Politique

Gabon : Ces écoutes révèlent une attitude néocolonialiste Ali Akbar Onanga Y’Obegué

Libreville, Dimanche 24 Mai 2015 (Infos Gabon) – Le site français Mediapart a révélé, vendredi 22 mai, que les présidents du Mali Ibrahim Boubakar Keita (IBK) et du Gabon Ali Bongo Ondimba ont été écoutés par la justice française dans le cadre de l’enquête sur l’homme d’affaires corse Michel Tomi. A Libreville, les proches du Président Ali Bongo Ondimba ont qualifié ces écoutes d’une attitude néocolonialiste de la France.

C’est à l’issue d’une causerie politique du Mouvement Gabonais pour Ali Bongo Ondimba (MOGABO), samedi 23 mai, à Owendo, ville voisine de Libreville, qu’Ali Akbar Onanga Y’Obegué, membre fondateur de ce mouvement et par ailleurs Secrétaire Général du gouvernement gabonais, a qualifié les écoutes téléphoniques des président IBK et Ali Bongo Ondimba d’une attitude néocolonialiste.

« Je m’interroge, je dirais même plus je me sent offusqué parce que ces écoutes révèlent, je vais le dire même si ça va donner d’autres commentaires, une attitude néocolonialiste du traitement des africains », a déclaré Ali Akbar Onanga Y’Obegué, en réponse aux questions des journalistes, précisant que les informations que Mediapart a révélé n’ont pas de rapport avec l’objet même de l’enquête.

Et de poursuivre : « Il est inacceptable que des chefs d’Etat puissent être écoutés. Je ne pense pas que les chefs d’Etat de +grandes nations+ écoutés au détour des conversations avec des personnes suivies par la justice, je doute que ces conversations lorsqu’elles n’ont pas de rapport avec l’enquête puissent être révélées ».

« Vous voyez s’agissant des présidents africains, on révèle ces informations qui n’ont rien n’avoir avec l’enquête, c’est inacceptable tout simplement », a-t-il ajouté.

Pour M. Onanga Y’Obegué, quand il s’agit des pays africains notamment le Gabon, on est toujours prêt à mettre une dose d’information qui suscite ou suscitera des commentaires, des convoitises. Il estime que la presse occidentale, dans son rôle, traite les chefs d’Etat africains différemment de ceux de l’occident.

« Ces informations pour les chefs d’Etat africains sont tout simplement détestables », a martelé Ali Akbar Onanga Y’Obegué.

Des extraits des écoutes révélés par Mediapart, montrent que Michel Tomi est aux petits soins avec les présidents malien et gabonais, et qu’il multiplie les cadeaux luxueux.

FIN/INFOSGABON/PM/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *