Social

Gabon : Le ministre de l’agriculture victime d’une manigance des fossoyeurs de la PIP ?

Libreville, Lundi 20 Avril 2015 (Infos Gabon) – De façon claire et indéniable, la Prime d’Incitation à la Performance (PIP) était il n’y a pas longtemps encore repartie par les seuls Secrétaires généraux des ministères, avant que les montants arrêtés ne soient virés directement dans les comptes bancaires des fonctionnaires attributaires. Le motif en était dit-on que le Secrétaire général est le patron de l’administration du ministère et qu’il a en conséquence le droit de gérer ses effectifs.

Ce serait ainsi à partir de cet état de fait que les agents du ministère de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de la sécurité alimentaire bénéficiaires de cette prime, avaient manifesté leur mécontentement au vu des montants perçus au compte des PIP des premier et deuxième trimestres 2014. Leur argument était que ces montants ne correspondaient pas à la grille arrêtée officiellement par la commission ad hoc interministérielle pour l’attribution de la PIP.

Des errements seraient alors apparus comme partant d’une note de service du secrétaire général du ministère de l’agriculture datée du 31 Mars 2014, qui excluait du bénéfice de la PIP les fonctionnaires du ministère ‘’mis en détachement’’, ceux ‘’mis à disposition dans les structures sous tutelles’’ et ceux ‘’mis en stage’’.

« Avis aux agents fonctionnaires en situation de : Mise en détachement ; Mise à disposition dans les structures sous tutelle ; Mise en stage. Au vu de l’entretien que j’ai eu avec les Responsables du comité d’harmonisation de la Prime Incitative à la Performance (PIP) le vendredi 28 mars 2014 relatif à la prise en compte de tous les agents du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et de la Sécurité Alimentaire, il ressort que seuls sont concernés les fonctionnaires en activité au sein du Ministère. Compte tenu du caractère de cette prime, les autres agents précités ne sont pas concernés par cette décision. Cette prescription ne saurait souffrir d’aucune insubordination », rapporte la note de service signée par le Secrétaire général.

Contre toute attente, ce même secrétaire général va décider d’une ponction sur le mondant de chaque bénéficiaire, pour reverser les sommes prélevées aux stagiaires et fonctionnaires en détachement dans les agences sous tutelle.

Du fait de cette ponction, le montant de la PIP du cabinet du ministre est passé de 58 315 266 FCFA au 2e trimestre à 48 315 266 FCFA. Devant l’opposition du Directeur de cabinet du ministre, les 10 millions seront restitués.

Néanmoins l’audit externe commis par le ministre, après que son arbitrage ait été sollicité par le Syndicat National des Personnels de l’Agriculture (Synpa) et le Syndicat des Travailleurs de l’Agriculture (Sytrag), va révéler que pour les 1er et 2e trimestres, il y a eu respectivement des reliquats de 7 950 000FCFA et de 42 267 879 FCFA résultants des ponctions sur la PIP des agents et le gonflement des effectifs des bénéficiaires.

Il est dès lors fort étonnant qu’aujourd’hui, le ministre qui a commis d’audit externe ayant permis de démanteler ces malversations sur la PIP, soit carrément accusé de gestion calamiteuse de la PIP par les syndicalistes du ministère, qui l’avaient saisi et à qui il avait donné la meilleure suite, à travers cet audit externe qui a débusqué les responsables patentés et immédiats.

Cette affaire laisserait donc apparaitre au grand jour les manigances dont peuvent être capables les agents de l’Etat épinglés dans des affaires de malversation. Démontrant qu’ils savent faire des pieds et mains pour mettre en mal et retourner les situations contre ceux qui ont permis de les débusquer. Comme c’est le cas du ministre de l’agriculture qui a requis avec clairvoyance l’audit externe qui révélé la vérité.

La PIP est une prime mise en place par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui remplace les fonds communs, un privilège dont jouissaient 9 000 fonctionnaires des quelques administrations privilégiées. Considérée comme un indicateur de justice sociale, elle est aujourd’hui élargie à 30 000 fonctionnaires.

FIN/INFOSGABON/AE/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *