Economie

Projet de loi de finances 2019 : Le Gabon table sur 2 806,9 milliards de francs CFA

Libreville, Mercredi 17 Octobre 2018 (Infos Gabon) – Cette enveloppe prévisionnelle vise à poursuivre le Plan triennal de relance de l’économie (PRE) et à mettre en œuvre les mesures d’assainissement des finances publiques.

Le Conseil des ministres présidé lundi dernier au palais du bord de mer à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba a adopté entre autres points le Projet de loi de finances (PLF) de l’exercice budgétaire 2019.  Adopté au montant de 2 806,9 milliards de francs CFA contre 2 918, 5 milliards de FCFA dans la Loi de finances rectificative 2018, soit une baisse de 3,8 % à 111,7 milliards de FCFA, ces prévisions s’inscrivent dans la poursuite du Plan triennal de relance de l’économie (PRE) et la mise en œuvre des mesures d’assainissement des finances publiques.

Pour le gouvernement, l’objectif visé est d’optimiser les recettes, de réduire le train de vie de l’Etat, de restructurer la dette intérieure et de réduire les dépenses de personnel. «Cette contraction est imputable au recul des ressources de financement (-219,8 milliards de FCFA) en dépit d’une hausse des recettes budgétaires (108,1 milliards de FCFA)», mentionne le communiqué final. Le Projet de loi de finances 2019 prévoit une augmentation des recettes du budget de l’Etat qui devront s’établir à 2 150,3 milliards de F. Soit une hausse de 108,1 milliards de F par apport à la loi de finances rectificative en cours. «Grâce aux effets attendus des nouvelles mesures de mobilisation des recettes fiscales et douanières», poursuit le texte.

Le Conseil des ministres établit les ressources de financements et de trésorerie autour de 656,6 milliards de FCFA. Les opérations de trésorerie et de financement connaitront un solde déficitaire et seront établies à 68,1 milliards de FCFA.

Quant aux dépenses budgétaires, elles se situent à 2082,2 milliards de FCFA contre 1969,1 milliards de la loi de finances rectificative 2018. Soit une hausse de 113,1 milliards de FCFA, essentiellement due «aux efforts d’investissement et à la prise en compte de la part patronale de l’Etat employeur». Les charges de trésorerie et de financement se situent pour leur part à 724,7 milliards de FCFA contre 949,8 milliards de FCFA dans la LFR 2018. Soit une réduction de 224,8 milliards de FCFA.

Les dépenses de fonctionnement sont évaluées à 1293,7 milliards de FCFA contre 1284,8 milliards de FCFA. Elles augmenteraient de 8,9 milliards de FCFA à cause d’«une meilleure maitrise des dépenses supportées par les recettes affectées». Initialement évaluées à 640,9 milliards de FCFA, les dépenses de personnel devraient augmenter de 5% environ pour se chiffrer à 672,8 milliards de FCFA. Le gouvernement justifie «le retard pris dans la mise en œuvre de certaines mesures relatives à la baisse de la masse salariale qui ont été prises en 2018».

Le Conseil des ministres table sur une baisse des dépenses de biens et services, de transferts et des autres dépenses, respectivement de l’ordre de 21,8 milliards de F, de 20,3 milliards de F et 19,6 milliards de F. L’ensemble des dépenses d’investissement devrait se situer à 423,9 milliards de F contre 352,9 milliards de F la LFR 2018. A travers ce budget, le gouvernement envisage «la relance des chantiers à l’arrêt, l’amélioration du système éducatif, de l’offre de santé ainsi que la lutte contre la précarité et les inégalités».

FIN/INFOSGABON/PM/2018

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI  Notation : Le Gabon remonte

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *