Culture

Gabon : Libreville, le hub d’art africain ?

Libreville, Mercredi 16 Mars 2016 (Infos Gabon) – La multiplication des foires et expositions dans le monde, pousse ceux ou celles qui veulent garder un leadership à se muer en événements culturels pour attirer plus d’exposants. Libreville, la capitale gabonaise, qui a la réputation d’accueillir de grands événements et qui veut devenir un hub d’art africain, n’a pas dérogé à cette règle, en organisant la 1ère édition d’exposition d’art africain dénommée « AFRIK’ EXPO », les 11 et 12 mars 2016, au cours de laquelle 7 plasticiens Africains venus de différents territoires des plus riches en culture du continent ont donné leur point de vue sur l’Humain.

Pour cette édition, ce sont les artistes Myriam Mihindou – photographe franco-gabonaise, Maurice Olimbo – peintre gabonais, le sculpteur – Freddy Tsimba et les peintres – Eddy Kamuanga, Maludi Houston, Vitshois Mwilambwe Bondo de la République Démocratique du Congo et Boris Nzebo – peintre camerounais né au Gabon qui ont dévoilé chacun, dans son style, leur vision de l’Humain, thème de l’exposition qui les a réuni à Libreville et organisée par AFRIK’ EXPO, une plateforme culturelle mise en place pour permettre un échange entre les artistes du continent et pour faire découvrir la richesse de la Peinture, de la Photographie et de la Sculpture contemporaine africaine, ont expliqué les organisateurs au cours d’une conférence de presse organisée la veille à l’hôtel Nomad, lieu de l’exposition.

Nadine Ebelle Koto

Nadine Ebelle Koto

« L’objectif de cette exposition est non seulement de valoriser l’art africain à travers la peinture, la sculpture et la photographie, mais également de le vulgariser auprès du public », a expliqué Nadine Ebelle Koto, la promotrice de l’évènement.

L’ivoirien Errol Mini, commissaire d’exposition, présentant les enjeux de l’événement, a dit ceci : « il s’agira de représenter l’Homme dans ses aspects physique et spirituel, en tenant compte de l’actualité, de son environnement, ainsi que de son histoire ».

Et d’ajouter : « L’Humain, cet animal doué de raison au centre de l’univers, de couleurs, à l’âme pure, généreux ou corrompu. L’Humain, bâtisseur de mythes et de villes. Dominateur et dépendant de ses désirs est descendu de son piédestal pour être présenté tel qu’en lui même par ces différents exposants ».

Malgré ces différents talents, les artistes africains sont confrontés au problème de la rentabilité de leurs produits, même si le marché de l’art contemporain est devenu le secteur le plus rentable au monde. Et comme solution, le plasticien-monumentaliste, Freddy Tsimba a dit que les artistes doivent faire preuve d’originalité et de persévérance.

Errol Mini

Errol Mini

Pour Vitshois Mwilambwe, artiste-peintre, la création d’un vrai réseau des clients, de communication avec l’aide de la presse et l’ouverture au monde, peut également aider à surmonter les difficultés.

Le Gabon, qui abrite le siège du Centre de Civilisation Bantoue (CICIBA) et pays hôte de l’exposition, a une culture très riche qu’il faut mettre en valeur afin qu’elle soit ancrée dans les moeurs, ont reconnu les artistes.

« Il est temps que le Gabon développe sa culture pour nourrir son patrimoine culturel », a indiqué Myriam Mihindou, artiste-photographe.

A travers leurs œuvres, les artistes ont montré l’image d’une Afrique qui bouge. Aux politiques de prendre maintenant leurs responsabilités et accompagner ces talents pour aboutir à une industrie culturelle en Afrique.

FIN/INFOSGABON/PM/2016

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *