Economie

Gabon : Voici comment l’argent public a été géré en 2016

Libreville, Mardi 7 Novembre 2017 (Infos Gabon) – Le gouvernement a soumis jeudi dernier à l’Assemblée nationale le projet de loi de règlement de l’exercice 2016.

Jean-Fidèle Otandault était jeudi dernier à l’Assemblée nationale pour soumettre le projet de loi de règlement de l’exercice 2016. Face aux députés, le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics a tenu à rappeler que le budget de l’exercice 2016 a été exécuté dans un contexte caractérisé par une décélération économique, une baisse des activités pétrolières, un ralentissement des secteurs non pétroliers.

D’après l’orateur, cette loi arrêtée à la somme de 2 626 milliards de francs CFA, a subi une baisse de 24,6 milliards de francs par rapport au niveau des ressources et des charges prévues dans la loi des finances 2015. Selon lui, cette chute «trouve son explication au recours fait par le gouvernement, des ressources de trésorerie et de financement conjugué aux efforts de réduction du train de vie de l’Etat, et la réduction de la subvention aux produits pétroliers».

Des efforts qui ont permis au gouvernement de pouvoir «garantir la tenue de l’élection présidentielle et le déroulement de la CAN 2017, une politique active sur le plan social à travers la mise en œuvre de la stratégie d’investissement humain du Gabon», a-t-il souligné.

Du point de vue de l’exécution des ressources budgétaires et de trésorerie, Jean-Fidèle Otandault a expliqué que les recettes budgétaires perçues en 2016, se sont établies à 1 723,9 milliards de francs contre les 2 043,9 milliards de francs prévus.

«Les ressources de trésorerie et de financement ont été mobilisées à hauteur de 1 029,7 milliards de francs, contre 582,1 milliards en 2015. Soit une hausse de 447,6 milliards de F», a ajouté le ministre d’Etat.

Quant aux charges budgétaires et de trésorerie, celles-ci ont été arrêtées à 2 626 milliards de francs CFA au cours du même exercice. Les charges budgétaires ont été ordonnancées à hauteur de 1 743, 9 milliards de francs.

Pour ce qui est des annulations de crédits portant sur les crédits non consommés, elles se chiffrent à 408,2 milliards de francs CFA.

M. Otandault dira également aux élus de la Nation qu’en 2016, la dette a été exécutée à 143,3 milliards de francs pour une prévision de 180,2 milliards de francs CFA. Soit un taux de réalisation de 82,87%. Les charges liées au fonctionnement ont atteint les 1 184,4 milliards de francs, bien en baisse par rapport aux prévisions de 1 401,2 milliards de francs CFA attendues dans la loi des Finances de 2016.

Pour une prévision de 180,6 milliards de francs dans la loi des finances 2016, les dépenses d’investissement ont été exécutées à hauteur de 164,1 milliards de francs. Soit 13,6 milliards de francs CFA proposés en annulation. La rubrique relative aux autres dépenses arrêtée définitivement à 8 milliards de francs en 2016, a été exécutée à 7,2 milliards de francs. Soit un taux d’exécution de 81,1%.

Pour ce qui est des charges de trésorerie et de financement, celles-ci ont connu une exécution de 156,4%. Arrêtées définitivement à la somme de 473,8 milliards de francs, elles ont été exécutées à 740,5 milliards de francs.

A en croire le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, le gouvernement s’est attelé au cours de l’exercice 2016 à l’assainissement des finances publiques. Cette option a permis le règlement des instances au Trésor pour 318,8 milliards de francs contre 8,4 milliards de francs en autorisation parlementaire, et des Bons de Trésor assimilables (BTA), à hauteur de 168,8 milliards de francs.

«L’exécution de la loi de Finances 2016 s’est soldée par un excédent de 408,2 milliards de francs, contre un excédent de 97,9 milliards de FCFA en 2015», a conclu Jean-Fidèle Otandault.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *