Economie

Gabon / SEEG : Guy Bertrand Mapangou contre-attaque

Libreville, Vendredi 10 Mars 2017 (Infos Gabon) – Le ministre de l’Eau et de l’Energie dit n’avoir pas perçu de bakchich pour proroger le contrat de concession de Véolia pour la gestion de la SEEG.

Face aux nombreuses accusations l’accablant d’avoir touché un montant de 3 milliards de francs CFA pour le renouvellement du contrat de Véolia pour gérer la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), Guy Bertrand Mapangou est monté au créneau pour apporter sa version des faits.

D’entrée de jeu, le ministre de l’Eau et de l’Energie a qualifié ces allégations d’«inepties». «C’est simplement impensable des mallettes contenant 3 milliards de franc», a-t-il indiqué. Si pour ses détracteurs, la somme versée représenterait sa prime de signature, M. Mapangou semble plutôt rigoler et battre en brèche ces affirmations.

«La nouvelle convention qui rentre en vigueur le 1er janvier 2018 est une convention aménagée qui précisera les modalités de gestion des services concédés selon les principes d’affermage», a-t-il expliqué.

«Il ne s’agit donc pas d’une prorogation en l’état de la concession actuelle. Ni d’un renouvellement de la concession actuelle. Mais plutôt d’un contrat d’affermage», a précisé le ministre de l’Eau et de l’Energie.

Visiblement outré par ce qu’il qualifie de tissu de mensonge, Guy Bertrand Mapangou a davantage expliqué que le nouveau document signé ne donne pas droit au «paiement d’un droit d’entrée. Le droit d’entrée est une forme de redevance que le délégataire d’un service public paye à la signature d’un contrat. Il s’agit d’un droit d’accès au marché qui est amorti par le délégataire pendant la durée du contrat.»

Des accusations qui viennent semer la confusion au sein de l’opinion lorsqu’on sait qu’il y a quelques jours, le ministre de l’Eau et de l’Energie a dressé un bilan «catastrophique» des services offerts par Véolia durant les vingt ans de concession.

Guy Bertrand Mapangou a alors relevé que «le concessionnaire n’a pas développé et maîtrisé les réseaux urbains de distribution d’eau et d’électricité et n’a pas pu réaliser l’objectif relatif à la qualité technique des services concédés et leur bonne gestion administrative et commerciale.»

Ainsi, les tarifs ont augmenté de + 75,23% pour l’électricité et + 48,2% pour l’eau. Ce qui n’est pas le niveau le plus bas possible, malgré une baisse de 17,25% au moment de la mise en concession.

Pour le moment, des négociations sont en cours entre le gouvernement gabonais et la française Véolia en vue du renouvellement de 20 ans de concession de la SEEG qui expire le 30 juin prochain. Le contrat renouvelée pour le moment est d’une durée de 5 ans.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *