Politique

Gabon : Bilie By Nze minimise le départ de Ndemezo’o du PDG

Libreville, Mercredi 4 Mars 2015 (Infos Gabon) – Selon les commentaires d’Alain Claude Bilie By Nze, le Porte parole de la Présidence de la République gabonaise, lors de sa conférence de presse du mardi 3 mars, la démission de René Ndemezo’o Obiang du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) et son ralliement au front de l’opposition est ne changera pas grand-chose, c’est un soulagement selon lui.

« Il y a des départs qui font du bien … il sera remplacé par un autre cadre du parti … c’est un crabe dans le panier de l’opposition … le président lui dit merci », a déclaré Alain Claude Bilie By Nze.

Et d’ajouter : « lorsque quelqu’un veut partir d’un parti politique, il vaut mieux qu’il soit clair et qu’il s’en aille. René Ndemezo’o est un type dont Ali Bongo Ondimba ne veut plus ; quelqu’un qui brille par le marchandage matin, midi et soir. Pour Ndemezo’o Obiang, Bitam n’existe pas sans lui. Bitam ne vit que par lui. Bitam c’est pour lui, alors que Bitam regorge d’autres personnalités ».

Le Conseiller du Président de la République citera en appui des noms de cadres originaires de cette localité pour démonter que le démissionnaire n’est pas le seul.

« Quitter des fonctions de Ministre qu’il occupait voulait dire que cette localité n’a pas de ministre parce que lui, n’est plus au gouvernement. Cette ville est pourtant représentée au Gouvernement, puis à l’Assemblée nationale, notamment par M. Marcelin Mvè Ebang, vice président de l’Assemblée nationale, et encore au Sénat, par Emmanuel Ondo Methogo, un des vices présidents de la Haute Chambre du parlementé », a martelé Alain Claude Bilie By Nze.

Et de poursuivre : « dès l’instant où quelqu’un quitte une fonction, du jour au lendemain, il devient opposant … le Président de la République ne veut plus de cette pratique qui consiste à croire que lorsqu’on est élu député, on doit forcément être élevé à la fonction de ministre ».

Autant dire que M. Bilie By Nze a tenu à minimiser cette décision personnelle de l’ex hiérarque du parti au pouvoir.

Sur la grève de l’éducation nationale, le Porte parole a rappelé les négociations menées par le Gouvernement. « Il n’est pas question de laisser les enfants être otages de cette situation », a-t-il exhorté.

Répondant aux propositions de vendre l’avion présidentiel et des biens des Ambassade, telles qu’émises par Casimir Oyé Mba, l’ancien Premier ministre et actuel Vice-président de l’Union Nationale (UN, opposition) sur la crise économique que traverse le Gabon, Alain Claude Bilie By Nze a jugé cela de la mauvaise foi, en rétorquant : « nous comprenons pourquoi ils ont passé leur temps à brader le pays, en tout privatisant, la SEEG, Air Gabon et Gabon télécom ».

Pour le Conseiller politique du Président de la République, Mr Oyé Mba ne devait pas limiter son diagnostic seulement aux années de pouvoir d’Ali Bongo Ondimba, plutôt qu’avant 2009, pendant que la majorité d’actuels opposants étaient aux affaires.

A propos des reports de la tourné présidentielle dans la Province de l’Ogooué-Ivindo et du Sommet de la Cémac à Libreville, Alain Claude Bilie By Nze a expliqué que c’est pour des obligations d’agenda et autre raisons sécuritaires.

S’agissant du décès de l’Abbé Noël Ngwa Nguema, le Porte parole a adressé à la famille les condoléances du Chef de l’Etat, avant de lancer : « l’abbé Noël Ngwa est une personnalité ayant participé au débat démocratique dans notre pays, étant patron d’organe de presse ».

Et relativement au renouvellement du bureau du Sénat, M. Bilie By Nze a dit au nom du Chef de l’Etat « l’hommage appuyé rendu à madame Rose Francine Rogombé, qui a conduit avec brio la transition dans notre pays en 2009, suite au décès du Président Omar Bongo OIndimba », et la contribution de cette dame à « faire évoluer notre pays sur le chemin du développement en favorisant l’adoption des textes de loi notamment sur la décentralisation en faveur d’un développement local ».

Enfin, à propos de l’élection à la présidence du CND de Me Ndaot, le Porte parole de la Présidence s’est exprimé en ces termes : « le CND devra permettre à l’ensemble de la classe politique gabonaise majorité-opposition, de se retrouver pour débattre des questions liées à notre démocratie, c’est-à-dire aux élections, à l’exercice de certaines libertés et de manière générale, à la vie politique nationale ».

FIN/INFOSGABON/PM/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *