Economie

Gabon : Mieux comprendre les derniers mouvements au ministère de l’Economie

Libreville, Mardi 3 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Les personnes mutées dénoncent une ignorance des procédures en matière d’affectation. Le ministère de l’Economie justifie ces mutations par une simple application de la loi en la matière pour besoin de service.

Les derniers mouvements des personnels intervenus au ministère de l’Economie n’arrêtent d’alimenter les commentaires au sein de l’opinion. Selon une note signée le 25 septembre dernier de Régis Immongault, ministre de l’Economie, Yves Boulingui est muté au bureau central des Douanes de Mayumba, Mvono Ebang est affecté à la direction générale de Franceville et Nkoghe Nze Arsène Edouard, est affecté au bureau central des Douanes de Moanda.

Sylvain Ombinda, devra exercer au centre des Impôts de la direction provinciale du Haut-Ogooué. Landry Thibaut Moundounga Mombo et Juste Rodrigue Makouaka sont affectés au centre des Impôts de la direction provinciale du Woleu-Ntem.

Pour beaucoup, ce qui intrigue c’est que les personnes mutées sont pour la plupart membres du bureau de la Fédération des syndicats des régies financières et des administrations assimilées (FESYREFAA). Yves Boulingui, président de ladite fédération, est muté au bureau central des Douanes de Mayumba.

En réaction, les personnes visées par cette mesure dénoncent «un vice de forme», un excès de zèle, une ignorance de la procédure en la matière et réclament le départ de Régis Immongault.

Au ministère de l’Economie, l’on rejette l’idée d’une chasse aux sorcières et l’on clame que le chef de ce département ministériel s’est tout simplement appuyé sur les lois et règlements de la République avant de prendre une telle décision. Notamment la loi 8/91 qui dispose en son article 58 que «les affectations et mutations des fonctionnaires sont prononcées selon les nécessités du service.» «Les affectations et mutations des fonctionnaires à l’intérieur d’un département ministériel sont prononcées par le ministre responsable», ajoute l’article 59 de ladite loi.

Des dispositions légales qui démontrent à suffisance que Régis Immongault n’a pas violé la loi comme l’ont voulu faire croire les frondeurs. A la lecture de la loi 8/91 portant Statut général de la Fonction publique, ces derniers s’inscrivent en faux contre l’article 64 qui dispose que : «l’exercice d’un emploi de la Fonction publique est incompatible avec les fonctions de membre permanent du bureau directeur ou exécutif d’un parti politique, d’un syndicat ou d’une fédération sportive.»

Selon nos informations, les personnes mutées tardent toujours à rejoindre leurs nouveaux postes d’affectation et s’exposent à des sanctions conformément à la loi en vigueur. Contrairement à l’article 11 qui précise que : «le fonctionnaire doit rejoindre, dès sa nomination, son poste d’affectation et assurer personnellement de façon permanente son service. Le fonctionnaire contrevenant aux dispositions ci-dessus s’expose à la privation de son traitement dans les conditions et selon les modalités précisées par voie réglementaire.»

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *