Politique

Ali Bongo Ondimba : «J’ai la solution pour le Gabon»

Le chef de l’Etat sortant du Gabon et candidat à sa propre succession, Ali Bongo Ondimba, a appelé à la révolution sociale et politique, à l’égalité des chances ainsi qu’à la fin des privilèges. En campagne dans le Woleu-Ntem (Bitam, Minvoul, Mitzic et Oyem), il a invité les citoyens à faire le bon choix dans les urnes, le 27 août prochain.

En ce 7ème jour de campagne, il a proposé à ses concitoyens d’avancer et de progresser avec les acquis déjà engrangés sous son magistère. «Notre programme économique nous lance vers la diversification. Certains projets ont ainsi commencé comme le programme Graine, dans le Woleu-Ntem», a-t-il déclaré.

L’orateur a ainsi exhorté ses interlocuteurs à faire le choix de la paix, de l’unité et de la solidarité : «C’est ce Gabon-là que je vous invite à choisir le 27 août, car ce Gabon-là c’est celui qui gagne. C’est votre Gabon, c’est mon Gabon, c’est notre Gabon !» Pour lui, le bon choix c’est celui de la diversification économique, de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), de la construction des routes, de l’augmentation des salaires, de l’éducation, de la formation professionnelle et de la création d’emplois.

En vigueur depuis février dernier, le programme dit de l’Egalité des chances devrait en effet permettre la création de milliers d’emplois, particulièrement les jeunes qui disposent d’ores et déjà de plusieurs centres de formation. C’est dans la même veine que le Gabon, sous la houlette d’Ali Bongo Ondimba et dans le cadre de l’amélioration du système éducatif, ambitionne la construction de 200 écoles primaires et secondaires supplémentaires à l’horizon 2025.

«J’ai tenu ma parole, j’ai développé la province du Woleu-Ntem. J’ai décidé de vous faire confiance. La maison de l’unité est grande. Il est toujours temps de revenir. Notre maison à bâtir, c’est celle du mérite !» a martelé le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et des formations alliées. Et de proposer à ses compatriotes d’avancer et de progresser avec tout ce qui a déjà été mis en place. Avec notamment un programme économique qui induit l’obligation de diversification.

Aux populations du Woleu-Ntem, Ali Bongo Ondimba a dit être venu leur adresser un message : «Je suis aussi venu vous dire que pour toutes ces Gabonaises et tous ces Gabonais qui souffrent, j’ai la solution. J’ai déjà testé le modèle. Je sais comment ça marche. Nous avons multiplié par quatre le nombre d’emplois créés au cours de ce septennat. Nous sommes passés de 3000 à 12.000. Mais nous devons faire plus d’efforts pour passer à 20.000. Je ne me satisfais pas des résultats. Les premiers, même s’ils sont bons, ne sont pas suffisants.»

Dans le même ordre d’idées, le candidat Ali Bongo a vanté l’amélioration sensible du système de santé, le renforcement de l’approvisionnement des hôpitaux en médicaments, l’extension de la liste de médicaments de la CNAMGS, la consolidation de l’autonomisation des femmes mais aussi l’élargissement des opportunités avec la mise en place du système de la méritocratie et la fin des privilèges.

Visiblement conquérant, le candidat a frontalement attaqué celui que certains présentent comme son principal adversaire dans la course à la magistrature suprême : Jean Ping, qui «veut gagner l’élection pour se partager le gâteau» du Gabon avec ses petits copains. Il a ainsi appelé les Gabonais à la plus grande vigilance face aux discours démagogues et haineux : le bon choix est celui de l’Egalité des chances et de la fin des privilèges indus. Le mauvais choix, quant à lui, se résume en trois lettres : «DTE» : D pour Destruction, T pour Trahison et E pour Enterrement du Gabon. C’est «le dangereux programme de Jean Ping !», celui qui «expose le Gabon au pillage et à la haine».

Face à un public conquis, Ali Bongo Ondimba a ainsi précisé sa pensée : «Je me souviens bien de ce que disaient ceux qui viennent vous voir aujourd’hui pour demander vos votes : ”Méfiez-vous du Woleu-Ntem” et ”tout sauf les Fang… Ali est entouré par trop de Fang !”» Ce sont pourtant les mêmes qui aujourd’hui «viennent vous mentir. Ne vous faites pas avoir. Je n’ai jamais été de ceux-ci. Le Gabon, c’est l’unité. Tout le monde a sa place !» Game must go on.

FIN/INFOSGABON/FM/2016

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *