Social

Gabon : « Nous attendons la réaction du gouvernement, surtout celle de la tutelle », René M’benguet Malat

Libreville, Mercredi 30 octobre 2019 (Infos Gabon) – Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) sont en grève depuis mardi. Leurs principales revendications portent essentiellement sur le paiement de la prime des résultats et le l’audit des comptes. Dans cet entretien, le porte-parole de ce mouvement M. René M’benguet Malat nous explique les mobiles de cette action.

Infos Gabon : Qu’est-ce qui explique la grogne de ce jour ?

René M’benguet Malat : Nous sommes en grève suite au préavis que nous avons déposé sur la table de la tutelle depuis le 21 juin. Nous étions en négociation, nous avons également, à deux reprises, suspendu la grève. Au regard du mutisme de la tutelle, nous avons décidé de rentrer en grève.

Infos Gabon : Quelles sont vos principales revendications ?

René M’benguet Malat : Nous avons deux points de revendication. Le premier porte sur le paiement de la prime des résultats. On nous a donné un résultat de deux cent millions (200.000.000) de Francs CFA, ce qui ne nous rassure pas du tout au regard du chiffre d’affaires de l’entreprise.

L’autre point du désaccord porte sur l’audit des comptes sur la période de la réquisition. Si les résultats avaient été annoncés en décembre 2018, quels étaient-ils ? Nous sommes bien conscients que les résultats annoncés, ne sont pas ceux annoncés lors du conseil d’administration tenu le 8 octobre dernier. A cet effet, nous avons alors demandé que la période auditée pour la circonstance soit celle allant de janvier 2018 à juin 2019. Malheureusement, la direction générale a marqué son désaccord. Face à ce blocage, nous avons décidé de rentrer en grève.

Infos Gabon : Au-delà de cette action, que comptez-vous faire si rien n’est fait ?

René M’benguet Malat : Nous n’allons pas vous dévoiler les stratégies syndicales. Toujours est-il que nous n’allons pas lever le mouvement tant que la direction ne se manifeste pas. Nous resterons toujours mobilisé.

Je rappelle par la suite, que nous avons mis en place un service minimum conformément à la loi. Cela montre à suffisance combien de fois nous sommes soucieux de la clientèle. Par ailleurs, si nous n’obtenons pas satisfaction, ce service minimum sera dégressif. Il en va aussi de la vie des employés de la SEEG. Nous menons une action syndicale et on est mieux servi que par soi-même.

Infos Gabon : Comment expliquez-vous le mutisme de la direction générale ?

René M’benguet Malat : Je crois que c’est à la direction de répondre à cette question. Concernant le point sur l’audit, si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez pas à marquer un frein. 

Infos Gabon : Votre mot de fin

René M’benguet Malat : Les agents de la SEEG ont toujours fait confiance au Syndicat national de l’eau et de l’électricité (SNEE, ndlr). Nous menons un combat noble. Nous avons soutenu l’action du gouvernement lorsqu’il était question de soutenir les camarades du groupe Veolia.

Mais cela ne correspondait pas à une caution que nous donnions aux gestionnaires de l’entreprise pour pouvoir poser des actes de gestion allant dans l’intérêt de l’entreprise et à compromettre les emplois des Gabonais. Nous demandons aux collègues de rester confiants, et surtout mobilisés. Nous attendons la réaction du gouvernement et surtout de la tutelle.

FIN/INFOSGABON/LK/2019

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Transformation du bois : Le Gabon et la Chine harmonisent leurs visions

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *