Environnement

Gabon : La mangrove participe à la préservation des eaux

Libreville, 6 février 2013 (Infos Gabon) – A l’instar de la communauté internationale, le Gabon a célébré le samedi 2 février dernier, la Journée Mondiale des Zones Humides,  assaisonnée au slogan : « Les zones humides protègent notre eau ». A-t-on constaté.

Saisissant la balle au bond, une ONG gabonaise dénommée « Génération eau claire », a lancé officiellement son projet dénommé « la gestion durable des mangroves », financé par le CARPE. Le cadre choisi était le Lycée Technique Omar Bongo Ondimba d’Owendo (sud de Libreville).

Etant donné que la mangrove est un élément des écosystèmes des zones humides, il est question pour les responsables de cette association, d’informer et de sensibiliser le grand public sur les risques et les dangers qui menacent les mangroves, afin de les préserver.

« Génération eau claire » a choisi comme public cible, des associations des pêcheurs, des chefs des quartiers, des entreprises, des élèves et les autorités administratives. Ce, pour la promotion du développement durable et la citoyenneté responsable de ces différents acteurs.

« La mangrove participe à la préservation des eaux », tel est le thème retenu cette année par ladite ONG, afin d’interpeler la prise de conscience des « destructeurs de la nature que sont en grande partie les industriels, toujours en quête de la croissance économique ». A titre d’exemple, les activités pétrolières, minières et autres liées à l’urbanisation menacent les mangroves.

A travers ce thème, les organismes gouvernementaux, des ONG et les groupes dits des citoyens sont invités à mettre en place des plateformes de sensibilisation à l’endroit de la population pour ce qui concerne l’interdépendance entre l’eau et les zones humides.

Définies comme des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles permanentes ou temporaires, les zones humides couvrent entre 748 et 778 millions d’hectares sur la planète. Au cours des cinquante dernières années, le drainage, la pollution, l’irrigation, les guerres et le changement climatique ont entraîné la disparition de 50% de celles-ci.

Les zones humides rendent, partout dans le monde, d’innombrables services aux sociétés. En raison de la diversité des espèces qu’elles abritent, les zones humides sont parmi les écosystèmes les plus productifs de la Terre, constituant ainsi une source d’alimentation pour de nombreuses populations.

Doté de 800 km de côte avec un climat humide et chaud, une hydrographie marquée par plusieurs fleuves dont le plus grand est l’Ogooué ainsi qu’un sol et sous-sol hydro morphes, le Gabon participe à la protection des écosystèmes mondiaux et de la biodiversité.

La journée mondiale des zones humides, faut-il rappeler, a été instituée en 1971 suite à la Convention de Ramsar en Iran. Ce traité intergouvernemental ratifié par le Gabon en 1987, sert de cadre aux actions multiformes en vue de mieux conserver et utiliser rationnellement les espaces humides pourvoyeurs des eaux, sources de vie.

Le but de cette journée mondiale est de montrer que les zones humides ont en effet un grand pouvoir de filtration face aux polluants. Elles contribuent également au renouvellement des eaux souterraines et évitent de cette façon, inondations et sécheresses. Elles réduisent également le risque d’érosion.

FIN/INFOSGABON/MM/PK/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *