Elections Politique

Législatives et locales au Gabon : Le message de l’Union européenne

Libreville, Samedi 15 Septembre 2018 (Infos Gabon) – L’institution européenne a publié un communiqué invitant les autorités gabonaises à organiser des élections crédibles.

Réunis le 12 septembre dernier à Genève en Suisse dans le cadre de la 39e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, des députés de l’Union européenne ont publié un communiqué au sujet des élections législatives et locales prévues les 6 et 27 octobre prochains au Gabon. Dans cette sortie, l’institution européenne se dit particulièrement préoccupée par une interdiction par les autorités en place des manifestations publiques.

«Nous sommes (…) préoccupés par le fait que la période préélectorale est caractérisée jusque-là par des tendances préoccupantes, les autorités interdisant systématiquement les rassemblements et les mouvements de protestation, ainsi que la suspension temporaire des deux principaux journaux proches de l’opposition», souligne-t-elle. Dans sa déclaration, il exhorte le gouvernement gabonais à « assurer un processus électoral équitable, inclusif et transparent, propice à des résultats crédibles».

Au Gabon, l’on ne semble pas du tout intéressé par cette énième sortie. Que ce soit du côté gouvernemental que du côté de l’opposition, l’on a plutôt la tête dans les élections. Parce que, dit-on, l’homme est désormais habitué à ce genre de maladresse. «Comme d’habitude, l’UE est dans l’exagération. Elle part des faits très limités pour en faire une généralité. Une manifestation d’un syndicat a été interdite pour des raisons particulières en août, mais cela n’avait rien à voir avec les élections. Quant aux deux médias proches de l’opposition suspendus, savez-vous combien il y a de médias proches des opposants au Gabon? Des dizaines et des dizaines, à la fois télé, radio, internet et réseaux sociaux. L’UE ne cherche pas à refléter la réalité mais à l’exagérer pour la rendre conforme à son logiciel idéologique», souligne un cadre du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

«Avec l’Union européenne, Libreville a l’habitude de ce genre de leçons de morale qui ne sont que des propos incantatoires», ajoute un diplomate. Du côté de l’opposition, ces déclarations récurrentes commencent déjà par agacer d’autant plus que l’Union européenne se manifeste plus en paroles qu’en actes concrets.  «Vous savez, l’Union européenne, c’est beaucoup de belles paroles mais peu d’actes. Suite à l’élection présidentielle de 2016, l’Europe avait beaucoup parlé mais on a rien vu. Il est donc normal de ne lui prêter de crédit ou même d’attention à ce type de propos», confie un opposant à Ali Bongo Ondimba.

Même en Europe, cette sortie ne semble pas faire l’unanimité. Un diplomate européen ayant requis l’anonymat ne partage pas le même avis. «Et puis, vous savez, on dit l’Union européenne ; mais en réalité, il s’agit de quelques eurodéputés, dont le nombre n’excède pas cinq, qui sont focalisés sur le Gabon. En vérité, ce communiqué reflète leurs points de vue qui est, il faut le dire, très minoritaire au sein de l’UE. Mais l’UE en tant qu’entité laisse passer car les eurodéputés et les fonctionnaires de Bruxelles ont bien d’autres priorités. Ils ne vont donc pas se battre là dessus », tranche-t-il.

Au sein de l’intelligentsia, l’on pense plutôt que le Gabon est comparable à une jolie femme courtisée par plusieurs amants. «Le Gabon est courtisé partout dans le monde. Ali Bongo s’est entretenu avec Xi Jinping à Pékin il y a quelques jours, il a fait de même avec Vladimir Poutine pendant près d’une heure à Moscou en juillet dernier. Quelques jours auparavant, il était à Ankara pour échanger avec Recep Tayyip Erdongan. Même chose avec Modi, le Premier ministre indien à New Delhi en mars dernier, etc. Partout, on déroule le tapis rouge au Gabon. Si une porte se ferme en Europe, d’autres – de plus en plus nombreuses – s’ouvrent partout ailleurs dans le monde. Les autorités gabonaises le savent. Voilà pourquoi les communiqués de l’Union européenne n’ont plus d’impact», commente un enseignant de l’université Omar Bongo de Libreville.

FIN/INFOSGABON/PM/2018

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI  Gabon – Chine : Le courant passe

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *