Politique

Gabon : Charles Mvé Ellah prend les rennes du PDG à Bitam

Libreville, 24 février 2013 (Infos Gabon) – C’est la symbolique qui résulte de la récente réunion des pédegistes de Bitam dans la salle de la chambre de commerce de Libreville qui a refusé du monde.

Les cadres du Haut-Ntem (Bitam)Ils étaient presque tous là, mais on aura noté les absences très remarquées de René Ndemezo Obiang et Emmanuel Ondo Methogo,  les faiseurs du PDG à Bitam du temps d’Omar Bongo Ondimba.

Ainsi,  tous les produits ou dauphins politiques de ces deux personnalités étaient présents, à commencer par les députés, et ensuite les cadres, responsables et militants de bases du PDG à Bitam.

Nul n’ignore à Bitam que la majorité des députés a été parrainée politiquement par René Ndemezo Obiang ; de même  pour les cadres ; et même pour Charles Mvé lui-même dans l’appareil du parti ; le reste est de l’école d’Emanuel Ondo Methogo.

Cela dit, le discours de Charles Mvé Ellah a été somme toute rassembleur car il a imputé la responsabilité de la dérive du PDG à Bitam lors de la présidentielle de 2009, aux bitamois eux même ; après qu’il les a appelés à se souder derrière la politique et la personne du distingué camarade et Président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Ainsi, le fait que ce soit Charles Mvé Ellah qui a tenu ce discours là et non, la Ministre des affaires sociales, Honorine Nze Biteghe, membre du Gouvernement de la République, prouve à suffisance que Charles Mve Ellah a pris toute l’ampleur de la responsabilité politique qui est la sienne tant au secrétariat exécutif du parti, à l’échelle nationale,  que dans la circonscription administrative de ce bastion politique du PDG dans la Province du Woleu-Ntem (nord) qu’est Bitam, chef-lieu du département du Ntem.

Charles Mvé  profiterait ainsi de cette crispation en politique propre aux magistrats certainement  en raison de la profonde imprégnation qu’ils ont de leur obligation statutaire de réserve ; en pratique en effet, il est rare de voir les magistrats afficher casquettes et tee-shirts estampillés PDG et tenir le discours partisan, même lorsqu’ils sont pédégistes dans l’âme ; Honorine Nze Biteghe semble ainsi confirmer la règle.

Et pourtant, aussi bien les connaisseurs de la politique partisane, que les politistes, les politologues et même les juristes s’accordent sur ce que la fonction de Ministre est éminemment politique, puis elle est ensuite administrative.

En effet, le poste de Ministre est éminemment politique parce que d’une part il s’agit d’un membre du Gouvernement de la majorité politique ou partisane à l’assemblée nationale ; et parce que d’autre part, un ministre applique la politique sur la base de laquelle le Chef de l’Etat a été élu ; politique se trouve être celle du PDG et des partis politiques proches du Président de la République ; l’approche ou conception d’un Ministre strictement administratif est donc éminemment réductrice de la fonction.

Ainsi, s’il est vrai qu’un Ministre fait de l’administration, il est tout aussi vrai qu’il ne peut s’empêcher de faire la politique.

Sur cette base, Honorine Nze Biteghe devrait donc prendre la mesure de la dimension politique de sa fonction  et disputer, voire ravir pourquoi pas entre les mains de Charles Mvé Ellah, les rennes de la politique du Chef de l’Etat et du PDG à Bitam.

FIN/INFOSGABON/PK/MM/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *