Economie

La BAD et MasterCard veulent élargir l’Inclusion Financière en Afrique

Libreville, Jeudi 22 Janvier 2015 (Infos Gabon) – Pour développer des solutions permettant de dynamiser la croissance inclusive en Afrique en élargissant l’accès aux services financiers numériques et l’utilisation de ces services, la Banque Africaine de Développement (BAD) et MasterCard ont annoncé jeudi 22 janvier une importante collaboration en vue d’étendre l’inclusion financière à l’ensemble du continent africain. L’annonce a été faite par Donald Kaberuka, président de la BAD, et Ajay Banga, président-directeur général de MasterCard, au Forum économique mondial à Davos en Suisse, rapporte African Media Agency dans un communiqué.

Dans cette collaboration, MasterCard apportera son expertise reconnue pour concevoir une infrastructure et des solutions de services financiers inclusifs et adapter leur envergure. La BAD encourage activement à établir une croissance économique et à réduire la pauvreté de façon durable en Afrique. Ensemble, ces entités travailleront avec les autorités publiques africaines et différentes entreprises locales du secteur privé, afin de développer et de fournir des services abordables répondant aux besoins d’une large base de consommateurs, notamment les personnes qui traditionnellement ne possèdent pas de compte bancaire.

Établir des systèmes financiers africains cohésifs qui soient des moteurs d’inclusion au niveau d’un pays et permettent de fournir des services aux populations traditionnellement exclues ; Investir dans un ensemble organisé de sociétés des services financiers et des solutions financières innovantes destinées à supprimer les barrières qui empêchent l’inclusion financière ; et Partager ces connaissances entre les secteurs universitaire, politique et commercial afin de créer un leadership réfléchi en matière d’inclusion financière et de développement économique, sont, entre autres, les points précis qui seront développés dans le cadre de ce partenariat.

« Même si l’Afrique connaît une croissance économique soutenue, celle-ci ne se traduit pas par un partage de la prospérité ni par une amélioration des conditions de vie de la majorité de la population. La croissance doit être inclusive pour être durable sur le plan social et politique. L’inclusion financière, un domaine dans lequel l’Afrique est distancée par d’autres continents, est un élément déterminant du développement inclusif », a déclaré Donald Kaberuka.

Et d’ajouter : « l’élargissement de l’accès aux services financiers permettra de mobiliser une plus grande partie de l’épargne des foyers, de rassembler des capitaux pour investir et d’augmenter le nombre d’entrepreneurs, et autorisera davantage d’individus à investir dans leur propre personne et dans leur famille ».

Pour sa part, Ajay Banga, estime que moins d’un adulte sur quatre en Afrique a accès à un compte dans une institution financière officielle. « Même si bon nombre de nos partenaires du secteur agissent déjà dans ce domaine, nous sommes convaincus qu’avec notre expertise en termes de paiement et l’expérience de la BAD qui, depuis 50 ans, finance la transformation économique de l’Afrique, nous pouvons avoir un impact important et mettre en place une transformation durable », a-t-il dit.

Pour M. Banga, les secteurs public et privé doivent combiner leurs ressources et agir conjointement pour arriver aux résultats voulus.

FIN/INFOSGABON/RI/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *