Politique

Gabon : Ali Bongo Ondimba invite à un sursaut patriotique

Libreville, Jeudi 17 Août 2017 (Infos Gabon) – Le traditionnel discours du président de la République à la nation à la veille de la fête nationale était marqué cette année par deux principaux temps forts.

Au cours de son adresse le mercredi 16 Août 2017, Ali Bongo Ondimba a invité avec insistance ses compatriotes à plus de patriotisme et à l’action pour sortir le Gabon de la crise économique consécutive à la chute des cours du pétrole survenue en 2014.

Indépendance et patriotisme : une dualité inséparable

S’appuyant d’entrée de jeu sur une sagesse de Léon Mba, le tout premier président du Gabon, qui dit : «Quand un garçon devenu adulte s’en va prendre femme et fonde une famille, ce garçon se conduit en homme indépendant… A lui, le juste orgueil de la liberté. A lui également les durs travaux et les tracas».

Ali Bongo Ondimba a tenu à expliquer le sens et l’essence même de l’indépendance que le pays célèbre depuis 57 ans. Pour le président de la République, il ne suffit pas seulement de la proclamer tout simplement, mais de la vivre et de savoir l’assumer. «Il ne suffit donc pas de ressentir la liberté d’être indépendant, il s’agit avant tout d’en assurer toutes les contraintes. Il s’agit ensuite de construire chaque jour les fondements de cette indépendance. Parce que l’indépendance n’est jamais un acquis mais demeure une œuvre quotidienne, qu’il nous faut chaque jour parfaire», a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter par la suite qu’«assumer d’être indépendant, c’est accepter d’exister en soi, avec ses forces et ses faiblesses. Assumer d’être indépendant, c’est croire d’abord en soi plutôt que d’espérer en permanence le regard ou la bénédiction de l’autre. Assumer d’être indépendant, c’est arrêter de penser que l’herbe est toujours plus verte et plus grasse ailleurs que chez soi. Assumer d’être indépendant, c’est arrêter d’attendre la vérité des autres.»

Tel dans un cours magistral, le chef de l’Etat a invité les Gabonais à aimer le Gabon. A en croire l’orateur, indépendance et patriotisme vont ensemble. «Chérissons donc notre patrie, sans haine pour les autres. Assumer d’être indépendant, c’est enfin reconnaître que l’erreur fait partie de la vie, car pour bien marcher l’enfant commence souvent par trébucher, sinon par tomber. L’essentiel étant de se relever et de poursuivre sa marche. Oui ! Etre indépendant je le répète, c’est avancer à notre manière et à notre rythme, sans pour autant répondre aux canons fixés par les arbitres des élégances démocratiques ou économiques», recommande Ali Bongo Ondimba.

«Construire, chaque jour que Dieu fait, les fondements de notre indépendance, c’est d’abord consolider chaque matin ce qui fait de nous une Nation, c’est-à-dire l’appartenance à une même terre, à une même mère : Le Gabon ! Il nous faut pour ce faire, extirper de notre inconscient collectif cette attitude malsaine, qu’on appelle la haine de soi. Cette haine de soi qui voit certains Gabonais se réjouir du malheur d’autres Gabonais. Cette haine de soi qui voit une autre frange de Gabonais danser après une défaite de notre équipe nationale. Cette haine de soi qui pousse certains de nos compatriotes à dire le pire sur leur pays, sans même réaliser que, ce faisant, ils se salissent eux-mêmes», poursuit le chef de l’Etat.

Face aux multiples dérives des uns et des autres, le président gabonais en appelle à la maîtrise de soi et à une réelle prise de conscience pour un «Gabon uni, indivisible et immortel que nous ont légué nos devanciers, et qu’à notre tour, nous léguerons à nos enfants. Ce Gabon, nous devons l’aimer plus que nous-mêmes, plus que notre ethnie, plus que notre province, plus que chez les autres.»

Place à l’action pour sortir de la crise

Pas besoin de faire dans un chauvinisme puéril et encore moins verser dans la flagornerie. Le Gabon est confronté à une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole intervenue en 2014. Pour sortir la tête de l’eau, Ali Bongo Ondimba invite ses compatriotes à retrousser les manches et à se mettre résolument au travail.

«J’ai conscience des difficultés auxquelles font face nombre d’entre vous, et je pense tout particulièrement au chômage des jeunes. Comme je n’ai de cesse de le répéter, il nous faut donc pour en sortir accélérer, avec beaucoup de détermination, le rythme des réformes pour davantage de résultats (…) Le temps est plus que jamais à l’action (…) Cette action devra nécessairement s’affranchir des intérêts catégoriels, qui s’illustrent de façon négative dans notre administration», interpelle M. Bongo Ondimba.

Avant de fustiger les différentes grèves qui paralysent le pays depuis bientôt un an. «En effet, beaucoup trop de mouvements sociaux, intempestifs et pas souvent justifiés, mettent à mal nos efforts de développement et de construction d’une économie qui résiste aux soubresauts de la mondialisation. Vouloir toujours plus au détriment de l’intérêt général finit par affecter les fondements sur lesquels reposent notre prospérité, la performance de notre système éducatif et de santé, notre solidarité nationale et partant, notre vivre-ensemble», condamne le chef de l’Etat.

«Nous avons certes adopté un Plan de relance qui a obtenu le soutien du Fonds Monétaire International, pour autant, nous devons prendre conscience qu’il nous faut travailler d’arrache-pied pour réussir sa mise en œuvre. Pour y parvenir, nous devons modifier nos habitudes, taire nos égoïsmes et réduire le train de vie de l’Etat», interpelle le locataire du palais du bord de mer de Libreville.

«Aucune Administration, je dis bien aucune Administration ne devrait désormais être exonérée de l’effort collectif. J’entends donc, pour ma part, répondre présent au rendez-vous de l’histoire qui se construit car j’ai conscience de mes responsabilités et de mon rôle dans l’impulsion de cette dynamique du changement attendue par le plus grand nombre d’entre nous (…) J’agirai en conséquence d’autant plus facilement que j’ai la ferme et profonde conviction que les forces de transformation sont plus fortes que les forces d’inertie. Le destin du Gabon prospère et éternel est entre nos mains», a-t-il indiqué.

Avant de demander au Premier ministre de former dans les tout prochains jours un gouvernement conformément aux conclusions du dialogue national. Une équipe qui se mettra directement au travail.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *