Economie

“Ce programme consistera à mettre en place une dynamique de petits villages agricoles”, Pierre Luc Difuta

Libreville, Mardi 11 Février 2020 (Infos Gabon) – C’est l’un des objectifs du programme de formation agricole, qui débute samedi prochain à Libreville. Cette vision a été énoncée par l’évêque Pierre Luc Difuta, partenaire de la formation, lors du lancement officiel du projet. Il répond aux questions de notre rédaction.

Infos Gabon : Dites-nous un peu plus sur ce programme de formation qui débute dans quelques jours ?

Pierre Luc Difuta : J’ai l’honneur de vous présenter officiellement, le lancement d’un programme de formation, qui commencera samedi prochain. Il est axé sur le management de projet, et organisé par l’association Sérenity. 

En effet, pour recadrer notre intervention, le Haut conseil chrétien pour la prière et le social (HCCPS) a mis en place un projet de développement de la communauté en elle-même. En s’appuyant sur les éléments essentiels de la parole de Dieu, qui nous invitent à répondre aux responsabilités cardinales qui consistent à apporter le bien, le bonheur, et la prospérité du peuple dont Dieu nous donne la charge.

Infos Gabon : Qu’est-ce qui justifie le choix porté sur le projet agricole ?

Pierre Luc Difuta : Nous avons choisi le secteur agricole, parce qu’il présente des éléments assez favorables pour répondre à des problématiques immédiates, en termes de bien-être des populations, en termes de création d’emplois, mais aussi de prospérité. Ce programme consistera également à mettre en place une dynamique de petits villages agricoles, en invitant à la fois les populations citadines et rurales, à cette nouvelle vision non seulement de la foi, mais aussi citoyenne dans le cadre de la responsabilité de développement de notre pays.

Infos Gabon : Qui sont les personnes concernées par ce projet ?

Pierre Luc Difuta : Nous avons organisé au mois de décembre, une conférence qui a porté sur le changement des mentalités. Il était question de pouvoir mobiliser l’élite chrétienne, les cadres et bien d’autres à repenser leurs maux, et revoir leur manière d’organiser la communauté. Nous les avons invités à contribuer de manière significative au développement de manière sociale, mais aussi économique de la communauté par des orientations.

Infos Gabon : Comment ce projet agricole va-t-il se matérialiser ?

Pierre Luc Difuta : Nous avons mis en place un mécanisme, qui consiste à rendre performant ce projet. Celui-ci porte sur le soutien exogène, notamment des partenaires internationaux qui se sont engagés à le soutenir. Ce soutien passe par le financement des projets industriels axés sur la transformation des produits, qui vont être mis en exergue par le développement des activités agricoles. Mais encore plus, par le fait d’acheter à 60% des productions agricoles qui seront réalisées par les acteurs socio-économiques et même des communautés.

Nous sommes en train de travailler avec l’Etat, pour qu’une politique d’accompagnement des femmes soit mise en place, en vue les permettre d’avoir un pouvoir d’achat pour bénéficier des marchés via cette chaîne de production villageoise. Nous voulons aussi impliquer la Sotrader et Olam (GSEZ) qui sont les partenaires de l’Etat dans le domaine de l’agriculture dans l’optique de rendre tout ceci possible.

Infos Gabon : Quelle garantie avez-vous en matière de viabilité de ce projet agricole ?

Pierre Luc Difuta : Nous nous sommes rendus compte que la garantie et la viabilité d’un agriculteur sont sécurisés par le fait que près de 100% de de sa production peut être achetée. Ça permet de garder en vie l’activité agricole, au-delà d’elle la bonne volonté avec laquelle nous allons cibler en premier les cadres, les responsables religieux.

Car, ces derniers ont la possibilité d’influencer les foules. Nous voulons que cette influence positive puisse contribuer à mobiliser la ressource humaine volontaire, autour de cette problématique de création de projet d’une part, mais aussi autour de ce projet de création d’emplois d’autre part.

Cela ne peut se faire sans un mécanisme bien structuré. Depuis le mois de janvier dernier, nous avons eu des réunions avec des cadres, des hauts cadres, des personnalités politiques pour mettre en place un certain nombre de choses basées sur des éléments fondamentaux. Il y a la formation, nous voulons que toutes les personnes qui prendront part à ce projet puissent bénéficier d’une formation de qualité. Il y a aussi la stratégie et bien d’autres.

FIN/INFOSGABON/LK/2020

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon / Médias : La revue de la presse gabonaise de la semaine du 3 au 9 février 2020

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *