Politique

Gabon : Ike Ngouoni Aila Oyouomi fait le tour d’horizon de l’actualité présidentielle

Libreville, Mardi 26 Septembre 2017 (Infos Gabon) – C’est avec lui que la presse devra désormais conjuguer en matière de communication présidentielle.

L’air décontracté, relax et très à l’aise dans son élément, Ike Ngouoni Aila Oyouomi s’est montré à la hauteur de l’exercice au cours de cette première sortie face aux hommes et femmes des médias organisée lundi au palais du bord de mer de Libreville.

Le Conseiller spécial du Président de la République, chargé de la communication présidentielle, porte-parole de la présidence de la République a ainsi revisité l’abondante activité diplomatique du chef de l’Etat lors de la 72e Assemblée générale de l’ONU à New-York aux Etats-Unis. Il est revenu sur le grave accident de Kango, le récent séminaire gouvernemental et n’a pas manqué d’évoquer la résolution du Parlement européen sur le Gabon. Le propos facile et cohérent, il en a profité pour inviter, au nom du chef de l’Etat, les uns et les autres à l’apaisement et à renouer d’avec le vivre-ensemble.

72e Assemblée générale de l’ONU : Ali Bongo Ondimba sur tous les fronts

Durant les 72h qu’il aura passées en terre américaine à l’invitation d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ali Bongo Ondimba s’est adressé à la planète toute entière. S’appuyant sur le thème général des travaux : «Priorité à l’être humain : paix et vie décente pour tous sur une planète préservée», le président gabonais a rappelé l’importance de concilier sécurité et développement durable pour le bien-être de tous les peuples, mais aussi l’intérêt pour les nations de conduire une action globale concertée dans la lutte contre le réchauffement climatique.

«Le chef de l’État a plaidé en faveur d’une présence permanente de l’Afrique au Conseil de sécurité des Nations unies», a affirmé Ike Ngouoni Aila Oyouomi. Au cours de cette allocution, le chef de l’État a évoqué le «havre de fraternité et de solidarité» que doit être et demeurer le Gabon. Car, pour le président de la République, les Gabonais doivent se pardonner, renouer d’avec le vivre-ensemble et se réconcilier.

D’où la tenue d’un dialogue politique pour permettre aux différentes forces vives d’échanger sur l’avenir de la nation. «Tous ceux qui y ont pris part ont pu débattre, sans tabou, de tous les sujets et des réformes souhaitables pour notre pays et sont parvenus à des compromis, certes difficiles, mais dynamiques et nécessaires sur les modes de scrutin, l’organisation électorale ou l’organisation des pouvoirs», a déclaré Ali Bongo Ondimba.

Invité par son homologue français, Emmanuel Macron, à prendre part au lancement du Pacte mondial pour l’environnement, le président gabonais a réitéré «sa détermination à rallier l’ensemble du continent africain à la lutte contre le réchauffement climatique». En sa qualité de coordonnateur du Comité des chefs d’État et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC), Ali Bongo Ondimba s’est retrouvé avec ses pairs africains à New York pour présenter les trois axes prioritaires de sa stratégie pour son mandat portant sur l’effectivité des mesures prises contre le changement climatique; la mobilisation des financements, notamment ceux du secteur privé et l’amélioration de la gouvernance des institutions environnementales.

Convié par Michael Bloomberg, ancien maire de New-York, à participer au Global Business Forum, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, Ali Bongo Ondimba a plaidé en faveur d’une nouvelle manière de concevoir et de conduire le développement au bénéfice des hommes et de l’environnement. «Le Global Business Forum a été l’occasion pour le président de la République de marquer son engagement, à quelques semaines de la COP23, en faveur de l’Accord de Paris.

Un engagement durable pour un avenir durable. Une volonté d’être toujours sans cesse et toujours au cœur d’une société en mouvement, celle de notre pays, le Gabon. Le souci permanent d’engager une transformation de notre économie, afin que la richesse nationale s’enracine harmonieusement dans nos écosystèmes, au service des hommes et de leur bien-être», a indiqué le porte-parole de la présidence de la République.

Les audiences du chef de l’Etat à New-York

Avec le secrétaire général de l’ONU, les entretiens ont porté sur la paix et les questions d’ordre sécuritaire. Ali Bongo Ondimba s’est également entretenu avec son homologue centrafricain, Faustin Archange Touadéra à qui il a promis de poursuivre ses efforts dans la recherche des voies et moyens pour une issue pacifique à la crise qui déchire ce pays de la sous-région.

«Cette question a encore fait l’objet d’un tête-à-tête mercredi dernier entre le président et le secrétaire général de l’ONU, au cours duquel fut confirmé l’engagement du Gabon dans le processus de pacification par le maintien de la présence du Gabon, dans ce pays frère, au sein de la MINUSCA», indiquera l’orateur.

Ali Bongo Ondimba a aussi échangé en tête-à-tête avec Fatou Bensouda. Au cours de cette audience, rappellera Ike Ngouoni Aila Oyouomi, «le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a tenu à rappeler que l’examen préliminaire en cours sur le cas du ‘Gabon’ n’est pas une enquête et encore moins un procès.

Il s’agit simplement de réunir des éléments qui permettront, ou non, d’ouvrir une éventuelle enquête». «Il faut rappeler que la saisine a été faite à la demande de l’État gabonais. Mme Bensouda s’est par ailleurs félicitée de l’exemple qu’a donné le Gabon aux autres pays d’Afrique en saisissant lui-même la CPI, le 21 septembre 2016», a-t-il tenu à préciser.

Accident de Kango

L’hécatombe survenue le 8 septembre dernier à Kango et qui a vu périr sept personnes dans un accident de circulation continue toujours à préoccuper le chef de l’État et son épouse qui se sont rendus au chevet des blessés à l’Hôpital d’instruction des armées et au CHU d’Owendo.

«Ce sont des moments particulièrement douloureux dans la vie d’une nation, un drame hors du commun qui par sa dureté et sa soudaineté, nous invite tous à relativiser bien d’autres faits de l’actualité. Le chef de l’État a tenu à témoigner son soutien aux blessés et aux familles des victimes. Il s’est rapidement engagé à ce que les circonstances de cette tragédie soient élucidées et que les responsabilités soient clairement établies», a-t-il indiqué.

Séminaire gouvernemental

Le chef de l’État reste préoccupé à l’aboutissement au cours des trois prochaines années du Plan de relance économique. En initiant le récent séminaire gouvernemental qu’il a lui-même personnellement présidé, Ali Bongo Ondimba a tracé une feuille de route adaptée à cette boussole devant conduire le pays au bout du tunnel. A l’occasion, le chef de l’État avait alors interpellé l’équipe gouvernementale à faire preuve de responsabilité et à être à la hauteur des exigences et des attentes de la population.

«Il a rappelé la définition du mot ‘ministre’, en insistant sur la notion de service. Les ministres sont avant tout des serviteurs de l’intérêt général et des Gabonais. Trop de Gabonais continuent de vivre dans des conditions difficiles malgré l’action du gouvernement. Les attentes de la population sont considérables et doivent être considérées», a déclaré le porte-parole de la présidence de la République.

Avant d’ajouter par la suite que «le gouvernement doit redoubler d’effort et conduire des politiques efficaces, avec des résultats concrets, pour répondre à ces besoins. Le cap est fixé… la vision stratégique est définie… l’urgence est non-négociable : les Gabonaises et les Gabonais attendent avec impatience des changements palpables dans la vie de tous les jours. L’égalité des chances est un horizon, et l’horizon ne doit jamais être perdu de vue ni repoussé sans cesse. Le chef de l’État n’acceptera aucune manœuvre dilatoire ou excuse qui viseraient à retarder la mise en œuvre des politiques d’intérêt général au bénéfice des Gabonaises et des Gabonais».

Résolutions du Parlement européen

Suite à l’adoption le 14 septembre dernier par les députés européens d’une série de résolutions sur le Gabon, la présidence de la République a tenu à rappeler que «le Gabon qui entretient des relations cordiales avec l’Union européenne et ses membres, tient à ce que le Parlement européen respecte le principe de souveraineté étatique qui doit prévaloir dans les relations internationales. Par ailleurs, nous devons nous féliciter de l’excellence de la coopération entre l’Union européenne et le Gabon, exprimée notamment par l’appui de l’UE dans nos initiatives en faveur de la jeunesse gabonaise, pour une meilleure formation professionnelle et d’autres projets actuellement en cours qui mettent en lumière leurs convergences de vues», a conclu Ike Ngouoni Aila Oyouomi.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *