seront mieux à même d’appréhender un monde en pleine mutation digitale», a-t-il rassuré.

Avant d’annoncer également un vaste plan de rénovation des écoles primaires sur l’ensemble du territoire. A en croire l’orateur, ce projet va contribuer à une véritable remise à neuf des établissements avec des travaux qui seront réalisés sur les aspects aussi bien esthétiques que pratiques et sécuritaires : réseaux électriques, plomberie, toitures, menuiseries, peintures…

«L’objectif est d’améliorer les conditions d’éducation des élèves sur l’ensemble du territoire, mais aussi d’offrir une activité économique aux entreprises locales à qui les travaux devront être réservés», a souligné M. Bongo Ondimba.

Ce sont au total, 92 écoles de Libreville, et 697 écoles dans les neuf provinces qui seront concernées par cette mesure présidentielle. L’éducation constituant pour lui une priorité fondamentale, il annonce également la finalisation du programme de fourniture des tables-bancs pour l’ensemble des établissements scolaires du pays.

Cette mesure sera effective grâce à une commande de 170 000 pièces qui a été passée par l’Etat en 2016 : 90 000 ont été produites et livrées. En 2018, 80 000 autres devront l’être. Ce projet, rappelons-le, vise à améliorer les conditions d’éducation de la jeunesse et à accroitre le taux d’alphabétisation du pays.

Santé : intensification de l’action de l’Etat

Ali Bongo Ondimba annonce également des mesures concrètes dans ce secteur sensible dans le quotidien de ses compatriotes. Ceci, à travers la mise en place d’un réseau de cliniques mobiles dans chacune des provinces du Gabon afin de permettre une meilleure couverture sanitaire à l’échelle du pays et l’accès aux soins de base pour les plus démunis.
«Ce réseau sera constitué d’une flotte de bus médicalisés, de type 4X4, disposant de l’équipement nécessaire pour réaliser des soins d’urgence et de base : espace de consultation, table d’examen gynécologique, mini-laboratoire ou encore matériel ophtalmologique», a-t-il déclaré.

Il envisage également un programme de gratuité des frais d’accouchement sur toute l’étendue du territoire national à compter du premier trimestre 2018. «Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la décennie de la femme et vise, non seulement à réduire le taux de mortalité infantile, mais aussi à soulager les familles face aux dépenses, souvent lourdes, liées à la naissance d’un bébé», affirme Ali Bongo Ondimba.

Revalorisation de la pension vieillesse

Parmi les chantiers de l’année 2018, le chef de l’Etat annonce une revalorisation de la pension vieillesse. «En 2018, nos ainés ne seront pas non plus oubliés car il est illusoire de prétendre construire notre futur sans honorer notre passé. Nos ainés sont, à juste titre, attachés à leurs retraites. A leurs yeux, elles sont importantes car elles leur permettent de vivre décemment. Mais elles sont aussi précieuses pour notre nation en ce qu’elles sont le symbole de la cohésion intergénérationnelle : l’activité des uns permettant de payer les pensions des autres, et ainsi de suite. Il faut donc tout faire pour adapter le système, le moderniser afin de le rendre pérenne», a-t-il promis.

Des villes et des campagnes mieux éclairées et pourvues d’eau potable

A ce sujet, le président de la République envisage l’installation de lampadaires solaires photovoltaïques dans les zones rurales et dans certaines villes présentant des insuffisances en matière d’éclairage publique. «D’ici mars 2018, 5 000 lampadaires solaires seront déployés sur tout le territoire national, en fonction des besoins préalablement identifiés. Ce projet vise non seulement à réduire le taux d’insécurité dans nos villes et dans nos campagnes, mais aussi à redynamiser certains quartiers», a annoncé Ali Bongo Ondimba.

En matière d’hydraulique, des puits équipés de pompe à eau seront installés dans chaque regroupement de villages à travers le pays. «L’accès à l’eau étant une nécessité universelle, l’Etat s’engage à poursuivre ses efforts afin de permettre aux populations de bénéficier d’une eau potable à proximité de leurs lieux d’habitation. Ce projet permettra de lutter efficacement contre toutes les pathologies liées à la consommation d’eau impropre et de garantir une certaine équité entre tous les Gabonais dans l’accès à ce bien vital», a-t-il indiqué.

A cet effet, «dès le premier trimestre 2018, les 925 regroupements de villages recensés sur le territoire national pourront ainsi bénéficier de cet équipement vital, indispensable à l’amélioration de la vie quotidienne des populations», a poursuivi l’orateur.

Méritocratie et réforme de l’Etat : deux impératifs absolus

Le président de la République reste tout de même convaincu de ce que l’affermissement de la cohésion sociale repose sur l’égalité des chances et la réforme de l’Etat. «Chacun doit être promu suivant ses compétences, indépendamment de tout autre critère. J’entends bâtir une société de la méritocratie. C’est une question de justice sociale, mais également d’efficacité, d’efficacité collective. Vous l’avez constaté, notre Etat se modernise à marche forcée. Nous y sommes obligés du fait de la situation économique. Mais j’y vois surtout une opportunité : celle de bâtir un Etat moderne, agile, stratège, plus efficace dans l’accomplissement de ses missions au service de l’intérêt général, au service des Gabonaises et des Gabonais», a lancé le chef de l’Etat.

L’objectif étant la recherche permanente de l’efficacité. Il en appelle à une véritable cohésion qui devrait se manifester sur divers plans à travers le territoire. Selon lui, le Gabon doit poursuivre sa marche vers la décentralisation.

«Un Etat moderne, c’est aussi un Etat décentralisé. Pourquoi? Parce que c’est au plus près du terrain, auprès de ceux qui connaissent les réalités locales que se prennent les décisions les plus pertinentes. Nous pouvons, en tant que Nation, partager un même et unique but. Mais les moyens pour y parvenir peuvent être, dans chaque département, différents. Car nous n’avons pas exactement la même histoire, ni les mêmes atouts. Le respect et la mise en valeur de cette diversité sont gage de notre cohésion territoriale», a-t-il expliqué.

Pour sa mise en œuvre effective, il a ainsi décidé en 2018 de la création d’un Fonds d’initiative départementale (FID) dans chacun des départements du pays afin de financer les projets de développement à la base et offrir à chaque département plus d’autonomie. «Ces fonds seront dédiés au financement de projets communautaires dans chaque département, dans l’optique d’améliorer la qualité de vie des populations et de dynamiser le développement économique local. Chaque fonds départemental sera doté d’un budget annuel d’un milliard de francs CFA et sa gestion sera assurée par le gouvernorat de chaque province, en concertation avec les collectivités locales et conseils départementaux», a souligné le chef de l’Etat.

Protection de l’environnement : une question vitale

Il invite ses compatriotes à poursuivre sans relâche, la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, si nocifs pour la planète et la lutte contre les changements climatiques qui sont des combats les plus rudes de ce siècle. D’où son plaidoyer en 2017 et 2016 aux quatre coins du monde pour la mise en œuvre effective des Accords de Paris sur le climat. Un engagement qui a valu au Gabon toute une reconnaissance planétaire.

«Cela est dû à la fois à l’exemplarité de notre pays dans la lutte contre les changements climatiques, comme en témoigne la transcription rapide dans notre droit de l’Accord de Paris, mais aussi, plus récemment, le don de 500.000 dollars que nous avons fait en faveur de l’Initiative africaine sur l’adaptation aux changements climatiques», s’est-il réjoui.

«Dans la nouvelle donne écologique mondiale, certains ne voient que des contraintes. J’y vois plutôt des opportunités pour notre pays, qui est riche d’un capital environnemental, forestier en particulier, quasi-unique au monde. Aujourd’hui, c’est un atout qu’il nous faut valoriser. Il y a des modèles économiques à créer, des dizaines de filières vertes à structurer, une agriculture respectueuse de l’environnement à développer avec, à la clé, des milliers d’emplois, des emplois durables. Notre pays est bien placé pour accompagner cette révolution verte. Nous pouvons, nous devons rendre compatible l’activité humaine à notre environnement. C’est l’objectif que je me suis fixé. Et ensemble, tous ensemble, nous relèverons le défi», a poursuivi Ali Bongo Ondimba.

La sécurité au service de tous et de chacun

Le président de la République annonce un changement de cap dans sa gouvernance. Il promet à ses concitoyens une gouvernance basée sur l’efficacité et la cohésion de l’Etat. Dans son action, la sécurité de tous ceux vivant à l’intérieur des frontières gabonaises constitue aussi l’une de ses priorités.

«Notre Etat doit être efficace. Mais il doit aussi être fort. Fort dans ses missions régaliennes, en particulier celle qui consiste à assurer la sécurité de nos concitoyens et de toutes les personnes présentes sur notre sol. Je ne transigerai pas sur la sécurité des Gabonais. Je ne transigerai pas sur la sécurité de celles et ceux que nous accueillons sur notre territoire. Et à ceux qui, étrangers ou nationaux, seraient tentés de nous conduire sur des chemins que notre vivre ensemble réprouve, notre réponse ne souffrira d’aucune hésitation : elle sera impitoyable», a-t-il prévenu.

Et d’ajouter : «le Gabon a toujours été un havre de paix, un exemple de coexistence pacifique et heureuse entre les différentes religions. Tant que je serai président, je vous prie de croire qu’il le restera. Je ne tolérerai ni violence ni intolérance. Sur ce sujet comme sur d’autres, je serai intraitable», a-t-il martelé.

Avant de rendre hommage aux forces de défense gabonaises engagées pour le maintien de la paix et pour toutes celles et ceux qui souffrent, que ce soit de la maladie, de l’exclusion ou de la solitude.

FIN/INFOSGABON/PM/2018

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *