Politique

Dialogue politique au Gabon : Une première victoire

Libreville, Mercredi 29 Mars 2017 (Infos Gabon) – Majorité, opposition et société civile ont rangé leurs divergences pour réfléchir sur l’avenir du pays. Un signal fort !

C’est une lapalissade de dire que le Gabon traverse l’une des pires crises de son histoire. Depuis sept mois, le pays est scindé entre pro-Bongo et pro-Ping qui se livrent une guerre froide et se vouent toutes sortes d’inimitiés.

Les violences post-électorales ont fait des victimes et endeuillé des familles. Certains Gabonais ont perdu des biens à l’occasion. Le quotidien est rythmé par plusieurs mouvements d’humeur dont la grève dans le secteur de l’éducation est le fait le plus retentissant de ces manifestations. Le tissu social s’est considérablement délité. L’organisation par le président Ali Bongo Ondimba d’un dialogue politique vise à aplanir toutes ces divergences, à panser ces différentes blessures et à décrisper cette atmosphère délétère.

La présence le mardi 28 mars 2017 au palais du bord de mer à Libreville des leaders de la société civile et de la classe politique, sans distinction de chapelles, indique clairement que beaucoup ont saisi les enjeux du présent dialogue politique.

Car, l’avenir de la nation en dépend et les forces vives de la nation décideront au soir du 10 mai prochain, arrêté pour la clôture.

On peut donc déjà se réjouir d’avoir vu côte-à-côté, deviser et échanger au palais du bord de mer ces différentes sensibilités. Qui l’eut cru, il y a encore quelques mois? On a ainsi salué l’engagement de René Ndemezo’o Obiang, président de Démocratie nouvelle (DN), à la tête de la délégation de l’opposition avec à ses côtés des personnalités de premier plan comme Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti Social Démocrate (PSD).

Ces opposants ont pu ainsi serrer la main à Faustin Boukoubi, secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Les observateurs n’ont pas manqué d’apprécier les accolades entre Jean-Boniface Assélé du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Léontine Mebalé du Rassemblement des démocrates républicains (RDR) et Guy Christian Mavioga du Bloc démocratique chrétien (BDC).

On dirait qu’ils s’étaient subitement rendu compte qu’ils étaient tous enfants d’un même pays : le Gabon. C’est donc dire combien le climat qui prévaudra tout au long des travaux sera détendu et empreinte de bonne humeur. Car, tous ont compris que le destin du Gabon est entre leurs mains. Et les absents auront bien tort d’autant plus que l’histoire du Gabon est en train de s’écrire sans eux.

Jean Ping et d’autres membres de l’opposition ont refusé de participer audit dialogue ? Certains veulent qu’on revoit les modalités avant de les voir participer.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *