Politique

Gabon : L’agenda d’Ali Bongo Ondimba décodé par son Porte parole

Libreville, 9 février 2013 (Infos Gabon) – La participation du Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba au Sommet de l’Union Africaine (UA) ; sa visite à Djibouti ainsi que son agenda ; l’avancement des travaux de la commission CEMAC ; le lancement du Geoportail de l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS) ; l’immatriculation du secteur privé à la CNAMGS, tels étaient les points forts de la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire animée le vendredi 8 février dernier à Libreville, par le Porte parole de la Présidence de la République Gabonaise, Alain Claude Bilié Bi-Nze. A-t-on constaté.

On n’est pas sans savoir que le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a pris part le 27 janvier 2013 à la 20e Conférence ordinaire de l’UA à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie et siège de l’organisation africaine.

Placée sous le thème « Panafricanisme et renaissance africaine », la Conférence était axée sur des problématiques qui préoccupent au plus haut point les dirigeants africains, à savoir : le terrorisme, le changement climatique, les maladies et les conflits armés.

« Au sujet de ces maux, le Président Ali BONGO ONDIMBA a proposé la mise en place en urgence d’une stratégie mondiale visant à renforcer les moyens dont disposent les Etats pour combattre le terrorisme », a relevé le Porte parole.

Et de poursuivre : « Au sujet du changement climatique, le Président de la République a prôné une action commune, responsable et effective des Etats d’autant que le changement climatique n’est selon lui, ni un choix, ni une option, mais une responsabilité politique sans faille ».

Avant d’ajouter : « Il a préconisé, pour obtenir l’atténuation de l’impact des maladies qui déciment les populations africaines, un accès aux soins de qualité pour tous, la bonne gestion des prestations sociales et l’amélioration du niveau de vie ».

A en croire l’orateur, en marge de la Conférence, le Président Ali BONGO ONDIMBA a à prononcé, devant d’autres dirigeants, une allocution à l’occasion de la Campagne pour l’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle en Afrique (CARMMA), projet soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et pour lequel la Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, est fortement engagée.

« Plus tard, en fin d’après-midi, le Président de la République avait reçu Son Excellence, Madame Joyce Banda, première femme Présidente de la République au Malawi avec qui ils ont procédé, entres autres, à un échange de vues sur les questions d’ordre bilatéral ». A éludé Alain Claude Bilié Bi-Nze.

« Le président de la République s’est également entretenu avec Son Excellence Traoré Dioncounda, Président par intérim de la République sœur du Mali dont l’Etat gabonais a contribué à hauteur de 500 millions de Francs CFA pour lutter contre le fondamentalisme dans ce pays », a-t-il ajouté.

Du 28 au 30 janvier 2013, Ali BONGO ONDIMBA  a effectué une visite d’amitié et de travail à DJIBOUTI.

Pendant son séjour djiboutien, a fait savoir le Porte parole, le Président de la République s’est entretenu avec son homologue Ismaël Omar GUELLEH du renforcement des relations bilatérales et de la diversification des champs de coopération entre le Gabon et Djibouti.

Trois accords  ont été signés pendant cette visite du Président de la République: un accord-cadre de coopération entre Djibouti et le Gabon ; un protocole d’accord sur les consultations entre les deux ministères des Affaires Etrangères ; un accord sur la gratuité des visas pour  les personnes issues des deux pays et détenant un passeport diplomatique ou de service.

Ces différents accords illustrent, selon l’orateur, la ferme volonté des pays africains à mettre en place de vrais partenariats Sud/Sud.

D’après Alain Claude Bilié Bi-Nze, dans le cadre de ces partenariats, le Gabon pourrait s’inspirer du modèle djiboutien dans le domaine portuaire pour son expertise en matière de ports en eaux profondes.

Le Président de la République lors de son discours au Parlement le 12 septembre 2012 avait annoncé la mise en place d’une commission CEMAC pour réfléchir sur l’agenda de la présidence Gabon à la CEMAC.

Cette commission a été installée par le Chef de l’Etat lui-même, le 22 janvier 2013 à la « Cité de la Démocratie », à Libreville.

Ladite commission dispose de trente (30) jours pour rendre les conclusions de ses travaux.

Elle est constituée de trois sous-commissions à savoir : la sous-commission sur les réformes institutionnelles, l’intégration régionale et  les zones de coprospérité ; la sous-commission sur la libre circulation des personnes et des biens, la mise en place d’un fonds de l’Emergence pour le financement des projets CEMAC et le rapprochement des bourses de valeurs de Libreville et Douala ; la sous-commission sur la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), le programme économique régional et la création de la compagnie aérienne Air CEMAC.

La journée du 08 février dernier, a souligné le Porte parole, était consacrée à la tenue d’une plénière de la commission générale pour faire un bilan à mi-parcours des travaux.

Selon lui, le rapport final de cette commission devant être présenté au Président de la République le 22 février 2013.

Sur tout autre plan, l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS) a procédé le 28 janvier dernier au lancement officiel de son géoportail, infrastructure de données spatiales à vocation régionale.

L’AGEOS est en effet un établissement public œuvrant dans le domaine scientifique et environnemental qui a été créé  en 2010, a indiqué l’orateur,  par la volonté expresse du Président de la République. Elle se veut être un outil indispensable dans la lutte contre les changements climatiques.

L’AGEOS a pour mission de collecter, d’analyser et de mettre à disposition du public des données issues de l’observation spatiale du Gabon pour la gestion durable de l’environnement, des ressources naturelles, de l’occupation des sols, de l’aménagement du territoire ainsi que de la recherche et de l’innovation.

Le géoportail ainsi lancé permet également de visualiser des données géographiques et géolocalisées à l’échelle nationale et régionale.

« Comme il l’a indiqué lors de son message à la Nation au soir du 31 décembre 2012, les travailleurs du secteur privé de notre pays devraient être immatriculés à la CNAMGS à partir du 1er mars prochain en vue d’alléger les charges médicales des gabonaises et des gabonais exerçant dans ce secteur », a rappelé le Porte parole.

Et de poursuivre : « Outre le secteur privé, la procédure d’immatriculation concerne bien évidemment d’autres catégories sociales telles que les salariés du secteur para public et leur ayant-droits ; la main d’œuvre non permanente de l’Etat ; les travailleurs indépendants ; les retraités ; les assurés volontaires ».

Avant d’ajouter : « Il faut préciser que le fonds d’assurance maladie des salariés du secteur privé sera le troisième existant après le fonds d’assurance maladie des agents du secteur public, en place depuis 2010, et le fonds à destination des Gabonais Economiquement Faibles (GEF), qui existe depuis 2009 ».

Avec pour objectifs d’améliorer l’offre et l’accès aux soins de santé et de lutter contre l’exclusion sociale, la CNAMGS permet aux Gabonais de bénéficier d’une couverture maladie, notamment sur les soins médicaux hospitaliers, de médecine générale et spécialisée, sur les médicaments ou encore sur les soins relatifs à la grossesse ; de bénéficier de certaines prestations familiales.

Pour ce qui concerne son agenda, a déclaré l’orateur, le Président de la République a accordé une série d’audiences à diverses personnalités le vendredi 8 février dernier à Libreville.

« En première heure, le Chef de l’Etat a reçu Messieurs Gabriel TCHANGO, Ministre des Eaux et Forêts, Jean François NDONGOU, Ministre de l’Intérieur, Rufin Pacôme ONDZOUNGA, Ministre de la Défense Nationale et Madame Célestine OGUEWA épouse BA, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Agriculture pour évoquer l’épineuse question du braconnage dans notre pays », a-t-il affirmé.

« Cette audience se tient au moment où le Gabon qui a la réputation d’être un paradis pour la faune sauvage, est en passe de devenir une cible privilégiée des réseaux de braconniers avec, entre autres, le massacre d’un grand nombre d’éléphants de forêt, principalement dans la parc de MINKEBE, où des bandits sévissent à l’arme lourde sur ces animaux protégés.  Cette question pose donc, outre la problématique de la lutte contre la braconnage, de réels problèmes de sécurité pour notre pays », a-t-il ajouté.

Avant de renchérir : « En deuxième heure, le Président de la République a reçu les responsables du groupe Total Gabon dont Christophe DE MARGERIE, PDG du Groupe TOTAL, Benoit CHAGUI, DG de TOTAL Gabon et Jacques MARRAUD-DES GROTTES, PCA de TOTAL Gabon ».

Pour le Porte parole de la Présidence de la République Gabonaise, Total Gabon est la première entreprise gabonaise et partenaire du développement du secteur pétrolier du Gabon depuis 60 ans.

A coté de son activité principale, a-t-il souligné, TOTAL GABON s’investit dans les domaines de la santé (CIRMF, Paludisme, VIH-SIDA), de l’éducation, de la formation professionnelle (Institut du Pétrole) et des infrastructures (fibre optique, aéroport international de Port-Gentil).

« La rencontre de ce matin a permis au Président de la République de faire le point de ce partenariat avec ses hôtes, et de préciser sa vision du développement économique de notre pays et la part que le groupe TOTAL doit y prendre ». A révélé l’orateur.

Et d’ajouter : « En fin de matinée, le Chef de l’Etat a reçu Messieurs Riley BECHTEL, Walker KIMBALL et Jim DUTTON du Groupe Bechtel , qui a signé une convention avec l’Agence Nationale des Grands Travaux dans le cadre de la mise en œuvre du  Schéma Directeur National d’Infrastructures et la réalisation des grands travaux dans notre pays. Il s’est agit au cours de cette audience de faire le point sur l’état d’avancement des différents dossiers liés à l’exécution de cette convention de partenariat ».

Avant de poursuivre : « Dans l’après-midi le Président de la République recevra une délégation de Reporters Sans Frontières présente dans notre pays depuis le mercredi 06 février dernier. Il faut rappeler que cette visite arrive au moment où notre pays a gagné 12 places dans le traditionnel classement annuel de Reporters Sans Frontières, partant ainsi de la 101ème à la 89ème place mondiale de la liberté de la presse. Cette rencontre voulue par le Président de la République a pour but de dissiper les malentendus sur ce que certains présentent comme des entraves à la liberté de la presse mais qui ne sont en réalité que des éléments relevant des dispositions législatives actuelles de notre pays ».

Le Président de la République, lors des vœux à la presse, a rappelé Alain Claude Bilié Bi-Nze, avait clairement indiqué qu’il entendait faire évoluer un certain nombre de réalités, dont la dépénalisation du délit de presse, la distinction des fonctions de régulation qui relève du CNC et de répression qui devraient relever des tribunaux de droit commun.

A en croire l’orateur, en invitant « Reporters Sans Frontières », le Président de la République marque sa ferme volonté d’œuvrer en faveur d’une presse libre, indépendante et objective mais toute aussi responsable et respectueuse de la vérification de l’information et du respect de la dignité humaine.

FIN/INFOSGABON/MM/PK/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *