Politique

Gabon/Dette intérieure fictive:Les faussaires dans l’œil du cyclone

Libreville, Jeudi 19 Novembre 2020 (Infos Gabon)-Pour avoir tenté de se faire payer des créances imaginaires, la présidence de la République menace d’écarter désormais des appels d’offres les entreprises coupables.

Après la grande interview accordée en fin de semaine dernière au quotidien L’Union au sujet du travail de la Taskforce sur la dette intérieure, Jessye Ella Ekogha est revenu en profondeur sur le sujet mardi au cours d’une rencontre avec la presse à l’hôtel Le Cristal de Libreville. Le porte-parole de la présidence de la République gabonaise a réitéré la volonté du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba de sévir contre celles des entreprises ayant voulu spolier les caisses de l’Etat sur la base d’une dette imaginaire. «Les entreprises qui ont, en connaissance de cause, tenté de se faire payer des créances fictives pourraient être exclues à l’avenir des appels d’offres publics», a-t-il prévenu. Il s’agit de 440 milliards de F du contribuable gabonais que la Taskforce conduite par Noureddin Bongo Valentin, coordinateur général des Affaires présidentielles, a empêché d’aller aux mains de ces entreprises sans scrupules.

En plus de leur radiation des appels d’offres, la présidence gabonaise envisage également des poursuites judiciaires à leur encontre ainsi qu’à l’endroit de leurs complices.  «L’Etat prendra toutes ses responsabilités», a lancé Jessye Ella Ekogha. Pour ce qui est des fonctionnaires impliqués dans cette tentative de détournement des deniers publics, des sanctions allant des mesures disciplinaires d’ordre administratif à la suspension pour une durée déterminée à la radiation de la Fonction publique pourraient être prononcées à leur contre.

FIN/INFOSGABON/SM/2020

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *