Politique

Gabon : Les autorités s’opposent à la grève des agents de la SEEG

Libreville, Dimanche 10 Décembre 2023 (Infos Gabon) – Le Général Brice Clotaire Oligui Nguema, les a mis en garde, samedi après leur menace de grève générale. Ils envisagent de plonger le pays dans le noir.

Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) sont en colère depuis vendredi dernier. Leurs principales revendications portent essentiellement sur le paiement de la gratification de 2023 appelée le 13ème mois.

La Direction générale de la SEEG est dans l’impossibilité de payer la gratification cette année à ses employés. Raison pour laquelle elle a décidé de surseoir le paiement de ce bonus. L’idée, selon ses dirigeants, serait de garantir les conditions des employés, tout en préservant la survie de l’entreprise. C’est le 8 décembre dernier que l’information leur a été livrée, c’est-à-dire le jour dédié à ce paiement.

Au grand désespoir des agents qui ont aussitôt brandi la menace de grève, voir de plonger le pays dans le noir. Un avis que ne partage pas le chef de l’Etat dont la réaction a été immédiate.

«Qu’ils nous plongent dans le noir et je verrai là où ils seront. Ces agents n’ont pas encore compris qu’ils doivent passer par le service militaire. Qu’ils nous mettent tous dans le noir et je verrai là où ils iront. Je demande au service de renseignement de me sortir les fiches de chacun des membres de ce syndicat qui se croit plus fort que l’Etat. Je veux des fiches qui déterminent là où ils résident, et ils comprendront. Vous allez les chercher maison par maison», a clamé Brice Clotaire Oligui Nguema.

Et d’ajouter : «ils ne sont pas les seuls diplômés ou ingénieurs de ce pays. Parmi vous, il y a aussi des diplômés. Par conséquent, ce n’est pas 2500 agents qui vont nous emmerder, on a plus de 100 milles dossiers en attente de recrutement à la Fonction publique et parmi ces dossiers, il y a des ingénieurs. S’ils ne veulent pas travailler, on les remplacera par d’autres gabonais. Ils n’ont pas encore compris la notion de changement. Qu’ils comprennent que nous sommes dans un Etat d’exception».

Au delà de cette réaction du président de transition qui s’est exprimé samedi depuis Ndendé, les problèmes de la SEEG sont réels. L’entreprise est en crise. On parle d’une dette colossale et des problèmes d’ordre organisationnel. Dans cette liste, il y a également l’organigramme obèse et la vétusté des équipements. C’est l’état de lieu faite le 23 novembre dernier au Premier ministre par les nouveaux responsables de la SEEG, qui a le monopole dans les secteurs de l’eau et l’électricité.

Les autorités gagneraient donc à regarder la situation de près pour éviter un bras de fer inutile avec les agents regroupés au sein du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+). Apparemment, les agents n’étaient pas préparés à cette situation. La communication et la pédagogie sont importantes dans ce genre de situation.

FIN/INFOSGABON/SM/2023

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *